Anne Frank, écrivaine.

Annelies Marie Frank, plus connue sous le nom d’Anne Frank, née le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne, sous la République de Weimar, et morte en février 1945 ou mars 1945 à Bergen-Belsen en Allemagne nazie, est une adolescente allemande, connue pour avoir écrit un journal intime. Celui-ci est rapporté dans le livre Le Journal d’Anne Frank, écrit pendant les deux années où elle vivait cachée avec sa famille à Amsterdam, aux Pays-Bas, alors sous occupation allemande, afin d’éviter la Shoah.

La famille quitte Francfort pour Amsterdam à la fin de l’année 1933, afin d’échapper aux persécutions nazies à l’encontre des Juifs qui se multiplient depuis l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en janvier. Alors que les dangers s’intensifient à Amsterdam occupée par les Allemands depuis mai 1940, les Frank se cachent en juillet 1942 dans un appartement secret aménagé dans l’Annexe de l’entreprise Opekta d’Otto Frank, le père. Anne a alors treize ans. Après deux ans passés dans ce refuge, où ils sont rejoints par quatre autres personnes, le groupe, sans doute trahi, est arrêté le 4 août 1944 puis déporté le 2 septembre 1944 vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Sept mois après son arrestation, Anne meurt du typhus dans le camp de Bergen-Belsen, quelques jours après sa sœur Margot Frank. Le camp est libéré par des troupes britanniques le 15 avril 1945, Amsterdam est libérée le 5 mai 1945.

Son père Otto, l’unique survivant du groupe, revient à Amsterdam à la fin de la guerre et apprend que le journal d’Anne, dans lequel elle relate sa vision des événements du 12 juin 1942 jusqu’au 1er août 1944, a été préservé. Convaincu du caractère unique de l’œuvre, Otto décide de la faire éditer: le texte original en néerlandais est publié en 1947 après avoir été expurgé de ses passages trop intimes, sous le titre Het Achterhuis: Dagboekbrieven van 12 Juni 1942 – 1 Augustus 1944 (La maison annexe : notes du journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944 en français). Décrit comme le travail d’un esprit mûr et perspicace, l’œuvre donne un point de vue intime et particulier sur la vie quotidienne pendant l’occupation nazie. Ce journal d’une adolescente au destin tragique a fait d’Anne Frank l’une des victimes emblématiques de la Shoah. Il a en effet été traduit du néerlandais dans de nombreuses langues et serait le livre le plus traduit et le plus lu dans le monde après la Bible. Plusieurs films, téléfilms, pièces de théâtre et opéras en ont été tirés.


Anne Frank, seconde fille d’Otto Heinrich Frank (12 mai 1889 – 19 août 1980) et d’Edith Frank-Holländer (16 janvier 1900 – 6 janvier 1945), naît le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Elle a une sœur prénommée Margot (16 février 1926 – mars 1945). Son nom de naissance est Annelies Marie, mais pour sa famille et ses amis, elle est simplement « Anne ». Son père l’appelle parfois « Annelein » (« petite Anne »). La famille vit dans une communauté mixte de citoyens juifs et non-juifs, et les enfants grandissent en côtoyant des amis de confession catholique, protestante et juive. Les Frank sont juifs réformistes, pratiquant beaucoup des traditions de la foi juive, sans observer l’ensemble des coutumes. Dans la famille, Edith est la plus dévouée à sa foi. Otto Frank, ancien officier allemand décoré pendant la Première Guerre mondiale, veut poursuivre ses études et possède une importante bibliothèque ; les deux parents encouragent leurs filles à lire. En mars 1933, les élections pour renouveler le conseil municipal de Francfort voient le parti nazi d’Adolf Hitler l’emporter. Des manifestations antisémites ont immédiatement lieu, et les Frank commencent à craindre pour leur sécurité s’ils restent en Allemagne. Plus tard la même année, Edith et les enfants se rendent à Aix-la-Chapelle pour habiter avec Rosa Holländer, la mère d’Edith. Otto Frank reste à Francfort, mais après avoir reçu une offre pour démarrer une affaire à Amsterdam, il s’y rend pour organiser la société et préparer la venue de sa famille.

Otto commence à travailler chez Opekta Works, une société qui vend la pectine extraite des fruits, et trouve un appartement à Merwedeplein dans la banlieue d’Amsterdam. En février 1934, Edith et les enfants arrivent à Amsterdam et les deux filles sont inscrites à l’école ; Margot dans une école publique et Anne dans une école montessorienne. Margot montre ses facultés en arithmétique et Anne découvre ses aptitudes à la lecture et l’écriture. Son amie Hannah Goslar se rappellera plus tard que pendant sa tendre enfance, Anne écrivait régulièrement, cachant ses écrits avec sa main et refusant de discuter du contenu de ceux-ci. Ces écrits précoces n’ont pas traversé l’histoire et ont été égarés. Anne et Margot ont deux personnalités bien distinctes ; Margot est maniérée, réservée et studieuse tandis qu’Anne est expressive, énergique et extravertie. En 1938, Otto Frank démarre une seconde affaire en partenariat avec Hermann van Pels, un boucher qui avait fui Osnabrück en Allemagne avec sa famille. En 1939, la mère d’Edith vient vivre avec les Frank et reste avec eux jusqu’à sa mort en janvier 1942. En mai 1940, l’Allemagne envahit les Pays-Bas. Le gouvernement d’occupation commence à persécuter les Juifs en instaurant des lois répressives et discriminatoires, l’inscription obligatoire et la ségrégation des Juifs s’ensuivent rapidement. Margot et Anne excellent alors dans leurs études et ont de nombreux amis, mais l’application d’un décret statuant que les enfants juifs ne peuvent suivre des cours que dans des écoles juives, elles sont contraintes de s’inscrire au lycée juif.

Pour son treizième anniversaire le 12 juin 1942, Anne reçoit un carnet qu’elle avait montré à son père dans un magasin quelques jours plus tôt. Lorsqu’elle écrit, elle s’adresse à « Kitty », une amie imaginaire. Bien que ce soit un livre d’autographe, relié avec un morceau de tissu rouge et blanc et muni d’une petite fermeture à l’avant, Anne décide de l’utiliser comme journal. Elle commence à y écrire presque immédiatement, se décrivant personnellement, décrivant sa famille et ses amis, sa vie à l’école, ses « admirateurs » et les endroits du voisinage qu’elle aime visiter. Si ces premiers écrits montrent que sa vie est celle d’une écolière typique, ils abordent également les changements dont Anne est témoin depuis le début de l’occupation allemande. Quelques références sont apparemment occasionnelles et non soulignées. Néanmoins en quelques passages, Anne fournit plus de détails sur l’oppression grandissante. Par exemple, elle écrit à propos de l’étoile jaune que les Juifs sont obligés de porter en public, et liste quelques restrictions et persécutions qui bouleversèrent la vie de la population juive d’Amsterdam.

Le 5 juillet 1942, Margot reçoit un avis de mobilisation du Bureau central de l’immigration juive (Zentralstelle für jüdische Auswanderung) lui ordonnant de se présenter pour être relogée dans un camp de travail. On explique alors à Anne le plan qu’Otto a préparé avec ses employés les plus fidèles et dont Margot avait eu connaissance depuis quelque temps : la famille va se cacher dans des pièces au-dessus et à l’arrière des bureaux de la société Opekta sur le Prinsengracht, une rue le long d’un des canaux d’Amsterdam.

Le matin du 6 juillet 1942, la famille va s’installer dans la cachette. Leur appartement est laissé dans un désordre apparent pour donner l’impression qu’ils sont partis soudainement, et Otto laisse une note indiquant qu’ils sont allés en Suisse. La nécessité du secret de l’opération les contraint à abandonner le chat d’Anne, Moortje. Comme les Juifs n’ont pas le droit d’utiliser les transports publics, ils doivent marcher pendant plusieurs kilomètres depuis leur appartement, chacun revêtant plusieurs couches de vêtements pour qu’on ne s’aperçoive pas qu’ils transportent des valises. L’Annexe (Achterhuis) est un espace à trois niveaux à l’arrière du bâtiment auquel on accède par un palier situé au-dessus des bureaux de la société Opekta. Au premier niveau se trouvent deux petites pièces avec une salle de bains et des toilettes adjacentes. Au-dessus il y a un vaste espace ouvert avec une petite pièce adjacente. Depuis cette petite pièce une échelle donne sur le grenier. La porte de l’Annexe fut par la suite cachée par une bibliothèque pour éviter qu’elle ne soit découverte. L’immeuble principal, situé à un bloc de Westerkerk est un vieil immeuble typique des quartiers ouest d’Amsterdam.

Victor Kugler, Johannes Kleiman, Miep Gies et Bep Voskuijl sont les seuls employés qui savent que la famille Frank se cache. Eux quatre, ainsi que Jan Gies, mari de Miep, et Johannes Hendrik Voskuijl, père de Bep, aident les clandestins pendant la durée de leur confinement. Ils sont le seul contact entre les occupants de l’Annexe et le monde extérieur ; ils les tiennent au courant des nouvelles de la guerre et des événements politiques. Ils subviennent à tous leurs besoins, assurent leur sécurité et les ravitaillent en nourriture, une tâche de plus en plus difficile à mesure que le temps passe. Anne évoque dans son journal leur dévouement et leurs efforts pour garder le moral des occupants de l’Annexe pendant les moments les plus dangereux. Ils sont tous conscients du fait qu’ils encourent la peine de mort s’ils sont pris à cacher des Juifs. Dans la journée, les clandestins doivent se montrer très prudents et rester silencieux afin que le personnel des bureaux ne les entende pas. À midi, lorsque les employés rentrent chez eux, les protecteurs se rendent souvent à l’Annexe pour y prendre leur repas. Les clandestins attendent toujours leur visite avec impatience.

Le 13 juillet 1942, la famille Frank est rejointe par la famille van Pels (rebaptisée « Van Daan » dans le livre — la plupart des noms ayant été modifiés, hormis la famille Frank) : Hermann, Augusta ou Auguste (rebaptisée Petronella), et leur fils Peter âgé de 16 ans, puis en novembre par Fritz Pfeffer, un dentiste et ami de la famille. Anne écrit son plaisir d’avoir de nouvelles personnes à qui parler, mais des tensions surviennent rapidement dans le groupe, forcé de vivre dans un environnement restreint. Après avoir partagé sa chambre avec Pfeffer, elle le trouve insupportable, et elle se dispute avec Augusta, qu’elle considère comme une idiote. Ses relations avec sa mère sont également tendues et Anne écrit qu’elles ont peu de choses en commun, sa mère étant trop distante. Bien qu’elle ait parfois eu des disputes avec Margot, elle écrit à propos du lien inattendu qui se développa entre elles, bien qu’elle reste émotionnellement plus proche de son père. Elle évoque sa relation avec Peter.

Anne passe l’essentiel de son temps à lire et étudier, tout en continuant à écrire son journal. En plus de fournir une description des événements dans leur ordre chronologique, elle écrit également à propos de ses sentiments, sa peur de vivre cachée, ses croyances, ses ambitions parmi lesquelles celle de devenir journaliste et écrivain, des thèmes qu’elle ne pense pouvoir partager avec personne. À mesure que sa confiance dans son style d’écriture grandit et qu’elle devient plus mûre, les sujets qu’elle aborde deviennent plus abstraits, comme sa croyance en Dieu et la manière dont elle définit la nature humaine.

Jusqu’au printemps 1944, Anne écrit ses lettres pour elle seule, jusqu’au moment où elle entend, à la radio de Londres, le ministre de l’Éducation du gouvernement néerlandais en exil dire qu’après la guerre il faudrait rassembler et publier tout ce qui avait trait aux souffrances du peuple néerlandais pendant l’occupation allemande. Il cite à titre d’exemple, entre autres, les journaux intimes. Frappée par ce discours, Anne décide de publier un livre après la guerre, son journal devant servir de base. Elle entame alors un travail de réécriture, corrigeant ou supprimant les passages qu’elle juge peu intéressants, et en ajoutant d’autres en puisant dans sa mémoire5. Parallèlement, elle continue à écrire régulièrement son journal original jusqu’à sa dernière lettre qui date du 1er août 1944.

Le 4 août 1944, entre 10 h et 10 h 30, l’Annexe est découverte par le Sicherheitsdienst (les services de sécurité de la police allemande, dits aussi Grüne Polizei (Police Verte) soit sur l’indication d’un informateur qui n’a jamais pu être identifié formellement, soit suite à une descente de police visant d’autres activités « illicites ». Mené par le Schutzstaffel Oberscharführer (officier SS) Karl Silberbauer du Sicherheitsdienst, le groupe comprend au moins trois membres hollandais au service de la police allemande, en civil mais armés. Lorsque Silberbauer entre dans la maison, il semble savoir précisément où il doit se rendre. Il se dirige droit vers la « porte-bibliothèque » pivotante qui cache la porte d’accès à l’Annexe et exige qu’on l’ouvre. Silberbauer poste quelques hommes dans l’Annexe en attendant l’arrivée d’un véhicule pour emmener les clandestins. Alors qu’il interroge Otto Frank, Silberbauer voit une sacoche en cuir dont il vide le contenu, sans doute avec l’idée d’y trouver des bijoux. Elle ne contient que des feuilles de papier et divers livres. Parmi eux se trouve le journal d’Anne. Le SS demande alors à Otto, s’il se trouve dans la cachette quelques bijoux ou de la monnaie. Otto lui indique alors de la main les meubles contenant les quelques bijoux et monnaies en leur possession. Silberbauer poursuit son interrogatoire en demandant ensuite depuis quand ils vivent reclus dans leur cachette. « Deux ans » lui répond-on. Devant l’incrédulité du SS face à une telle durée, Otto fait remarquer alors, sur le mur à côté de l’officier, de nombreux traits horizontaux marqués à l’encre violette. Ces diverses lignes étaient datées depuis le début de leur cachette en 1942 et représentaient les railles successives de Margot et d’Anne. Alors que le sous-officier indique à voix haute qu’il octroie cinq minutes aux clandestins pour réunir leurs affaires, il continue de parler avec Otto et est particulièrement surpris d’apprendre que ce dernier est un vétéran de la Grande Guerre, avec le grade d’officier dans l’armée de terre allemande au moment de l’armistice de 1918.

Toutefois, selon une étude publiée en 2016 par la Maison d’Anne Frank, il se pourrait que les personnes dénoncées à la police ne fussent pas les Frank. Il y avait dans l’immeuble des trafiquants de coupons illégaux d’alimentation, qui, d’ailleurs, en fournissaient aux Frank. De plus, la compagnie employait du personnel non déclaré. « Une compagnie où des gens travaillaient illégalement et où deux représentants de commerce avaient été arrêtés pour trafic de coupons d’alimentation courait évidemment le risque d’attirer l’attention des autorités », lit-on dans cette étude, qui relève encore que les policiers qui découvrirent la famille Frank n’étaient pas occupés en général à la traque des Juifs, mais à des enquêtes sur des affaires de monnaie, de garanties financières et de bijouterie.

Les occupants de l’Annexe sont embarqués dans des camions et emmenés pour être interrogés. Victor Kugler et Johannes Kleiman sont emmenés puis emprisonnés, tandis que Miep Gies et Bep Voskuijl ne sont pas interpellées. Plus tard, elles reviennent à l’Annexe où elles trouvent le journal et les écrits d’Anne, plus de 300 pages manuscrites, éparpillées sur le sol. Elles les récupèrent ainsi que plusieurs albums de famille et Miep cache le tout dans le tiroir de son bureau, projetant de les rendre à Anne après la guerre. Les clandestins sont transportés au quartier général de la Gestapo où ils sont interrogés et détenus toute la nuit. Le 5 août, ils sont transférés à la Huis van Bewaring (maison de détention), une prison surpeuplée sur le Weteringschans. Deux jours plus tard les huit prisonniers sont transportés à Westerbork (camp de regroupement et de transit), situé aux Pays-Bas. À l’époque, plus de 100 000 Juifs y transitent. Ayant été arrêtés alors qu’ils se cachaient, ils sont considérés comme criminels et sont donc envoyés aux baraquements disciplinaires pour y réaliser de lourds travaux. Dans la journée, ils doivent ouvrir des piles et en retirer le métal. C’est un travail salissant et le métal est nocif, mais les prisonniers ont le droit de se parler et Anne et Peter restent la plupart du temps ensemble dès qu’ils en ont la possibilité.

Le 3 septembre 1944, le groupe est déporté avec ce qui fut le dernier convoi de Westerbork pour le camp d’extermination d’Auschwitz, où ils arrivent dans la nuit du 5 au 6 septembre 1944 après un voyage de trois jours. Les prisonniers reçoivent l’ordre de laisser leurs bagages dans le train. Sur place, tous sont séparés selon leur sexe, de sorte que les femmes et les hommes ainsi séparés ne se revirent jamais. Otto Frank est alors séparé de sa femme et de ses filles : « Jamais je n’oublierai le regard de Margot », dira-t-il plus tard. Sur les 1 019 passagers du convoi, 549 personnes dont la totalité des enfants âgés de moins de quinze ans, sont envoyés directement dans les chambres à gaz. Anne, qui a fêté ses quinze ans trois mois plus tôt, est épargnée et, bien que tous les membres de l’Annexe aient survécu à cette sélection, Anne crut alors que son père avait été tué. Avec d’autres femmes non sélectionnées pour une mort immédiate, Anne est forcée de se dévêtir pour être désinfectée, avoir sa tête rasée au plus court et enfin être tatouée avec un numéro d’identification sur son bras. Edith, Margot et Anne sont ensemble dans la même baraque, tandis qu’Augusta se trouve sans doute dans une autre partie du camp. Bloeme Evers-Emden parle parfois avec elles, qu’elles connaissaient du lycée juif d’Amsterdam. Après la guerre, elle déclare : « Il m’est arrivé de leur parler. Elles étaient toujours ensemble, la mère et ses deux filles. Les irritations que l’on devine dans le Journal avaient complètement disparu, par suite des circonstances. Il fallait survivre. Elles étaient toujours toutes les trois et elles se sont sûrement beaucoup soutenues mutuellement. » Le jour, les femmes sont utilisées comme travailleuses esclaves ; la nuit, elles sont enfermées dans les baraquements bondés et glaciaux. Les maladies foisonnent et Anne devient sérieusement infectée par la gale. Otto, Fritz, Hermann et Peter restent ensemble. Peter a de la chance, il obtient une place au bureau de poste du camp. Les gardes et les prisonniers non-juifs ont le droit de recevoir du courrier. Ce poste lui permet de se procurer un peu de nourriture supplémentaire de temps en temps.

Le 28 octobre 1944, devant l’avancée de l’Armée rouge, les SS décident d’évacuer une partie du camp afin de diriger vers l’Allemagne les prisonniers qui sont encore capables de travailler. De nouvelles sélections commencent alors parmi les femmes en vue de les déplacer à Bergen-Belsen. Plus de 8 000 d’entre elles, dont Anne et Margot, sont ainsi déplacées. Edith seule reste à Auschwitz. Après un voyage en train de trois jours, Margot et Anne arrivent exténuées à Bergen-Belsen. Le nombre de prisonniers venant d’autres camps ne cesse d’augmenter. Le camp est déjà surpeuplé lorsqu’elles arrivent. Elles sont tout d’abord abritées par des tentes dressées pour parer à l’afflux des prisonnières, mais lorsque quelques jours après leur arrivée une tempête éclate, toutes les tentes sont détruites. Elles rejoignent alors les baraques où sont entasséent toujours plus de détenues. On les fait travailler au recyclage de vieilles chaussures qui affluent de toute l’Allemagne12. À mesure que la population du camps augmente, le taux de mortalité dû aux nombreuses maladies augmente également.

Le camp est libéré le 15 avril 1945, un à deux mois après la mort d’Anne. Amsterdam est une des dernières villes libérées, le 5 mai 1945.
Fin novembre, un nouveau convoi arrive d’Auschwitz. Parmi les prisonnières se trouve Augusta. Elle retrouve Margot et Anne. Mais après quelques mois, on lui fait quitter le camp pour celui de Raguhn, qui fait partie du camp de concentration de Buchenwald. Puis de Raguhn, elle est transférée à Theresienstadt. Elle meurt quelque part sur le trajet entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie, entre le 9 avril et le 8 mai 1945. À Bergen-Belsen, Anne est brièvement réunie avec deux amies, Hanneli Goslar (surnommée « Lies » dans le journal) et Nanette Blitz, qui survivront toutes deux à la guerre. Blitz décrivit par la suite Anne comme étant chauve, tremblante, les traits émaciés. Goslar dit que bien qu’Anne ait été malade, elle lui dit qu’elle était plus inquiète pour Margot, dont la maladie semblait plus sérieuse qui la faisait rester allongée sur sa couchette, trop faible pour marcher. Anne leur dit également qu’elle pensait que leurs parents étaient morts. Hanneli avait déjà passé un an à Bergen-Belsen, mais elle se trouvait dans une autre partie du camp. Lorsque Augusta lui apprend qu’Anne est là, elle est étonnée car elle la croyait en Suisse avec sa famille. Elle souhaite vivement rencontrer son amie, mais pour cela elle doit ruser, les différentes parties du camp étant séparées par des bottes de paille, des grilles et des fils barbelés. Les deux amies parviennent finalement à se parler à travers les barrières, mais elles ne peuvent se voir. Elles pleurent beaucoup lors de leur première rencontre. Anne raconte qu’elle est rasée et qu’elle a beaucoup maigri. Elle craint que ses parents ne soient morts. Lorsqu’elles se rencontrent de nouveau, Hanneli a apporté un paquet pour Anne, contenant des vêtements et de la nourriture. Elle le jette par-dessus la grille. Elle entend Anne hurler. Anne lui dit en pleurant qu’une autre détenue s’est emparée du paquet. Hanneli lui promet de lui apporter un autre paquet le lendemain. C’est ce qu’elle fait et cette fois, Anne l’attrape. Elles se rencontrent encore quelques fois, mais vers la fin du mois de février 1945, Anne change de baraque et dès lors elles ne se voient plus.

Durant les premiers mois de 1945, il neige souvent à Bergen-Belsen et Anne et Margot souffrent du froid. Il arrive qu’elles soient privées de nourriture pendant de longues périodes. Dans leur baraque, elles se trouvent près de la porte et sont exposées aux courants d’air. Elles n’ont plus de vêtements chauds et régulièrement, on les entend demander que l’on ferme la porte, étant trop faibles pour se lever pour le faire elles-mêmes. En mars 1945, une épidémie de typhus, une maladie contagieuse propagée par les poux, se propage dans le camp, tuant environ 17 000 prisonniers. La nourriture est insuffisante et les conditions d’hygiène sont dramatiques. Des témoins certifièrent que Margot tomba de sa couchette par suite de son état de faiblesse extrême et succomba au choc, et que quelques jours plus tard Anne mourut à son tour. Ils estiment que ceci se passa quelques semaines avant que le camp ne soit libéré par les troupes britanniques le 15 avril 1945, et bien que les dates exactes n’aient pas été conservées, il est généralement reconnu que cela eut lieu entre la fin février et le milieu du mois de mars. Lors de ses derniers jours, c’est Gena Turgel, une autre déportée, qui prit soin d’elle. Les corps des deux jeunes filles se trouvent sûrement dans la fosse commune de Bergen-Belsen.

Après la guerre, il fut estimé que sur les 110 000 Juifs déportés des Pays-Bas pendant l’occupation nazie, seuls 5 000 ont survécu.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.