Ville de Sarlat-la-Canéda (Dordogne).

Sarlat-la-Canéda, communément appelée Sarlat, est une commune du Sud-Ouest de la France. Sous-préfecture et bureau centralisateur de canton du département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, elle compte 9 127 habitants en 2017 et est au centre d’une aire urbaine de 19 651 habitants. Ses habitants sont appelés les Sarladais(es).

Capitale du Périgord noir, aux confins des causses du Quercy, cette cité historique est un site touristique majeur, renommé pour sa parure monumentale datant essentiellement de la période médiévale et du début de la Renaissance (du XIIIe au XVIe siècle). Son centre-ville, d’une grande homogénéité, est ainsi composé d’un lacis de ruelles et de venelles pittoresques, de placettes ombragées, bordées d’hôtels particuliers aux toits de lauze, dont les plus célèbres sont la maison de La Boétie, l’hôtel du Barry, l’hôtel de Savignac ou encore le présidial. Centre névralgique de la ville, la place de la Liberté, bordée de terrasses, est le siège du marché, où se vendent les spécialités de la région : foie gras, truffes, figues et noix. Dans son prolongement, s’ouvrent en perspective la cathédrale Saint-Sacerdos et le palais des évêques, qui rappellent que Sarlat a été cité épiscopale pendant plusieurs siècles.

Possédant un ensemble urbain médiéval parmi les plus importants du monde, Sarlat a été la première ville à bénéficier de la loi Malraux, en 1964. Cette petite cité périgordine, visitée par plusieurs centaines de milliers de touristes chaque année, sert également ponctuellement de cadre à des films historiques.


L’origine de l’abbaye se perd dans les légendes. Jean Maubourguet a admis qu’elle a été créée dans la première moitié du IXe siècle par Pépin, roi d’Aquitaine de 817 à 832 puis de 834 à 838. Elle est contemporaine de l’abbaye de Paunat et de l’abbaye de Terrasson.

Sarlat-la-Canéda, carte maximum, 23/04/2008.

L’abbaye fait partie des six grandes abbayes du Périgord avec Paunat, Belvès, Saint-Front de Périgueux, Brantôme et Terrasson). Elle est la seule à avoir été épargnée par les Vikings car située à l’écart de la Dordogne et de ses affluents.

D’après une charte de l’abbaye de Sarlat dont l’original a été perdu, en 886, Charles le Gros, empereur des Romains, roi de France, fait réparer l’église abbatiale édifiée en l’honneur du Sauveur du Monde, située dans le vicus de Sarlat, et la prend sous sa protection.

Le chartrier de l’abbaye contient aussi une charte de Bernard, comte de Périgord, donnant l’abbaye Saint-Sauveur de Sarlat à Odon, abbé de Cluny, et à Adacius, son co-abbé, pour qu’ils y rétablissent la discipline monastique. La charte cite Ludovico imperante qui ne peut être que Louis IV d’Outremer, rappelé d’Angleterre pour régner en Francie occidentale en juillet 936. Odon de Cluny est mort en 942. On peut en déduire que cette charte a été rédigée entre 937 et 942. Adacius a été abbé du monastère de Sarlat6, de celui de Tulle et de Saint-Sour de Genouilliac, et vivait encore en 947. Cette charte a été considérée comme un faux car l’abbaye n’a jamais dépendu de l’abbaye de Cluny. Les deux premiers actes connus datent de 954 et 1094.

Le pape Léon VII aurait donné un bref de privilège prononçant anathème contre toute personne qui oserait s’arroger la possession de l’abbaye sans avoir été légitimement élue par les moines.

La date du transfert des reliques de saint Sacerdos à Sarlat est inconnue comme l’écrit Jean Tarde dans sa Chronique, en 1624. Pour certains le transfert des reliques à Sarlat aurait été provoqué par les attaques des vikings à partir de 848. Pour d’autres, les reliques de saint Sacerdos situées à Calabrum ont été translatées au monastère de Sarlat peu avant qu’Hubert, avec l’aide du comte de Périgord Guillaume II Talleyrand ou Taillefer, fils de Bernard de Périgord, s’empare du monastère, vers 962. C’est au moment de cette translation que l’église de Sarlat s’est appelée église de Saint-Sauveur et de Saint-Sacerdos. Cette translation a dû se produire entre 945 et 962. La translation du corps de saint Pardoux dans l’église de Sarlat s’est effectuée après celle de saint Sacerdos. Le culte de saint Pardoux étant devenu à la mode, les moines ont décidé de placer ses reliques dans l’église Saint-Jean située hors les murs du monastère. Cette translation montre qu’il existait alors près du monastère une agglomération suffisamment nombreuse pour justifier la construction d’une église. Dans les premières années du xie siècle, les reliques de saint Pardoux sont enlevées de l’église par un moine de Sarlat pour être données à un seigneur du Limousin, Gui de Lastours, et déposées dans l’église d’Arnac.

D’après Jean Maubourguet, le culte de saint Sacerdos a pris la place de celui du Salvator en 1122. Il suppose que la charte liant l’abbaye à Odon de Cluny et le culte de saint Sacerdos avaient pour but d’éviter l’annexion de l’abbaye par Saint-Martial de Limoges et lui conserver son indépendance.

Saint Bernard est passé à Sarlat en 1147 où il aurait accompli le miracle des pains.

Elle a su demeurer indépendante et s’est placée en 1153 sous la protection directe du Saint-Siège à Rome. Les possessions de l’abbaye sont confirmées en 1153 et 1170 par les papes Eugène III et Alexandre III. Elle est reconstruite à l’époque romane entre 1125 et 1160. De l’abbaye romane, il subsiste le clocher-porche, la chapelle Saint-Benoît et la façade de la salle capitulaire dans la cour du cloître, et la lanterne des morts.

L’abbaye de Sarlat a atteint son apogée à la fin du XIIe siècle.

Sarlat est une cité médiévale qui s’est développée autour de l’abbaye bénédictine d’origine carolingienne. Seigneurie monastique, elle atteint son apogée au XIIe siècle.

Dès 1204, les bourgeois de Sarlat se sont opposés aux moines de l’abbaye. En 1223, l’administration civile de Sarlat par un consulat est créée. Au cours du XIIIe siècle la ville s’est agrandie et atteint avec environ 5 000 habitants. En 1263, les bourgeois de Sarlat se sont alliés avec les consuls de Figeac, Périgueux et de Brive pour obtenir des privilèges royaux.

Une épidémie de peste noire, en 1279-1280, a fait en six mois 2 500 morts. Ils ont d’abord été enterrés loin de la ville, à Roc-Laumier, puis plus près, au champ de Saint-Nicolas. Il existait dans la ville le cimetière Sainte-Marie qui s’étendait depuis l’église Sainte-Marie jusqu’à l’enceinte de la Bouquerie. Il semble désaffecté au moment de la construction de la nouvelle église Sainte-Marie, en 1365. Il a été remplacé au XVe siècle par le cimetière se trouvant dans l’enclos des moines, derrière la cathédrale. Ce cimetière a été abandonné en 1819 car il se trouvait au-dessus de la nappe qui alimentait la fontaine des Chanoines.

En 1298 est conclu entre les bourgeois de Sarlat et l’abbé le Livre de la paix par lequel l’abbé, seigneur de la ville, reconnaît aux bourgeois le droit de consulat, le droit de sceau et une maison commune pour se réunir. Les consuls peuvent alors administrer la ville et assurer sa défense. Le Livre de la paix est ratifié par Philippe IV en 1299. Il y a quatre consuls, représentant chacun un quartier de la ville, Lendrevie, la Bouquerie, la Mallougane et la Rigoudie.Ils sont assistés par 24 conseillers ou jurats.La ville s’enferme dans des remparts à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle.

En 1318, l’abbaye est le siège du nouvel évêché créé par le pape Jean XXII. L’église abbatiale devient la cathédrale du diocèse de Sarlat. Les évêques, remplaçant les abbés, commencent sa transformation architecturale, qui sera achevée seulement à la fin du xviie siècle.

À partir du xive siècle, évêques et consuls se partagent le pouvoir jusqu’à la Révolution. Devenue cité épiscopale, Sarlat joue un rôle prééminent lors de la guerre de Cent Ans. Réserve d’hommes d’armes, de munitions et de vivres, la ville fortifiée est également défendue par les châteaux situés aux alentours, tels que Beynac et Castelnaud, et peut porter secours à d’autres villes assiégées par les Anglais : Belvès, Domme, Montignac. Elle devient cependant anglaise par le traité de Brétigny en 1360. Elle se rallie au roi de France dix ans plus tard, lorsque le connétable Du Guesclin repousse les Anglais. La ville, tout en jouant le même rôle que précédemment, doit se rendre deux fois et souffre des exactions du capitaine de Vivans et du vicomte de Turenne.

Les troubles qui agitèrent la France, pendant la minorité de Louis XIV, eurent, en Périgord, de graves répercussions.

Si la Fronde parlementaire et la vieille Fronde n’eurent qu‘un faible écho dans la province, il n’en fut pas de même pendant la dernière période, la Fronde des Princes. Partagée en deux camps, l’un, le plus nombreux, s’attacha aux drapeaux de Condé, l’autre resta fidèle an Roi. Périgueux et Bergerac suivirent jusqu’à la fin la fortune de Condé ; Sarlat par contre, s’en sépara et soutint la cause de l’autorité légitime.

Les événements saillants de la Fronde à Sarlat sont le siège de la ville le 25 décembre 1652, sa prise par le comte de Marchin le 1er janvier 1653, l’occupation par les Frondeurs, alors qu’Antoine Gabriel de Costes de la Calprenède (1605-1689) est Premier Consul de la ville sous les ordres de François de Chavagnac et sa reprise par les bourgeois, assistés d‘un détachement des troupes royales le 24 mars suivant.

En 1793, la commune de Temniac est rattachée à Sarlat. En 1807, Lacipière, maire de Sarlat de 1800 à 1812, prend un arrêté défendant d’étendre le linge et de fumer la pipe sur les promenades publiques.

Sarlat a été décorée de la croix de guerre 1939-1945 le 6 juin 1948, distinction également attribuée à dix-huit autres communes de la Dordogne.

La qualité architecturale de ses monuments et de ses immeubles atteste de son dynamisme et de sa capacité à se maintenir dans les grands courants économiques. La disparition du diocèse (rattaché à celui de Périgueux) à la Révolution lui retire sa prééminence. Devenue chef-lieu de district puis sous-préfecture, elle s’endort, pendant près de 150 ans, pour se revivifier seulement depuis le milieu des années 1960, avec la création du secteur sauvegardé en 1964.

Il est permis de penser qu’en France de nombreuses villes ont possédé d’aussi curieuses et pittoresques ruelles, d’aussi beaux monuments, mais le modernisme a détruit progressivement ces trésors du passé. Sarlat a été miraculeusement sauvée grâce à la loi promulguée le 4 août 1962, dite loi Malraux. Cette loi sur la restauration des secteurs sauvegardés fut appliquée pour la première fois en France à Sarlat en 1964. Le centre de la petite cité médiévale avec ses 65 monuments et immeubles protégés servit d’opération pilote pour la mise au point des financements et des critères de restauration.

Le 1er mars 1965, les communes de Sarlat et de La Canéda fusionnent sous le nom de Sarlat-la-Canéda.

Depuis quelques années, le Sarladais — comme plus généralement le Périgord — devient une région très prisée des Anglais qui, attirés par le charme de la pierre marquée par l’histoire, viennent contribuer à l’enrichissement de cette zone traditionnellement rurale et permettent un échange culturel sans précédent, qui révèle sans doute les prémices d’une ère nouvelle dans le cadre communautaire.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.