Ville de Saint-Brévin-les-pins (Loire-Atlantique).

Saint-Brevin-les-Pins est une commune de l’Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

La commune se situe à l’embouchure de la Loire, sur la rive opposée de Saint-Nazaire, ville dont le développement de Saint-Brevin dépend. Son littoral est composé de plages de sable. Petit village de pêcheurs et d’agriculteurs, Saint-Brevin a connu à partir du XVIe siècle des problèmes d’ensablement et d’érosion dus aux tempêtes. Son extrémité nord-ouest, en raison de sa position stratégique à l’entrée de la Loire, a été fortifiée par Vauban. Au XIXe siècle, la plantation d’une forêt de pins pour fixer les dunes a entraîné la métamorphose de la commune en station balnéaire. Son développement est arrêté par la Seconde Guerre mondiale durant laquelle elle subit des dommages. En 1975, la construction du pont de Saint-Nazaire reliant les deux rives de l’estuaire accélère le développement de la commune. Le tourisme est la base de l’activité économique de la ville.

Lors du recensement de l’Insee de 2014, Saint-Brevin-les-Pins comptait 13 210 habitants appelés Brévinois.


Saint-Brévin, carte maximum, 13/05/2016.

L’archéologie a permis de révéler des traces de bivouac remontant au Paléolithique (lieu-dit La Briordais et estuaire de la Boivre). Comme les quatre dolmens et les cinq menhirs recensés sur la commune l’attestent, le site de la commune a été habité au Néolithique. L’éperon rocheux à l’embouchure de l’estuaire de la Loire porte le nom de Mindin, vocable d’origine celte signifiant « fortification de pierre », ce qui peut laisser envisager une utilisation du site à cette époque. Du peuplement celte il reste les vestiges de deux villages gaulois, et la période gallo-romaine a légué les restes de six villas. Le nom de la seigneurie, La Guerche, est d’origine franque ou germaine, et peut être traduit par bastide. Des sarcophages mérovingiens ont été découverts en 1863 lors du transfert du cimetière, élément concordant avec l’hypothèse qui fait de La Guerche un lieu de garnison dans la lutte contre les Wisigoths puis les Vikings et les Bretons, l’utilisation du vocable guerche étant recensé 35 fois dans la Marche de Bretagne franque. C’est Dagobert Ier qui assoit la domination des Francs dans le pays de Retz. Certaines guerches deviennent des fiefs féodaux lors de la venue de Roland (le héros malheureux de Roncevaux) à la tête de la préfecture des marches de Bretagne pour contenir les Bretons. C’est ainsi que Saint-Brevin devient une seigneurie.

Au IXe siècle, Saint-Brevin fait partie du comté d’Herbauges, qui regroupe militairement l’ensemble des paroisses et villages du bas-Poitou en lutte contre les invasions Vikings. En 851, le roi de Bretagne, Erispoë et le roi de France, Charles le Chauve, signent le traité d’Angers qui permet aux bretons d’élargir leur territoire en occupant le Pays rennais, le Pays nantais et le pays de Retz.

En 1040, La Guerche devient châtellenie sous Alan de la Guerche.

La première référence à la ville est une charte de 1104, signée de Dame Barbota, qui établit que celle-ci abandonne ses droits sur l’église de Saint-Brevin, qui est alors sa propriété, ainsi que le droit de nommer le chapelain. Saint-Brevin est tout d’abord essentiellement un village de marins, de pêcheurs et d’agriculteurs. Elle est ensuite érigée en marquisat au XVIIe siècle, après le rachat de la propriété de la seigneurie de La Guerche par René de Bruc. Lieu stratégique, notamment pour le guet du trafic sur le fleuve, Mindin est fortifiée par Vauban en 1696 afin de la protéger des Anglais. En 1754 le site et celui du fort de Villès-Martin à Saint-Nazaire sont conjointement renforcés par l’ingénieur Touros pour permettre d’interdire l’accès du fleuve à d’éventuels ennemis.

En 1810, le premier cadastre met en lumière le danger de l’envahissement du village par les dunes qui ont une largeur de 850 mètres. L’église et son cimetière sont entourées de palissades de bois destinées à les protéger du mouvement des sables. C’est en 1807 que la décision d’établir cette protection a été prise, pour faire face à l’avancée du sable comme c’est le cas à Escoublac, dont le bourg finira par être déplacé. En prenant exemple sur les plantations de pins maritimes effectués par l’ingénieur Brémontier sur la côte de l’Aquitaine, M. Pradal, nouveau propriétaire de La Guerche, plante des pins, des chênes verts, des tamaris et des genêts épineux sur 29 ares. Le successeur de M. Pradal, M. Drouet, veut développer l’expérience, mais le conseil municipal refuse de lui concéder les dunes, considérant que les essais sont des échecs.

“Un été à Saint-Brévin”

En 1829, la tentative d’un Nantais, M. Haentjens, de se voir octroyer la concession des dunes échoue également. Puis l’État en conteste le droit de propriété entre 1833 et 1845. Finalement, la commune conserve les dunes. Un plan de partage des sables est réalisé en 1859 par Alphonse Padioleau, géomètre. Celui-ci dresse un plan organisant le tracé des voies parcourant la zone. Ces voies deviendront avenues, Padioleau est le premier urbaniste de la ville. Des notables basés majoritairement à Nantes et Paimbœuf se portent acquéreurs de grands domaines constitués de dunes, et les Brévinois bénéficiaires du partage acceptent d’être dédommagés. Les acheteurs ont obligation d’établir des plantations pour fixer les dunes, opération qui débute en 1860.

Parallèlement, la commune songe à son développement économique, et celui-ci semble lié à l’essor de Saint-Nazaire sur l’autre rive de l’estuaire. Les voies de communications s’orientent vers Mindin, d’où on peut accéder à la ville voisine par bateau. Un débarcadère est mis en service en 1877.

En 1882, commence la construction de ce qui deviendra « Saint-Brevin-l’Océan », avec son casino, de nombreuses villas et la chapelle Saint-Louis (1889).

La commune s’appelait alors « Saint-Brévin » et ce n’est qu’en 1899 qu’on décide de la renommer en « Saint-Brévin-les-Pins » en l’honneur des arbres qui ont sauvé la ville de l’ensablement.

En 1906, la nouvelle station balnéaire est desservie par la Ligne ferroviaire Pornic – Paimbœuf à voie métrique, trois gares sont construites sur la commune : « Mindin », « Saint-Brévin-les-Pins » et « Saint-Brévin-l’Océan ». Cette ligne sera fermée en 1939.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Brevin-les-Pins est endommagée, et l’on peut encore de nos jours voir les blockhaus laissés par les Allemands sur la côte. La Seconde Guerre mondiale se prolongea à Saint-Brevin-les-Pins jusqu’au 11 mai 1945 (soit trois jours après l’armistice), alors que dans le reste de la France la guerre était finie depuis plusieurs mois. C’est l’épisode connu sous le nom de Poche de Saint-Nazaire.

Comme partout tout tourne au ralenti. Mais contrairement à Saint-Nazaire14 qui a été bombardé et détruit à plus de 80 %, Saint-Brevin a moins souffert des bombardements alliés. Avant 1944, deux bombes seulement sont tombées à la Hautière, une femme y a été tuée, une autre bombe à retardement est tombée dans un champ à la Nicolerie et a éclaté dans l’après-midi. Par ailleurs, des maisons ont été rasées par l’occupant allemand, pour leurs besoins concernant l’axe de tir des casemates et blockhaus. Puis, pendant la période de la résistance de la poche de Saint-Nazaire, il y avait les tirs tendus incessants des batteries de canons jumelés qui tiraient sur Frossay, Arthon, Cheméré, là ou stationnaient les maquisards et les FFI. Il y avait aussi de nombreux tirs antiaériens sur les avions qui venaient bombarder Saint-Nazaire ; plusieurs avions ont d’ailleurs été abattus par les Allemands. Au départ, les écoles étaient à moins de 500 mètres des batteries installées sur les dunes en bordures de l’estuaire. Les détonations étaient effroyables, ce qui a conduit à les fermer. En plus des batteries de canons, il y avait des champs de mines qui coupaient Saint-Brevin en deux, les plages étaient couvertes des protections anti-débarquement appelées « asperges de Rommel », qui consistaient en des poteaux en bois surmontés de mines.

130 ans de Saint-Brévin, prêt-à-poster.

La catastrophe du Boivre, le 17 mars 1945, fut le point d’orgue tragique de l’occupation de Saint-Brevin16. Il s’agit de l’explosion accidentelle d’un tas de mines, lors d’un déminage conduit par les Allemands afin de dévier le ruisseau du Boivre qui inondait la région. L’explosion a fait 15 morts parmi les habitants réquisitionnés, dont deux Allemands, et de nombreux blessés. Aujourd’hui encore, la cause exacte en est indéterminée.

À partir du milieu des années 1950, la ville connaît une période de modernisation, qui sera marquée par l’ouverture du pont de Saint-Nazaire en 1975, permettant de désenclaver le sud de l’estuaire de la Loire. Le fait que ce pont soit payant a limité un temps la croissance démographique de Saint-Brevin, restriction qui a disparu le 1er octobre 1994, date à laquelle l’accès au pont est devenu gratuit. En 1955, des travaux sont lancés pour protéger Saint-Brevin des tempêtes qui endommageaient des bâtiments, notamment sous les effets du sable que les vents violents charriaient. Entre 1959 et 1972, une digue pour se protéger du sable est construite. C’est ensuite au contraire un plan de sauvegarde des dunes qui a dû être engagé.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.