Pierre Mignard, peintre.

Pierre Mignard, né à Troyes le 17 novembre 1612 et mort à Paris le 30 mai 1695, est un peintre français.


Tout d’abord destiné à la médecine, Pierre Mignard entre en 1624 dans l’atelier du peintre Jean Boucher à Bourges. De retour à Troyes, il travaille chez un sculpteur nommé François Gentil avant de partir pour Fontainebleau – capitale des arts de l’époque – où il étudie Le Primatice, Rosso Fiorentino et Martin Fréminet. Il peint la chapelle du château de Coubert-en-Brie pour le maréchal de Vitry qui le prend sous sa protection et l’emmène à Paris où il devient l’élève de Simon Vouet, et rencontre Charles Le Brun, Eustache Le Sueur et Charles-Alphonse Du Fresnoy avec qui il se lie.

En 1635, il part pour Rome où il rencontre Nicolas Poussin, peut-être le peintre Sassoferrato et Anna Avolara, fille d’un architecte, dont il s’éprend mais qu’il n’épousera qu’en 1660 à la suite d’obstacles divers.

Pierre Mignard, carte maximum, Paris, 6/11/2003.

Devenu célèbre à Rome, il est naturellement rappelé en France par Louis XIV en 1657. Sur le chemin de Paris, il rencontre Molière à Avignon chez son frère Nicolas Mignard, dont l’épouse avait hérité d’un des principaux jeux de paume d’Avignon où jouaient les troupes de passage. Les deux hommes deviennent amis et Mignard commence par peindre un portrait de Molière intime (Molière, vers 1658, Chantilly, musée Condé), d’un esprit éloigné de celui que son frère Nicolas avait peint quelque temps auparavant (Molière (1622-1673) dans le rôle de César, dans « La Mort de Pompée », tragédie de Corneille, 1656, Paris, musée Carnavalet4). Pour dater le tableau de Chantilly “vers 1658”, les archivistes se sont fondés sur le fait que Pierre Mignard et Molière se sont l’un et l’autre définitivement installés à Paris à l’automne de 1658. Mais il est très probablement

postérieur. Comme l’a écrit en 2018 G. Forestier dans son Molière (p.109-110), « On ne sait si c’est durant ce séjour avignonnais que, profitant de sa disponibilité, “Mignard le Romain” entreprit de faire à son tour un portrait de Molière. Son premier historien affirme que le tableau daterait du milieu des années 1660, et une certaine maturité dans les traits de Molière nous inclinerait à le suivre. Quoi qu’il en soit, au contraire de son frère qui avait croqué le comédien dans un de ses personnages de théâtre, il choisit de le peindre dans son intimité, drapé d’une magnifique robe d’intérieur. »

De son côté, en 1669, Molière composera La Gloire du Val-de-Grâce, un éloge en vers du chef-d’œuvre de Mignard, La Gloire des Bienheureux, fresque ornant le dôme de l’église du Val-de-Grâce à Paris, commandée en 1663 par Anne d’Autriche pour un montant de 35 000 livres.

Les liens entre les familles de Pierre Mignard et de Molière furent si étroits que c’est Catherine Mignard, fille du peintre, qui fut choisie pour être le 1er octobre 1672 la marraine du dernier enfant de Molière, Pierre Poquelin (qui mourut 11 jours plus tard). Mignard conservera toute sa vie son amitié à Armande Béjart, veuve de Molière.

Pierre Mignard, carnet de 10 timbres.

Mignard partage sa carrière entre le portrait – notamment auprès de la société aristocratique du royaume – et les grandes compositions décoratives. Il peindra notamment au château de Versailles.

Son chef-d’oeuvre, outre le Val-de-Grâce, est le plafond peint de la galerie du château de Saint-Cloud pour Monsieur, frère de Louis XIV, achevé avant la galerie des glaces de Versailles.

Mignard fut chargé du décor de la chapelle du Baptême de l’Église Saint-Eustache de Paris (1667-1670). Ces peintures étaient le pendant de celles de son rival Charles de la Fosse dans la chapelle des Mariages. Ces peintures furent détruites lors de la construction du nouveau portail.

En juin 1687, il est anobli par le roi qui, en 1690 – à la mort de Charles Le Brun – le nomme son premier peintre, en fait le directeur des manufactures royales et le fait entrer à l’Académie royale de peinture et sculpture au poste de directeur. Son blason est : d’azur, au lion d’or, au chef cousu de gueules, chargé de trois trèfles d’or.

Le Temps coupant les ailes de l’Amour, Collection Motais de Narbonne
À sa mort le 30 mai 1695 au 23 rue de Richelieu, on fit à Pierre Mignard de grandes funérailles à l’église Saint-Roch et il fut enterré aux couvent des Jacobins à Paris, où son tombeau monumental par Jean-Baptiste Lemoyne fut détruit à la révolution. Il avait eu quatre enfants. Sa fille Catherine épousera en 1696 le comte de Feuquières.

Source : Wikipédia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.