Louis de Funès, pianiste et acteur.

Louis de Funès, de son nom complet Louis de Funès de Galarza, est un acteur français né le 31 juillet 1914 à Courbevoie et mort le 27 janvier 1983 à Nantes.

Ayant joué dans plus de cent quarante films, il est l’un des acteurs comiques les plus célèbres du cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle et réalise les meilleurs résultats du cinéma français, des années 1960 au début des années 1980. Il réalise également les meilleures audiences télévisées. Très peu récompensé, il reçoit toutefois un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 1980.

Après presque vingt ans sur les planches ainsi que devant les caméras dans de nombreux seconds rôles, il impose son personnage de Français moyen impulsif, râleur, au franc-parler parfois dévastateur, aux verbigérations et mimiques parfois muettes. C’est dans les années 1950 qu’il se fait connaître tardivement du public avec La Traversée de Paris (1956), ses premiers rôles principaux et le triomphe au théâtre d’Oscar. Dans les deux décennies qui suivent, on le retrouve dans une suite de succès populaires, parmi lesquels : Pouic-Pouic (1963), Le Gendarme de Saint-Tropez (1964) et ses cinq suites, la trilogie Fantômas (1964 à 1967), Le Corniaud (1965), Le Grand Restaurant et La Grande Vadrouille (1966), Oscar et Les Grandes Vacances (1967), Le Petit Baigneur (1968), Hibernatus (1969), Jo et La Folie des grandeurs (1971), Les Aventures de Rabbi Jacob (1973), L’Aile ou la Cuisse (1976), La Zizanie (1978) et La Soupe aux choux (1981). Il a également participé à l’écriture de quelques scénarios de ses films et co-réalisé L’Avare avec Jean Girault en 1980.

Louis de Funès, carte maximum, Paris, 3/10/1998.

Outre la France, les films de Louis de Funès ont connu un grand succès dans divers pays européens, et notamment en Russie, du temps de l’URSS. Sa popularité ne s’étendra que très peu dans le monde anglo-saxon, à l’exception du succès outre-Atlantique de Rabbi Jacob, nommé pour un Golden Globe en 1975. Le souvenir de l’acteur est entretenu par deux musées : le musée Louis-de-Funès à Saint-Raphaël et le musée de la gendarmerie et du cinéma, dans l’ancienne gendarmerie de Saint-Tropez.


En 1950, il est pianiste-comédien dans la troupe Les Burlesques de Paris de Max Révol lorsque Sacha Guitry lui confie plusieurs petits rôles, notamment dans La Poison (1951), Je l’ai été trois fois (1952), Si Paris nous était conté (1955) et surtout La Vie d’un honnête homme (1953), où il a un rôle un peu plus consistant de valet de chambre « obséquieux et fourbe, presque inquiétant l’espace d’un plan ». Dans ce film, son personnage s’affine un peu plus — « il apparaît « au naturel », sans grimace ni moustacher » — et il est associé pour la première fois à Claude Gensac. En 1952, il rejoint la troupe des Branquignols dirigée par Robert Dhéry, bien que les circonstances de la rencontre entre de Funès et Dhéry varient considérablement en fonction des auteurs. Il y apparaît d’abord dans la revue Bouboute et Sélection.

En 1953, on le remarque, aux côtés de Jean Marais et de Jeanne Moreau, dans le rôle de M. Triboudot, le photographe dans Dortoir des grandes d’Henri Decoin. Puis il officie dans Ah ! les belles bacchantes en 1953. Cette revue obtient un grand succès — deux années de représentations — et contribue à le faire connaîtrecit. De plus, intégré dans une troupe dédiée au comique, l’acteur, influencé par le jeu de Maurice de Féraudyu, va perfectionner sa technique. Il tourne ses premiers films en couleurs l’année suivante dans l’adaptation à l’écran du spectacle par Jean Loubignac, mais aussi dans La Reine Margot de Jean Dréville, tourné avant, mais sorti en salles après. Cette même année, il joue face à Fernandel dans Le Mouton à cinq pattes d’Henri Verneuil et pour la première fois face à Bourvil dans Poisson d’avril de Gilles Grangier. Jean-Paul Le Chanois, après lui avoir confié deux petits rôles dans Sans laisser d’adresse (1951) et Agence matrimoniale (1952), lui offre le second rôle de M. Calomel dans la comédie populaire à succès Papa, maman, la bonne et moi (1954) et sa suite Papa, maman, ma femme et moi (1956). Courant les cachets, il tourne en 1954 pas moins de dix-huit films dans lesquels il n’obtient que des seconds rôles.

En 1956, il obtient un début de reconnaissance au cinéma dans La Traversée de Paris, de Claude Autant-Lara, où il joue l’épicier Jambier. Il s’impose avec force face à Jean Gabin et Bourvil, dans une prestation de quelques minutes au cours de laquelle il dessine en quelque sorte son futur personnage : lâche devant « le fort » (Jean Gabin) et colérique devant « le faible » (Bourvil). Même si le film a atteint aujourd’hui le statut de film culte, il connaît à sa sortie un succès public pour son « discours continûment ambivalent ». Dès l’année suivante, Maurice Regamey lui offre son premier rôle principal dans Comme un cheveu sur la soupe. Son interprétation d’un compositeur suicidaire vaut à l’acteur le Grand Prix du rire 1957, sa première récompense et le film, « petite production sans prétention, qui aurait dû passer inaperçue, […] tient l’affiche de très longues semainesx. » Toujours en 1957, il est la tête d’affiche de Ni vu, ni connu, d’Yves Robert, dans le rôle du braconnier Blaireau. Accompagné de son chien Fous le camp, cet « avatar rural de Guignoly » brave toutes les formes d’autorité et finit toujours par échapper au garde-chasse. Le film est un beau succès à sa sortie et vaut à l’acteur quelques articles laudateurs dans la presse.

Il tient encore un rôle principal en 1958 dans Taxi, Roulotte et Corrida, d’André Hunebelle. Ce film, tourné en Espagne, connaît un certain succès avec 2,542 millions d’entrées. Pourtant, la progression de sa carrière au cinéma marque une pause, et l’acteur va retourner à des films ou des rôles moins importants pour quelque temps.

C’est d’abord au théâtre que la carrière du comédien va connaître une nouvelle accélération. Depuis ses débuts, l’acteur ne s’est jamais éloigné des planches et il reprend notamment, en 1957, aux côtés de Danielle Darrieux et Robert Lamoureux, le rôle créé par Raimu dans Faisons un rêve de Sacha Guitry. Le biographe de l’auteur, Jacques Lorcey, note : « Ce sera la dernière grande joie de notre Sacha [Guitry]. […] Ce succès, obtenu par des vedettes tellement différentes des créateurs lui apporte la certitude que son théâtre lui survivra. »

Louis de Funès, carte maximum, Luxembourg, 2014.

En septembre 1959 pour les tournées Karsenty, il débute les répétitions d’Oscar, une pièce de Claude Magnier créée à Paris l’année précédente avec Pierre Mondy et Jean-Paul Belmondo. À partir du 1er octobre, commencent les cent jours d’une tournée en province et en Afrique du Nord. Le succès est tel qu’on lui propose de reprendre la pièce à Paris en janvier 1961. D’abord hésitant, il accepte finalementab. La pièce est un énorme succès, et sur scène, il multiplie les improvisations et les prouesses physiques :

L’acteur reprendra « ce rôle fétiche » dans l’adaptation cinématographique de la pièce réalisée par Édouard Molinaro en 1967, puis à nouveau sur scène au début des années 1970 dans une mise en scène de Pierre Mondy.

En parallèle, il continue à tourner au cinéma comme en 1961 dans un petit rôle de barman dans Le crime ne paie pas, le troisième film réalisé par Gérard Oury. Lors du tournage, alors qu’il tient le seul rôle comique du film, de Funès essaie de convaincre le réalisateur qu’il est fait pour tourner des films comiques : « Quant à toi, tu es un auteur comique, et tu ne parviendras à t’exprimer vraiment que lorsque tu auras admis cette vérité-là. » La même année, il tient le double rôle des jumeaux Viralot, l’un chef du personnel et l’autre commissaire, dans La Belle Américaine de Robert Dhéry. L’année suivante, il incarne un restaurateur colérique et cupide face à Jean Gabin dans Le Gentleman d’Epsom de Gilles Grangier. En 1963, il retrouve la tête d’affiche avec Jacqueline Maillan dans Pouic-Pouic, l’adaptation par Jean Girault de la pièce de boulevard Sans cérémonie, qu’il avait écrite avec Jacques Vilfrid. De Funès avait participé à la création de la pièce en 1952 — il tenait le rôle du maître d’hôtel incarné par Christian Marin dans le film — mais la pièce n’avait pas connu le succès. Finalement, malgré cet insuccès et les difficultés rencontrées par le réalisateur auprès des producteurs pour monter le projet autour de l’acteur, ce film lui permet de retrouver un large public et marque le départ de la seconde partie de sa carrière qui ne verra plus sa popularité fléchir.

Dans Oscar comme dans Pouic-Pouic, de Funès incarne un homme aisé et irascible, ayant des difficultés avec sa progéniture : il décline son « personnage fétiche inspiré du Pantalon » de la commedia dell’arte. Il a alors créé son personnage comique : colérique, autoritaire, grimaçant, tout en énergie et « a gommé certaines outrances qui le parasitaient dans les années 1950. »

Pouic-Pouic où de Funès incarne un boursicoteur harcelé par les histoires de famille et les péripéties domestiques, marque aussi le début de sa collaboration avec le réalisateur Jean Girault, également musicien, qui le fera jouer dans douze films : Pouic-Pouic (1963), Faites sauter la banque ! (1964), la série des Gendarme (six films entre 1964 et 1982), Les Grandes Vacances (1967), Jo (1971), L’Avare (1980) et La Soupe aux choux (1981). Malgré les réticences des producteurs qui auraient préféré Darry Cowl ou Francis Blancheah, Girault impose de Funès dans le rôle de Ludovic Cruchot, le héros du Gendarme de Saint-Tropez. Le film rencontre un succès considérable et installe l’acteur en haut du box-office pour la première fois. À peine deux mois plus tard, de Funès triomphe à nouveau dans le rôle du commissaire Juve de Fantômas. Dans ce film, construit sur la double composition (Fantômas/Fandor) de Jean Marais dans le premier rôle, de Funès transfigure son personnage et éclipse ses partenaires. Pendant que les succès populaires s’accumulent, il tourne Le Corniaud, réalisé par Gérard Oury, et où il partage l’affiche avec Bourvil. La sortie du film en mars 1965 est un nouveau triomphe (près de douze millions de spectateurs). En 1966, il joue le rôle d’un directeur de restaurant dans Le Grand Restaurant, puis d’un chef d’orchestre tyrannique de la France occupée dans La Grande Vadrouille, de nouveau avec Bourvil comme partenaire et Oury comme réalisateur. Le film connaît un succès colossal et a longtemps détenu le record du plus grand nombre de places de cinéma vendues en France (plus de 17 millions de spectateurs).

Dans cette ère de succès où Louis de Funès est quasi-continuellement présent dans les salles, des producteurs et distributeurs peu scrupuleux tentent de capitaliser sur sa nouvelle popularité en ressortant d’anciens films où il apparaîtai. Poisson d’avril (1954) bénéficie ainsi d’une reprise, avec une nouvelle affiche sur laquelle son nom est placé au-dessus de celui de Bourvil, véritable star du film, alors que de Funès n’y est qu’un second rôle, pour laisser croire à une nouveauté du duo du Corniaud et de La Grande Vadrouille. Louis de Funès s’en insurge dans un entretien au printemps 1968 : « C’est de l’escroquerie au public. Ça me rend furieux ». Il révèle d’ailleurs que le producteur du film lui doit toujours « 50 000 francs de l’époque ». À l’été 1968, Une souris chez les hommes (1964), tourné après Pouic-Pouic et échec à sa sortie, sort sous un nouveau nom, Un Drôle de Caïd, et son affiche présente Louis de Funès comme l’unique vedette, alors que le film est mené par un trio qu’il compose avec Maurice Biraud et Dany Saval, laquelle était la véritable star en 1964. En janvier 1969, sortent en « exclusivité » Les Grands Seigneurs et Les râleurs font leur beurre, qui sont en fait les reprises sous de nouveaux titres des films Le Gentleman d’Epsom (1962), qui enregistre ainsi 500 000 entrées supplémentaires grâce à son affiche Gabin-de Funès, quelques mois après Le Tatoué, et Certains l’aiment froide (1959). Aussi, à partir de 1969, Dans l’eau… qui fait des bulles ! (1961) connaît plusieurs nouvelles exploitations sous les titres Le garde-champêtre mène l’enquête, pour profiter du succès des films du Gendarme, et alors qu’il n’y a ni garde-champêtre, ni enquête dans le film, puis Le Poisson sifflera deux fois !. Toujours en 1969, Les Tortillards (1960) ressort renommé Les tortillards sont là, avec le nom de l’acteur trônant au-dessus de ceux des têtes d’affiche de la sortie originale, Jean Richard et Roger Pierre.

Le cas le plus extrême est la sortie de Totò à Madrid (1958) sous le titre Un Coup fumant : le distributeur s’offre la Une du Film français comme publicité en juillet 1968, avec une affiche où seul de Funès apparaît — avec une photo récente, et non tirée du film, sur laquelle a simplement été ajoutée une moustache comme dans le film — et où les noms des véritables têtes d’affiche Totò et Abbe Lane sont reléguées en dessous du sien. De plus, le producteur italien Lux lance une procédure judiciaire pour « rupture abusive de contrat », car il n’a pas doublé le film en français comme il était prévu à l’époque, et réclame 1,5 million de francs de dommages-intérêts. L’acteur répond en l’attaquant pour « interprétation malicieuse de contrat ». La justice contraint le distributeur à n’utiliser que des images d’époque dans les publicités du film et à y indiquer la véritable date d’origine, et n’oblige pas de Funès à enregistrer de doublage en français. La diffusion du film est finalement prévue à partir du 24 septembre 1969 mais ne semble pas avoir eu lieu.

Le 21 mars 1975, Louis de Funès fait un malaise dans son appartement parisien, puis est admis à l’hôpital Necker, où les médecins diagnostiquent un infarctus. Le 30 mars, alors que son état de santé semble s’être amélioré, il perd connaissance en pleine conversation avec son épouse : victime d’un second infarctus, il est sauvé in extremis et reste plus de deux mois à l’hôpital. La pré-production du film Le Crocodile, déjà très avancée, est interrompue, puis le projet totalement annulé. L’acteur doit alors suivre un régime alimentaire adapté, sans boisson alcoolisée ou caféinée, et s’abstenir de consommer des plats énergétiques ce qui explique son amaigrissement, son vieillissement, son état diminué, visibles à partir de L’Aile ou la Cuisse. Il doit ralentir son rythme de travail et renonce définitivement à sa carrière théâtrale, incompatible avec son état.

Louis de Funès, entier postal, Tchéquie.

Sa carrière au cinéma est aussi compromise car, outre sa condition physique amoindrie, les risques de rechute font que les assureurs ne veulent plus prendre le risque de le couvrir pour un film. Déterminé, le producteur Christian Fechner réussit finalement à obtenir un accord pour une assurance de onze semaines et prend le risque de produire L’Aile ou la Cuisse avec seulement une partie du tournage assurée. Pour le grand retour de Louis de Funès, Christian Fechner aurait souhaité donner le rôle principal, celui de son fils Gérard, au nouveau comique montant du cinéma français : Pierre Richard. Mais celui-ci revient sur son accord après avoir lu le scénario et c’est Coluche qui partagera l’affiche avec de Funès. Lorsque le film sort le 27 octobre 1976, le public français plébiscite son retour – avec presque six millions d’entrées. Au sujet de cette période, le biographe Bertrand Dicale conclut : l’infarctus subi par l’acteur « signe la fin d’un certain âge d’or, même si commercialement ses derniers films sont des succès absolument gigantesques ».

Louis de Funès et le réalisateur Jean Girault tournant Le Gendarme et les Extra-terrestres près de la gendarmerie de Saint-Tropez en 1978.
L’acteur continue à tourner, à un rythme beaucoup moins soutenu, dans La Zizanie avec Annie Girardot en 1978 ou Le Gendarme et les Extra-terrestres en 1979. À chaque tournage, Christian Fechner impose la présence d’un service de secours, toujours proche du plateau, avec un cardiologue et une équipe de réanimation et une ambulance. Louis de Funès appréhende son comique d’une nouvelle manière, parce que, reconnaît-il « […] Je ne peux plus faire de la brutalité. Cette brutalité, cette colère est un produit que j’avais fabriqué pour un rôle et tous les metteurs en scène m’ont demandé ce produit […] Désormais, ce comique ne m’intéresse plus ».

En 1980, le comédien réalise son vieux rêve d’adapter au cinéma une pièce de Molière et d’en réaliser une version à son image. Mais L’Avare présenté sur les écrans ne rencontre qu’un modeste succès auprès du public (en 1964 déjà, il avait enregistré sur un disque 33 tours six textes de pièces de Molière, dont des extraits de L’Avare, et dix fables de Jean de La Fontaine).

Le 2 février 1980, lors de la 5e cérémonie des César, un mois avant la sortie en salles de L’Avare, Louis de Funès reçoit un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, des mains de l’acteur comique américain Jerry Lewis. La décision de l’Académie des arts et techniques du cinéma a été influencée par le fait qu’il se soit lancé dans la réalisation d’un film et parce que le projet de L’Avare symbolise l’union attendue du théâtre classique de Molière et du cinéma comique français populaire, déjà saluée par le ministre de la Culture Jean-Philippe Lecat lors d’une visite sur le tournage. Un extrait du film est projeté après que l’acteur a reçu sa récompense.

En hommage à Jean Gabin, mort en 1976, Louis de Funès initie la création du prix Jean-Gabin, qui est décerné de 1981 à 2008.

Plus tard, un de ses fils lui conseille de lire le roman de René Fallet La Soupe aux choux qui, selon lui, a le potentiel de « faire un bon film ». Une adaptation au cinéma est tournée en compagnie de Jean Carmet et de Jacques Villeret, qui connaît un beau succès au box-office (3 093 319 entrées).

Le Gendarme et les Gendarmettes est son dernier film.

Après Le Gendarme et les Gendarmettes, de nouveaux projets attendent Louis de Funès. Malgré la mort de Jean Girault, un septième Gendarme est envisagé. Richard Balducci imagine plusieurs idées de suites et écrit notamment un scénario intitulé Le Gendarme et l’Empereur, dans la veine science-fiction du cinquième film, où la brigade de Saint-Tropez envoyée dans l’espace à bord d’une soucoupe volante voyagerait dans le temps jusqu’à atterrir en pleine bataille de Waterloo, et rencontrerait Napoléon Ier. Le biographe Bertrand Dicale explique que, bien que Girault soit mort, la série de films pourrait se prolonger autant que Louis de Funès le désire, qu’il serait légitime de tourner autant de nouvelles suites qu’il veut.

D’autre part, pendant le tournage du Gendarme et les Gendarmettes en mai 1982, il déclarait dans un interview rêver de reprendre Oscar pour une centaine de représentations avant la fin de l’année. Il expliquait aussi avoir envie d’adapter le roman Les Morticoles de Léon Daudet, dans un film qu’il verrait bien réalisé par Georges Lautner ou Robert Hossein. Également, pendant la postsynchronisation du sixième Gendarme, il avait croisé dans les studios Gérard Oury, qui dirigeait alors celle de L’As des as, et tous deux ont discuté du Crocodile, allant même jusqu’à être tentés de relancer le projet. D’autres projets sont évoqués comme un film réalisé par Patrice Leconte, un nouveau film avec Coluche ou encore un film avec la chanteuse Chantal Goya.

Trois semaines avant sa mort, il vient deux jours à Paris et assiste à une représentation de la pièce Papy fait de la résistance de Christian Clavier et Martin Lamotte au théâtre du Splendid, avec Christian Fechner qui veut en faire un film avec lui. Le producteur pense que pour réitérer la réussite qu’avait été L’Aile ou la Cuisse avec Coluche, Louis de Funès doit tourner avec de nouveaux jeunes comiques. La pièce plaît à l’acteur et il rencontre les auteurs et acteurs après le spectacle pour parler de l’idée de film. Christian Clavier se souvient de la discussion ayant suivi : « On lui parle du film et, dans le hall du théâtre du Splendid, il nous campe en trois minutes sa version du Feldmarschall Ludwig von Apfelstrudel, complètement cauteleux et les pieds entravés. Je le revois avec son loden vert et ses yeux d’un bleu intense, j’étais fasciné ». Le second soir, Fechner l’emmène à un spectacle du Grand Orchestre du Splendid. Ces deux soirées l’ont rendu heureux selon Fechner, qui pense qu’il a apprécié de rencontrer cette jeune génération qui l’admire et désire travailler avec lui ; il se souvient d’un de Funès « d’une forme éblouissante » et « extraordinairement drôle » ces deux soirs.

En janvier 1983, après les vacances scolaires de Noël, il part en famille quelques jours à la montagne, mais l’altitude le fatigue beaucoup, il doit retourner au Cellier. Dans la soirée du 27 janvier 1983, il se couche très fatigué. En réalité victime d’un nouvel infarctus, il est emmené d’urgence en ambulance au Centre hospitalier universitaire de Nantes où il meurt à 20 h 30. Tous les médias ont fait leur une sur ce qui est vécu comme un drame nationa.

Bien que les obsèques soient prévues « dans la stricte intimité », plus de 3 000 personnes sont présentes dans l’église Saint-Martin du Cellier, bondée, dont certains compagnons de jeu comme Jean Carmet, Michel Galabru, Colette Brosset, le compositeur Raymond Lefebvre, mais également des personnalités comme Anne-Aymone Giscard d’Estaing, épouse de l’ancien président de la République. Il est inhumé au cimetière du Cellier, le 29 janvier 1983.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.