Le Breakdance.

Le breakdance, également appelé break dance, break, breaking, breakdancing, b-boying — terme privilégié aux États-Unis — est un style de danse développé à New York dans les années 1970, caractérisé par ses mouvements de corps saccadés, son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de breakdance est appelé breakdancer, Bboy ou b-boy (pour un homme), Bgirl ou b-girl (pour une femme).

Bien qu’on pense qu’il est né aux États-Unis, des archives montrent qu’une forme de breakdance était dansée en Afrique, plus exactement à Kaduna, au Nigéria, dans les années 1950.

Il y a souvent un amalgame entre le breakdance et d’autres danses. Quand la presse s’y intéresse, au début des années 1980, elle ignore qu’une véritable culture de la danse a toujours été omniprésente aux États-Unis ; elle y voit un phénomène spontané et labellise toutes les nouvelles danses sous le  terme unique de « breakdance ». Parmi ces danses assimilées au breakdance, il y a : le good foot, le popcorn, le funky chicken, le locking, le hustler, le popping (avec le smurfa ou l’electric boogaloo, créé par les Electric Boogaloos), le hip-hop « new style » (dit « new school » aux États-Unis) et encore par exemple le krump, créé par Tight Eyez et Big Mijo. Ces danses étaient très populaires à l’époque des débuts du breakdance et certains b-boys l’incluent dans leur programme.


Il est difficile de dater précisément une genèse du breakdance.

On ignore aussi ce qui un jour a poussé les danseurs à descendre au sol après l’exécution de leurs mouvements de jambes. Les hypothèses sont  nombreuses : les films de kung fu avaient alors un succès phénoménal et l’art martial chinois inclut énormément de positions au sol. Un autre art martial, la capoeira pour la partie aérienne, également très populaire, est une source fondamentale du breakdance. Les danses traditionnelles  cosaques ont également inspiré les breakers, par exemple à Brighton Beach à travers Disco Freddy. En effet, certaines danses russo-slaves reposent sur les mêmes principes que le breakdance : une exécution rapide d’un mouvement de jambes puis exécution de mouvements au sol. Il ne faut pas non plus oublier la forte immigration africaine présente à New York et l’immigration latine, qui ont apporté énormément à cette danse. On peut ainsi y voir une influence de la salsa dans les footworks.

Dans le documentaire Freshests Kids, Trac de Starchild La rock explique que d’aussi loin qu’il le sache (il appuie sur le fait que c’est SON point de vue), les fondations du break ne sont pas arrivées avant 1973. Il y avait des breakers qui avaient l’habitude de breaker principalement debout. (Le terme break vient de DJ Kool Herc qui utilisait les breaks de ses disques pour chauffer la piste en les faisant tourner en boucle, par une technique de DJ qu’il appelait « Merry Go Round »). Kool Herc expliquait que sa technique rendait les danseurs fous, au point qu’ils atteignaient un point de non-retour (point-break).

Melle Mel (MC des Grandmaster Flash and the Furious Five) : « C’était comme un nouveau mouvement, gigantesque, quelque chose de spontané qui est arrivé dans les parcs. » Melle Mel explique que l’un des frères Nigga Twins avait l’habitude de descendre au sol pendant les soirées de DJ Kool Herc et que l’un des mouvements qu’il pratiquait ainsi consistait à tourner sur lui-même. Le MC ajoute que c’est la première fois qu’il voyait quelqu’un descendre au sol.

Le DJ d’origine jamaïcaine Kool Herc se rend compte que l’énergie des gens sur la piste de danse atteint son paroxysme à certains passages d’une chanson où ne sont présentes que la ligne de basse et la ligne de batterie. Il décide donc de jouer ces passages en boucle. Pour ce faire, il utilise deux tourne-disques et met le même disque sur les deux platines. Il passe ainsi d’un disque à l’autre, répétant un même passage, qui s’appelle un break, ou breakbeat. Comme les premiers breakers fréquentaient beaucoup les soirées de Kool Herc, celui-ci les a surnommés les breakers ou B-Boys (B pour Break). Par extension, on utilise le terme breakdance.

Par ailleurs, dans les années 1970, Afrika Bambaataa, d’abord membre des Bronx River Projects puis créateur de l’Universal Zulu Nation, va vouloir canaliser l’énergie des jeunes gens de son quartier dans des activités  artistiques pour éviter qu’ils ne finissent dans des gangs. Avec DJ Kool Herc et Grandmaster Flash, ils vont faire naitre un nouveau mouvement : le hip-hop, dont les quatre piliers sont le MCing, le writing, le deejaying et le b-boying. Afrika Bambaataa créera également l’un des premiers groupes de Bboys, les Zulu Kings.

En 1979, avec des groupes comme Zulu Kings ou bien Nigger Twins, on peut enfin parler de breakdance. Les figures de sol basiques sont alors le six-pas (six-temps ou six steps), le trois-pas (trois temps, ou three steps), les freezes (baby freeze, ou le tracks — freeze exécuté à la fin d’une phase comme coupole —), le back-spin phase (rotation sur le dos), le windmill (moulin, ou coupole).

Le break va alors connaître une période d’effervescence et de créativité qui ne sera plus jamais égalée avec des groupes comme Rock Steady Crew, New York City Breakers et Dynamic Rockers. De nouveaux mouvements, plus acrobatiques, font leur apparition : le hand glide, la couronne (halos), le thomasb.

En France, la première apparition officielle du breakdance remonte à la tournée New York City Rap organisée par Europe 1 en 1982, où est présent le Rock Steady Crew. En 1984, l’émission télévisée de Sydney, H.I.P. H.O.P. popularise la culture hip-hop en France ; le jury de l’émission était les P.C.B. (Paris City Breakers). L’intérêt pour le breakdance et le hip-hop s’essouffle assez rapidement, pour connaitre un renouveau au début des années 1990.

En 1990, en Belgique il est organisé un championnat de breakdance : les breakers profitent des faveurs que s’attirent des nouvelles danses venues des États-Unis telles que la hype (cf. les clips de Bobby Brown ou MC Hammer). Le championnat organisé à Bruxelles devra cependant être annulé en raison d’affrontements entre certaines bandes rivales ; une version underground de ce tournoi s’organise alors de façon spontanée, et sa qualité convaincra les participants de formaliser les institutions au breakdance pour concrétiser le potentiel artistique européen. Un an après, le Battle of the Year est créé en Allemagne.

À partir de 1986, le hip-hop, et le breakdance surtout, deviennent démodés à New York, et, du coup, subissent le même sort partout en Europe.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.