La mangue.

La mangue est le fruit du manguier, grand arbre tropical de la famille des Anacardiaceae, originaire des forêts d’Inde, du Pakistan et de la Birmanie où il pousse encore à l’état sauvage.

Cet arbre, le Mangifera indica, a un feuillage persistant, dense et vert foncé. La forme de son fruit est à la base du motif cachemire.

Son nom vient du portugais manga, repris du malayalam മാങ്ങ, māṅga, qui vient du tamoul மாங்காய், māṅgāy.

On appelle mangues sauvages les fruits d’autres arbres, du genre Irvingia (ces fruits sont verts avec des taches noires et leur chair est d’une belle couleur orangée et d’un parfum exquis), rattaché à la famille des Irvingiaceae.


La mangue est un fruit charnu, pesant de 300 g à 2 kg.

Mangue, carte maximum, Venda, 26/10/1983.

C’est une drupe, sa chair adhère à un noyau large, plat et glissant. Elle peut être ronde, ovale ou réniforme, et présente une peau jaune, verte ou rouge, qu’il est recommandé d’enlever, car son goût est peu agréable, et elle contient des substances irritantes la rendant peu comestible.

Sa chair est jaune foncé, onctueuse, grasse et sucrée avec un faux goût de pêche et de fleur. Selon les variétés ou lorsque le fruit est trop mûr, la chair devient parfois filandreuse.

Selon les textes, Bouddha reçut en don de la courtisane Ambapali un verger de manguiers pour y méditer et, selon de multiples interprétations, pour lui servir de source de revenus lui permettant ainsi de se consacrer à sa voie.Le manguier aura ainsi tendance à se répandre avec le bouddhisme, atteignant au Ve siècle av. J.-C. la Malaisie puis l’Extrême-Orient. Le voyageur et pèlerin chinois Xuanzang l’aurait ramené en Chine de son voyage en Inde. Les Arabes l’introduisent, quant à eux, au Moyen-Orient et en Afrique.

En 1328, Jodanus Cutulus, évêque de Columbum, Quilon au Kérala en fait mention. Dans la première moitié du xve siècle, le voyageur Nicolò de’ Conti en fait la première description connue sous le nom d’amba, du sanskrit amram.

Au XVIe siècle, l’empereur moghol Akbar a fait planter un verger de 100 000 manguiers dans les jardins de Darbhanga.

D’Afrique, les Portugais l’apportent au Brésil et il se répand dans le Nouveau Monde. Les premières cultures en Floride, dues au Dr Henry Perine, datent de 1833, le fruit atteint la Californie dans les années 1880.

Aujourd’hui, la mangue est cultivée dans tous les pays tropicaux et subtropicaux du globe, et on en connaît plusieurs centaines d’espèces différentes, dont quelques-unes seulement sont commercialisées.

Dans l’État du Pendjab en Inde, à Burail, pousse un manguier de 20 m de haut, 10 m de circonférence, doté de branches de 4 m de circonférence et plus de 25 m de long, qui donne 17 000 kilos de mangues par an.

Le point jaune est une marque qui apparaît sur la peau de certaines variétés de mangue et qui indique que le fruit est arrivé à maturité. Malheureusement, pour l’export, les fruits sont cueillis verts, ce qui en diminue les qualités gustatives. Toutefois, comme la banane ou le kiwi, la mangue est un fruit climactérique et peut donc mûrir après la cueillette, plus rapidement (comme la banane et d’autres fruits) en présence d’éthylène.

Pour faire face aux difficultés posées en Afrique par une brève période de production (difficultés à écouler les fruits), dans les années 2000 des essais d’amélioration de la conservation en frais des mangues (variétés ‘Kent’, ‘Tommy Atkins’ et ‘Early Gold’…) ont été menés pour faciliter leur stockage et leur transport. Des enrobage par une cire naturelle (cire du palmier à cire Carnauba ou par de la gomme-laque (ou shellac, une cire produite par une cochenille asiatique) ont été testés, de même que des enrobages par des protéines ou des polysaccharides (ex. : Amidon de Colocasia esculenta)8, montrant que certains de ces traitement peuvent finir par donner un goût fermenté/alcoolisé à la mangue en fin de période de conservation9. Des traitements antimicorbiens des tranches de mangues vendues sous sachets (ex. : huile de neem à hauteur de 1 % de l’enrobage, mais avec d’éventuels effets de toxicité et gustatif8), et un emballage sous atmosphère modifiée ont aussi été testés.

Dans les pays d’Afrique de l’Ouest qui ont parfois du mal à gérer l’exportation de mangues fraîches en raison de problèmes d’acheminement, on développe la production de mangues séchées. Cette opération permet de mieux exploiter la production en transformant le produit sur place, ce qui apporte des emplois locaux et donne ainsi une valeur ajoutée à la production.

La production mondiale s’est élevée à environ 26,3 millions de tonnes en 2004. La mangue est ainsi le sixième fruit le plus produit au monde (après la banane, le raisin, l’orange, la pomme et la banane plantain). Quatre-vingts pays dans le monde sont producteurs de mangue.

Depuis quelques années, la production mondiale de mangue s’est considérablement accrue. Cela principalement grâce à l’apparition de nombreux nouveaux pays producteurs comme la Chine, dont la production a connu une telle croissance qu’elle occupe à présent la seconde place mondiale. Même les pays comme l’Inde où la mangue pousse depuis des milliers d’années ont récemment augmenté leur production mais la production indienne est principalement consommée sur place.

La mangue est consommée dans le monde entier mais elle n’est réellement délicieuse que cueillie à point et donc consommée près de là où elle pousse. La mangue est mûre lorsqu’elle cède sous une légère pression des doigts et qu’un parfum capiteux s’en dégage, ou, de manière quasi-certaine, quand des traces de sucre sont visibles à la base de la queue. Une mangue verte n’est pas souvent mûre, mais il y a des exceptions. Le goût de la mangue dépend de la variété et de la maturité ; on peut y trouver des goûts de pêche, de fleurs, de citron, d’abricot, de banane, de menthe… ou même d’essence de térébenthine.

On peut la manger nature ou l’incorporer aux salades de fruits, aux céréales et aux sorbets. On peut la transformer en coulis ou faire de la confiture. Elle est habituellement utilisée, sous forme sèche et moulue, dans de nombreux plats de légumes de la cuisine du nord de l’Inde pour donner un peu d’aigreur où elle est appelée amchur (parfois écrit amchoor), am étant le mot hindi pour « mangue ». Elle est délicieuse avec la volaille, le canard et le porc. Dans les Mascareignes, la mangue verte peut être utilisée pour un rougail épicé qui accompagnera les plats de viande.

Les chutneys à la mangue verte sont des condiments doux composés de mangue et d’épices variées. Ils accompagnent les plats au curry, la viande froide ou les fromages. Il existe plusieurs recettes de chutneys à la mangue, suivant l’origine jamaïcaine ou indienne.

La matière grasse issue du noyau de la mangue est incorporée à certains aliments tels le chocolat.

La consommation du noyau peut causer des crampes sévères. Elle contient des antioxydants, comme la vitamine C et le lupéol, qui diminue la croissance des cellules cancéreuses, notamment dans le cancer de la prostate.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.