L’ail.

L’ail (pluriel : ails ou aulx), ail commun ou ail cultivé (Allium sativum) est une espèce de plante potagère vivace monocotylédone dont les bulbes, à l’odeur et au goût forts, sont souvent employés comme condiment en cuisine. La tête d’ail se compose de plusieurs caïeux ou « gousses » d’ail. La fleur d’ail est aussi consommée.

On en distingue plusieurs types.

Originaire d’Asie centrale, il aurait été utilisé depuis 5 000 ans en région méditerranéenne, en particulier en Égypte. Il est aujourd’hui toujours très apprécié dans de nombreuses régions pour ses qualités gustatives et médicinales.


Plante herbacée, bulbeuse et vivace assez grande ànombreuses feuilles engainant le bas de la tige. Elle mesure 50 à 120 cm de hauteur.

L’inflorescence est rare chez beaucoup de cultivars et n’apparaît qu’occasionnellement en cas de stress. Elle est enveloppée d’une spathe en une seule pièce tombant assez rapidement. Les fleurs sont groupées en ombelles. Assez peu nombreuses, elles sont de couleur blanche ou rose et s’épanouissent en été.

Le fruit est une capsule à trois loges, mais celle-ci est très rarement produite et la hampe florale donne plus souvent naissance à des bulbilles florales sauf pour les cultivars originaires d’Asie centrale et du Caucase qui sont proches du type sauvage.

La multiplication végétative est plutôt la règle par le biais des bulbes formés à la base de la tige. Ce sont des bulbes composés de trois à vingt bulbilles (gousses) arquées appelés caïeux. Chacun est entouré d’une tunique parcheminée et le groupe d’un même pied est lui-même inclus dans une tunique identique à multiples couches.

La plante donne en moyenne par distillation 0,25 % d’huile essentielle (soit environ 7,5 mg par « gousse » d’ail d’environ 3 grammes, très loin du seuil de toxicité létale des sulfures d’allyle, qui nécessiterait l’ingestion de près de 200 gousses d’ail par kilo, ou plus de 14 000 gousses d’ail pour un adulte de 70 kilos, ce qui n’est pas réalisable). Toutefois sous la forme concentrée de l’huile essentielle distillée, le produit peut facilement devenir toxique et fortement allergène, par ingestion d’une quantité voisine du gramme. Des allergies peuvent cependant se développer avec au fil des années par des contacts sans protection, répétés et fréquents avec l’ail frais.

La cuisson de l’ail ôte la plus grande partie de sa toxicité allergène (mais ne le rend pas plus digeste pour ceux qui ont du mal à métaboliser ses composés organosoufrés trop concentrés). Cependant, la préparation initiale en écrasant la gousse d’ail fraîche (plus facile à réaliser en ôtant le germe central un peu trop ligneux, ce qui ne réduit pratiquement pas la quantité d’organosoufrés encore présents dans la gousse) et en laissant la purée d’ail s’oxyder à l’air pendant 15 minutes avant consommation (le temps que soient libérés les produits volatils les plus actifs et que s’effectue la transformation des alliines libérées) suffit généralement à lui ôter son caractère potentiellement allergène ou les intolérances digestives ; la faible toxicité relative du produit naturel est également réduite à néant dans un pH acide inférieur à 3 (par exemple dans l’estomac) et ne représente aucun danger spécial (ce n’est pas le cas de l’huile essentielle par un contact direct avec la peau et les muqueuses, sur lesquelles il peut provoquer des inflammations, dangereuses sur les muqueuses respiratoires : l’huile essentielle ne devrait pas être inhalée directement ou seulement à très faible dose et en diffusion lente).

Le centre de primo-diversification se situe en Asie centrale (Kazakhstan, Tadjikistan, Xinjiang) avec une branche secondaire en Méditerranée et dans le Caucase et une autre en Afghanistan et Nord de l’Inde. Ces souches sauvages ont une morphologie assez peu diversifiée qu’on peut décrire en trois groupes : les « asiatiques précoces » présents dans le centre de l’aire, le groupe IId à l’est et le groupe probablement originel à grandes hampes florales et bulbes violets représenté par trois types l’un à bulbilles peu nombreuses (4-6) et assez grosses, un autre à bulbilles plus nombreuses (8-12) et plus petites et un troisième à bulbilles très petites (taille d’un pois) et encore plus nombreuses.

Ce troisième groupe a des hampes à fleurs soit mâles-stériles soit mâles-fertiles. Certains clones produisent des graines normalement. Ils sont très proches morphologiquement mais en fait assez diversifiés génétiquement et sont regroupés sous le nom de variété botanique var. longicuspis.

Il est utilisé depuis 5 000 ans. Il figure dans la plus ancienne recette de cuisine, originaire de Mésopotamie, qui soit parvenue à l’époque contemporaine. On a retrouvé des gousses d’ail en argile datant de 3 750 ans av. J.-C. Il était largement cultivé en Égypte. Hérodote rapporte que le premier conflit social connu de l’histoire de l’humanité fut provoqué par la ration d’ail supprimée aux ouvriers égyptiens construisant la pyramide de Cheops.

Le papyrus Ebers mentionne l’ail a 22 reprises pour différentes affections. Les Grecs et les Romains lui prêtaient un pouvoir fortifiant et le donnaient à manger à leurs soldats en campagne. Les athlètes grecs en consommaient de grandes quantités, pour son pouvoir fortifiant (les propriétés de vasodilatation, de broncho-dilatation de l’ail revêtent effectivement un intérêt évident pour améliorer les performances sportives). Dans l’Odyssée, Hermès en donne à Ulysse qui l’utilise comme antidote pour ne pas être changé en pourceau par Circé.

La plante aime les sols légers, profonds, riches en éléments nutritifs anciens et bien drainés. Les bulbes d’ail pourrissent dans les sols lourds et glaiseux, surtout s’ils restent humides. Il ne faut pas cultiver dans les sols organiques ni utiliser de fumiers frais, cela les fait pourrir.

Les différents caïeux sont séparés des bulbes et sont enfouis tête en haut visible à 2-3 cm de profondeur. Les plants sont espacés de 10 à 15 cm sur les lignes qui sont elles-mêmes séparées de 25 à 30 cm. Utiliser les parties extérieures pour la plantation et les caïeux du centre pour la consommation.

Ail de Lautrec, prêt-à-poster.

L’ail préfère les engrais granulaires minéraux. Ne jamais rechausser les bulbes d’ail, la surface du bulbe doit se trouver à l’air.

En France, on peut le planter à partir de mai. Dans les régions plus chaudes, la plantation peut se faire jusqu’en automne si elle est faite dans un sol qui se drainera bien en hiver. Les plantations automnales donnent de meilleures récoltes.

Au Canada, la plantation se fait généralement en octobre sous un paillis qui est retiré au printemps. Certains préfèrent planter au printemps dès que le sol est dégelé. La récolte se fait fin juillet, début août.

Récolte : à la fin de l’été, « nouer » le feuillage (le coucher sur le sol) afin de faire mûrir les bulbes et d’augmenter la récolte.

Les gousses des épiceries sont souvent traitées aux anti-germinatifs et ne peuvent donc pas être replantées. Les plants certifiés commercialisés dans les jardineries sont une garantie pour un bon état sanitaire, une meilleure reprise, et un rendement supérieur.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.