La grande mosquée de Paris.

La grande mosquée de Paris est une mosquée française construite dans le style hispano-mauresque avec un minaret de 33 mètres. Elle est située 6, rue Georges-Desplas dans le quartier du Jardin-des-Plantes du 5e arrondissement de Paris. La mosquée, inaugurée le 15 juillet 1926, a été fondée par Kaddour Benghabrit. Elle a une place symbolique importante pour la visibilité de l’islam et des musulmans en France. Elle est la plus ancienne mosquée de France métropolitaine.


L’histoire de la mosquée de Paris est liée à la colonisation.

Un premier projet de mosquée à Paris « dans le quartier Baujon en 1842, puis la relance d’intentions similaires à l’ambassade marocaine en 1878 et 1885 » sont attestés.

En 1846, la Société orientale propose un projet de construction « à Paris, puis à Marseille, [d’]un cimetière, [d’]une mosquée et [d’]un collège musulmans ». Selon l’historien Michel Renard, « aux motifs philanthropiques, s’ajoutent des raisons politiques (la conquête et la pacification de l’Algérie), mais également religieuses car les musulmans sont estimés plus proches du christianisme romain que ne le sont les juifs ». La réaction négative du ministère de la Justice et des Cultes, qui débat avec le Quai d’Orsay, enterre le projet pour dix ans.

« L’ambassade ottomane à Paris [est] […] à l’origine de l’arrêté préfectoral du 29 novembre 1856 qui délimita un enclos spécial réservé aux inhumations de musulmans dans la 85e division du cimetière de l’Est parisien, dit du Père-Lachaise. »

Grande mosquée de Paris, carte maximum, 11/02/2012.

« L’enclos aurait mesuré environ 800 m2. […] On y éleva un édifice, appelé « mosquée », pour abriter la toilette mortuaire et la prière aux défunts. Ce fut ainsi la première mosquée aménagée sur le territoire parisien et non pas la première en Europe de l’Ouest depuis la disparition des musulmans du sud de la France au IXe siècle, car une première mosquée a longtemps été utilisée à Marseille dans l’enceinte du « cimetière des Turcs » (détruite pendant la Révolution). »

Le cimetière abrita d’abord les sépultures des Ottomans morts en France. Peu utilisé, en 1883, il a été rétréci. Le bâtiment se délabra. « Le gouvernement ottoman décida de financer sa reconstruction et son extension. » En 1914, un projet architectural est proposé ; un édifice plus important avec un dôme et des caractéristiques « islamiques » affirmées. La Première Guerre mondiale empêcha la réalisation de ce projet. « En 1923, la commission interministérielle des affaires musulmanes discuta des travaux à exécuter au cimetière musulman du Père-Lachaise. Elle conclut à l’inutilité d’édifier une mosquée dans cette nécropole, puisque l’on en bâtissait une dans « le quartier du Jardin des plantes. »

Grande mosquée de Paris, prêt-à-poster.

Un premier projet de mosquée est envisagé sans succès en 1895 par le comité de l’Afrique française animé par Théophile Delcassé, Jules Cambon, le prince Bonaparte et le prince d’Arenberg. Un article de La Presse du 12 janvier 1896 est pourtant encore optimiste concernant ce projet de mosquée qui aurait dû être construite sur le quai d’Orsay avec le soutien financier du sultan de Constantinople, du vice-roi d’Égypte et du sultan du Maroc, notamment.

La décision de construire la mosquée de Paris, première mosquée construite en France métropolitaine, se concrétise après la Première Guerre mondiale pour rendre hommage aux dizaines de milliers de morts de confession musulmane qui avaient combattu pour la France. Cette décision remonte plus précisément au lendemain de la Bataille de Verdun lorsque la Société des Habous est chargée de construire la mosquée. Cette association, créée en 1917, a pour but d’organiser le pèlerinage annuel de la Mecque pour l’Afrique du Nord, en assurant aux pèlerins les conditions réglementées de sécurité et d’hygiène durant leur voyage au Hedjaz.

La grande mosquée de Paris est financée par l’État français à travers la loi du 19 août 1920 (Journal officiel du 21 août 1920) qui accorde une subvention de 500 000 francs pour la construction d’un institut musulman regroupant une mosquée, une bibliothèque et une salle d’étude et de conférences. La loi du 19 août 1920 déroge à la Loi de séparation des Églises et de l’État portant sur la laïcité bien que les signataires tels que Édouard Herriot et Aristide Briand soient les mêmes. La Grande Mosquée est bâtie sur l’emplacement de l’ancien Hôpital de la Pitié et voisine du Jardin des plantes de Paris. La première pierre est posée le 19 octobre 1922. Les travaux sont réalisés par Robert Fournez, Maurice Mantout et Charles Heubès d’après les plans de Maurice Tranchant de Lunel.

Elle est inaugurée le 16 juillet 1926, en présence du président Gaston Doumergue et du sultan du Maroc Moulay Youssef. Doumergue célèbre alors l’amitié franco-musulmane scellée dans le sang sur les champs de bataille européens et affirme que la République protège toutes les croyances. La veille de l’inauguration, Messali Hadj tient le premier meeting de l’Étoile nord-africaine, et critique une « mosquée-réclame ».

En 1929, le roi d’Égypte Fouad Ier a offert le minbar de la mosquée, utilisé jusqu’à nos jours.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.