Bernard Koenen, homme politique.

Bernard Koenen (17 février 1889 à Hambourg – 30 avril 1964 à Berlin ) était un homme politique allemand. Entre 1953 et 1958, il est ambassadeur d’Allemagne de l’Est en Tchécoslovaquie.


Koenen est né à Hambourg, fils d’un menuisier-menuisier et d’un cuisinier. Son père était un militant socialiste qui a participé à la fondation de la Deuxième Internationale à Paris cinq mois après sa naissance. Au tournant du siècle, son père était un membre dirigeant du Parti social-démocrate. [4] Le 17 janvier 1906, ils faisaient partie des quelque 80 000 personnes à Hambourg qui ont participé à la toute première marche de protestation politique de masse en Allemagne, protestant contre un système électoral qui privilégiait les classes supérieures aux dépens de la classe ouvrière ; Bernard Koenen a distribué des tracts lors de la marche.

À la sortie de l’école, Koenen s’était lancé dans un apprentissage de machiniste-ajusteur et en 1906, il avait rejoint le syndicat allemand des métallurgistes. L’année suivante, il a eu 18 ans et a rejoint le Parti social-démocrate (SPD).  Ses qualifications l’ont évidemment rendu facilement employable et une période du voyage a suivi, prenant à Lausanne, Bruxelles, Lille, et la Tunisie, où, à Bizerte, il était parmi ceux qui ont fondé le Parti Socialiste en Tunisie. Il entreprit son service militaire entre 1910 et 1912 puis retourna travailler à l’étranger dans l’industrie. Il est appelé dans l’armée en 1914, mais libéré du service militaire en 1916 pour “activités anti-militaires”. En 1917, il avait déménagé à Leuna en Saxe-Anhalt où il  travaillait comme électricien. En 1917, il rejoignit le Parti social-démocrate indépendant (USPD) qui s’était divisé principalement en raison du soutien continu du SPD à la guerre. Pendant la révolution de novembre , Koenen était chef adjoint du conseil ouvrier de l’ usine chimique de Leuna où il travaillait alors.

Koenen a rejoint le parti communiste allemand récemment formé en 1920 et est devenu membre de l’équipe de direction du parti pour Regierungsbezirk Merseburg. En 1923, il rejoint la direction nationale du parti. À partir de 1922 jusqu’à 1933 il s’est assis aussi comme un membre de l’ assemblée législative régionale ( Landtag ) pour la Saxe. Le factionnalisme a continué à être une caractéristique de la politique de gauche au cours des années 1920 et, à partir du milieu de la décennie, Koenen a été identifié avec la soi-disant faction conciliatrice ( Versöhnler ), ce qui l’amène en 1929 à être relevé de certaines de ses fonctions de parti par le chef du parti, Ernst Thälmann.

En janvier 1933, le NSDAP (parti nazi) prend le pouvoir et entreprend d’établir un gouvernement à parti unique en Allemagne. Les dirigeants du parti communiste étaient des cibles particulières. Le 12 février 1933, au cours de la marche de propagande nazie Eisleben Eisleber Blutsonntag  (dimanche sanglant), plusieurs dirigeants communistes sont tués ; Koenen, cependant, a simplement été agressé et grièvement blessé par des membres des SA , à la suite de quoi il a perdu un œil. Pour les prochains mois, avec un mandat d’arrêt pour son arrestation, il a été caché dans une clinique privée par un docteur qui était sympathique à la cause Communiste.

En mai 1933, avec plusieurs autres communistes en fuite, il réussit à se rendre en Sarre, la seule partie de l’Allemagne encore sous occupation militaire étrangère après la fin de la Première Guerre mondiale. En juillet 1933, Koenen a émigré en Union soviétique, où il restera jusqu’en 1945. Initialement, il a travaillé comme secrétaire d’organisation de l’ organisation International Red Aid. Puis, en 1937, il fut pris dans les purges de Staline et détenu par le NKVD jusqu’en 1939. Cependant, en 1940, on lui fit de nouveau confiance pour entreprendre des missions. Entre 1941 et 1943, il travaille pour la station de radio “Deutschen Volkssender” (” Radio populaire allemande “), transféré en août 1943 à Radio “Freies  Deutschland” (” Allemagne libre “). Il a commencé à travailler pour le Comité national parrainé par les Soviétiques pour une Allemagne libre en 1943, qui était aussi l’année où il a rejoint le Comité central du Parti communiste allemand (exilé).

Koenen prononçant un discours sur une place de la ville de Halle pour célébrer la naissance de la République démocratique allemande le 8 octobre 1949. Koenen retourna en 1945 dans la zone d’occupation soviétique dans ce qui restait de l’Allemagne. En avril 1946, il devient membre fondateur du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED / Sozialistische Einheitspartei Deutschlands ) . La création du parti résulte d’une fusion controversée , en zone soviétique, du Parti communiste et du Parti social-démocrate, plus modérément à gauche. La fusion était en théorie une fusion d’égal à égal, mais au moment où la République démocratique allemande a été officiellement fondée en 1949, il était à noter que les postes d’influence et de direction du parti étaient presque tous occupés par des hommes qui, comme Koenen, avaient été membres duParti communiste jusqu’en 1946. Avec des politiques de droite discréditées par douze années désastreuses de gouvernement nazi, la neutralisation de facto de la gauche modérée a permis un retour au gouvernement à parti unique , mais cette fois le modèle avait été préparé, en détail, à Moscou. À la fin des années 1940, Koenen travaille comme officier du parti dans la région de Halle. Entre 1946 et 1952 il était aussi un membre et un chef du groupe SED dans la législature régionale de Saxe-Anhal.

Au niveau national, Koenen a été membre du Comité central du Parti de 1946 jusqu’à sa mort en 1964. Sous le système soviétique, sur lequel la constitution est-allemande était calquée, les responsabilités des ministres du gouvernement se limitaient à mettre en œuvre les décisions du Comité central du Parti, tandis qu’un système de vote à liste unique garantissait que l’ Assemblée législative nationale ( Volkskammer ) était également contrôlée par le SED au pouvoir(c’est-à-dire par son comité central). En termes de pouvoir et d’influence, l’appartenance au Comité central de  Koenen était donc plus importante que l’appartenance aux législatures régionales ou nationales, bien que dans la pratique, de nombreux membres du Comité central aient occupé simultanément des fonctions dans les législatures nationales ou régionales et / ou en tant que ministres du gouvernement. Koenen lui-même a combiné l’adhésion au Comité central avec l’adhésion à la législature nationale ( Volkskammer ), bien qu’il ait été rapporté qu’il avait refusé le poste ministériel afin d’éviter d’avoir à réduire les fonctions du parti.

De 1946 à 1964, Koenen a également occupé un siège à l’ Assemblée législative nationale. Cependant, en 1952, il perdit son siège et sa position de leader à la législature régionale de Saxe-Anhalt lorsque les législatures régionales furent abolies dans le cadre d’un programme plus large de réforme du gouvernement régional. En partie à la suite de ces réformes, les conseils locaux et municipaux sont devenus plus importants. Entre 1952 et 1953, puis à nouveau, à la suite de Franz Bruk, de 1958 à 1963, Koenen a été premier secrétaire de la direction régionale du SED ( Berzirksleitung ) à Halle.

De 1953 à 1958, Koenen est nommé ambassadeur de son pays en Tchécoslovaquie voisine, poste important, succédant à Fritz Große.

Entre 1960 et 1964, il a été membre du Conseil d’État de l’Allemagne de l’Est.

En dehors de la politique, il a également travaillé comme enseignant et journaliste.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :