Aphrodite, déesse de l’amour.

Dans la mythologie grecque, Aphrodite (en grec ancien : Ἀφροδίτη / Aphrodítē) est la déesse de l’Amour dans son acception la plus large.

Sa fête principale, les Aphrodisies, était célébrée chaque année au milieu de l’été. En Laconie, Aphrodite était vénérée comme une déesse guerrière.

Dans la mythologie grecque, Aphrodite est quelquefois mariée à Héphaïstos, dieu du feu, de la forge et de la métallurgie. Les légendes font également part de ses aventures avec de nombreux amants, dont notamment Arès, Dionysos et Hermès.

Avec Athéna et Héra, Aphrodite est l’une des trois déesses dont la querelle entraîne le début de la guerre de Troie au cours de laquelle elle joue un rôle majeur.

Plus tard, les Romains ont assimilé Aphrodite à la Vénus de la mythologie romaine.

Aphrodite, carte maximum, France, 2007.

Aphrodite a été présentée dans l’art occidental comme un symbole de la beauté féminine et elle apparaît dans de nombreuses œuvres artistiques depuis la Renaissance jusqu’à nos jours.


Certains mythologues comparatifs ont affirmé qu’Aphrodite était un aspect de la déesse grecque de l’aube, Éos, et qu’elle résultait donc en définitive de la déesse de l’aube indo-européenne (grec Éos, latin Aurora, sanskrit Ushas). Deborah Dickmann Boedeker souligne ainsi que la désignation d’Aphrodite comme « fille de Zeus » ou, selon les traditions, d’Ouranos, rejoint celle de l’Aurore comme fille du Ciel dans la tradition indo-européenne. La plupart des érudits modernes ont rejeté la notion d’une Aphrodite purement indo-européenne, mais il se peut que la notion indo-européenne d’une déesse de l’aube ait influencé celle de la divinité, à l’origine sémitique, Aphrodite, également réputée pour sa beauté érotique, sa sexualité agressive et ses relations avec des amants mortels.

Michael Janda analyse le nom d’Aphrodite comme une épithète d’Éos signifiant « celle qui se lève de l’écume [de l’océan] » qui renvoie au récit théogonique d’Hésiode de la naissance d’Aphrodite en tant que réflexe archaïque du mythe indo-européen. Jean Haudry l’interprète également comme signifiant « cheminant sur l’écume » ou « qui a l’éclat de l’écume ». Le mythe d’Aphrodite émergeant des eaux après que Cronos a vaincu Ouranos, serait alors directement apparenté à celui d’Indra vainqueur de Vrtra et libérant Ushas, la déesse de l’aurore dans le Rig-Véda. Cette image héritée se retrouve dans son épiclèse d’Aphrodite Anadyomène « celle qui sort de l’eau ».

À l’origine, déesse de l’Aurore, elle est devenue la déesse de l’amour sous toutes ses formes, incluant la prostitution, avec l’Aphrodite pórnē d’Abydos, l’Aphrodite hetaíra d’Athènes, ce rôle dérivant du mythe de l’Aurore qui s’unit à un mortel.

Aphrodite possède plusieurs légendes sur sa naissance.

Dans les épopées homériques, l’Iliade et l’Odyssée, les plus anciennes œuvres littéraires grecques connues, Aphrodite naît de Zeus (Iliade, V, 131; 329-351; 418-430; XIV, 188-224; XX, 105; XXIII, 184-187) et Dioné (Iliade, V, 348-417) : « Lors Aphrodite tomba aux genoux de Dioné, sa mère, et celle-ci serra sa fille dans ses bras… » Dioné est une figure mal connue dont le nom, apparenté au nom de Zeus (Ζεύς, génitif Διός), suggère qu’elle était initialement sa parèdre.

Le pseudo-Apollodore (Bibliothèque, Livre I, chapitre 3, §1) suivra la version d’Homère : (parlant de Zeus) : « ἐκ Διώνης δὲ Ἀφροδίτην » / « De Dioné il eut Aphrodite ».
Fille de Zeus, elle est logiquement la demi-sœur des autres enfants de Zeus. Dans Homère (Iliade, V, 352-364), elle demande à son frère Arès de lui prêter son char : « O frère, viens à mon secours, prête-moi tes coursiers pour que je remonte à l’Olympe… ». Nous savons qu’Arès est le fils de Zeus et Héra (Iliade, V, 872-898).
Dans la Théogonie d’Hésiode, une autre version de la naissance d’Aphrodite est donnée (vers 173-206) : Cronos vient de couper les bourses d’Ouranos. Il les jette « ensuite, au hasard, derrière lui. Ce ne fut pas pourtant un vain débris qui lors s’enfuit de sa main. Des éclaboussures sanglantes en avaient jailli; Gaia (Terre) les reçut toutes, et, avec le cours des années, elle en fit naître les puissantes Erinyes, et les grands Géants […], et les Nymphes qu’on nomme Méliennes. Quant aux bourses, à peine les eut-il tranchées avec l’acier (adamanti, traduit quelquefois par « diamant » ; l’idée étant « matière très dure ») et jetées de la terre dans le flot (pontô) (ici écrit sans majuscule), qu’elles furent emportées au large, longtemps; et, tout autour, une blanche écume sortait du membre divin. De cette écume, une fille se forma, qui toucha d’abord à Cythère la divine, d’où elle fut ensuite à Chypre qu’entourent les flots; et c’est là que prit terre la belle et vénérée déesse qui faisait autour d’elle, sous ses pieds légers, croître le gazon et que les dieux aussi bien que les hommes appellent Aphrodite, [Le traducteur met des crochets au vers 196, indiquant par là qu’il s’agit vraisemblablement d’un ajout ultérieur au texte d’Hésiode : « déesse née de l’écume (aphrogenea), et aussi Cythérée au front couronné »], pour s’être formée d’une écume (aphrô), ou encore Cythérée, pour avoir aborder à Cythère, [Des crochets sont mis aux vers 199-200 : « ou Cyprogénéia, pour être née à Chypre battue des flots, ou encore Philommédée, pour être sortie des bourses. »]. Eros (Amour) et le bel Himéros (Désir), sans tarder, lui firent cortège, dès qu’elle fut née et se fut mise en route vers les dieux ».

Hésiode a interprété le nom de la déesse comme signifiant « née de l’écume20 » (ἀφρός / aphrós) — il ne s’agit en fait que d’une étymologie populaire, sans fondement — L’étymologie reste obscure. Quant à l’épithète homérique φιλομμειδής / philommeidếs, dans un passage vraisemblablement ajouté au texte d’Hésiode, elle a été interprétée comme signifiant « sortie des testicules » (μήδεα / mếdea), ce qui est un jeu de mots, l’épithète signifiant, chez Homère, « qui aime les sourires », de μειδιάω / meidiáô.

D’après le traducteur d’Apollodore, le pseudo-Orphée (Hymnes orphiques, 52) semble avoir suivi la même tradition car il la nomme ποντογενὴς, « née du flot »16. Pour cet hymne, la traduction (texte grec absent) de Leconte de Lisle donne « née de l’écume »).

Le culte d’Aphrodite s’associe souvent à la sexualité, mais ce n’est pas la seule fonction de la déesse. Elle est en rapport avec les activités des jeunes filles en général.

Les détails du mythe de Thésée et ses amours avec Ariane montrent une Aphrodite impliquée dans la sexualité hors mariage, alors que dans l’Illiade, Zeus lui attribue « les charmantes œuvres du mariage ». Le culte athénien, ainsi que celui d’autres cités grecques, l’associe à la fécondité.

Les attributions d’Aphrodite ont pu évoluer selon les époques et les cités. À Sparte, où l’on contrôle plus rigoureusement la sexualité des jeunes filles, elle est associée à des divinités plus sévères.

À l’époque tardive, les auteurs tentent de séparer plus rigoureusement les attributions des divinités de l’Olympe, et celles d’Aphrodite se trouvent plus étroitement circonscrites. Cependant, en tous temps, ce sont surtout les jeunes filles et les femmes, plus que les hommes et les garçons, qui ont des devoirs envers la déesse.

La beauté féminine, précieuse aux jeunes filles en vue de leur mariage, aux femmes à qui elle facilite l’harmonie avec leurs époux, et aux courtisanes pour qui elle est une nécessité de leur commerce, se reflète dans les miroirs décorés de la figure d’Aphrodite, parfois offerts au temple de la déesse quand leurs propriétaires ont vieilli.

Aphrodite possède de nombreuses épithètes qui reflètent les aspects de son culte. Dans d’autres épiclèses se retrouvent le type et les noms de ses lieux de culte et de ses sanctuaires.

Selon Hérodote, c’était spécifiquement le culte d’Aphrodite Ourania (Ἀφροδίτη Οὐρανία / Aphrodítê Ouranía) « la céleste » qui avait été introduit à Chypre depuis l’Ascalon syrien. D’après Pausanias, le culte d’Ourania s’est d’abord installé à Paphos à Chypre. Par des épiclèses, l’épithète est attestée en Attique, à Corinthe (comme Πειθώ Οὐρανία / Peithṓ Ouranía) et à Panticapée en Crimée (Οὐρανία Ἀπατούρη Βοσπόρου μέδουσα / Ourania Apatoúrē Bospórou médousa).

À Athènes, il existait « dans les jardins » (ν κήποις), qui se trouvaient probablement au bord de l’Ilissos, un temple d’Aphrodite Ourania, qui, sur un hermès, était décrite comme « la plus ancienne des Moires ». Il y avait aussi une statue importante de la déesse de la main d’Alcamène au même endroit. Un deuxième temple athénien d’Ourania a été trouvé près de Kerameikos et de la stoa du roi (Stoa Basileios) avec une statue de Phidias. Au Pirée se trouvait un temple d’Aphrodite Syría Ouranía (Συρία Οὐρανία).

L’épithète de Pandémos (Πάνδημος / Pándêmos) « commun à tous, de tout le peuple » était liée à l’organisation politique de différentes communautés (voir dèmos). Aphrodite agissait comme la divinité de « l’entente civique et de l’harmonie ». La fondation du culte d’Aphrodite Pandémos à Athènes était attribuée à Thésée et considérée comme une conséquence de la réunion des Athéniens des dèmes en une seule cité. Aphrodite est ainsi « la déesse du peuple entier, le peuple souverain trouve en elle une protectrice attentive ».

La Pandémos attique était aussi appelée epitragía (ἐπιτραγία « de la chèvre »). Selon Plutarque, elle avait acquis cette épithète d’un épisode de la vie de Thésée lorsque, sur la recommandation d’Apollon, le héros avait sacrifié une chèvre à Aphrodite avant de partir pour la Crète dans l’espoir qu’elle le guiderait dans son voyage. L’animal se serait soudainement transformé en bouc. Les victimes caprines étaient caractéristiques d’Aphrodite dans tout le pays. Cette image de la déesse chevauchant le bouc n’a, néanmoins pas été la caractéristique exclusive d’Aphrodite Pandémos ; les ex-voto, d’Athènes et d’ailleurs, qui la représentent de cette manière, la situent fréquemment dans un contexte où elle est spécialement Ourania. Pour Vinciane Pirenne-Delforge, Aphrodite, qu’elle ait été Pandémos ou Épitragia, semble également avoir été en relation avec le passage des jeunes gens de l’adolescence à la sexualité adulte.

Aphrodite a également joué le rôle de déesse de la cité probablement à Cassope (en) en Épire et à Metropolis en Thessalie. Parfois, ses deux épiclèses apparaissaient côte à côte. Ainsi, les Thébains se vantaient de posséder trois tableaux archaïques en bois d’Aphrodite Ourania, Pandemos et Apostrophía (Ἀποστροφία « celle qui détourne »), qui auraient été donnés par Harmonie et créés à partir des figures de proue des navires des Cadmos.

Nymphidia. Aphrodite était vénérée à Hermione sous le nom de Nymphía (Νυμφία « la mariée »). Les vierges lui sacrifiaient avant le mariage, tout comme les veuves qui voulaient se marier à nouveau. Le culte d’Aphrodite Hera à Sparte semble similaire, au cours duquel les mères sacrifiaient à son image en bois lorsque leurs filles se mariaient.

Diverses épithètes font également référence à la sphère de la mer et à la navigation : Pelagía (Πελαγία, voir sainte Pélagie), Pontía (Ποντία) « marine », Thalassía (Θαλασσία « celle de la mer » ), Eúploia (Εὔπλοια « celle qui accorde une bonne traversée, heureuse navigation », ainsi à Cnide) ou Limenía (Λιμενία « celle du refuge ») est appelée Aphrodite en tant que déesse née de l’écume et protectrice des navigateurs.

L’un des temples les plus remarquables d’Aphrodite Pontia et Limenia est celui d’Hermione en Argolide, où se trouvait une impressionnante statue en marbre. Enfin et surtout, Thalassa « la mer » était la « mère » de la déesse de l’amour selon l’une des versions rapportant sa naissance ; elle-même était souvent vénérée avec Poséidon, en particulier en Argolide et en Arcadie, à Corinthe, Orchomène et à Patras.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.