Ville des Sables d’Olonne (Vendée).

Les Sables-d’Olonne est une commune nouvelle française, sous-préfecture du département de la Vendée dans la région des Pays-de-la-Loire.

La commune résulte de la fusion du Château-d’Olonne, d’Olonne-sur-Mer et des Sables-d’Olonne le 1er janvier 2019, lesquels font d’elle la deuxième commune la plus peuplée du département avec 44 017 habitants en 2017, et plus de 45 000 selon les estimations au 1er janvier 2019.

La communauté d’agglomération représente une population de 53 623 habitants.


La fondation des Sables-d’Olonne remonte à 1218. L’actuel bourg d’Olonne-sur-Mer était au Moyen Âge un port très actif situé au fond d’une baie abritée. L’envasement de cette baie ainsi que celle de Talmont conduisent le prince Savary de Mauléon à fonder un nouveau port à l’emplacement de l’actuel quartier de la Chaume et dans les dunes d’Olonne (d’où vient le nom de la ville). La ville va alors se développer sur le versant nord de la dune.

Les Sables d’Olonne, carte maximum, 31/01/2009.

En 1754, Les Sables-d’Olonne et la Chaume fusionnent. En 1844, la loi attribue à la ville, quatre-vingt-quatre hectares de terrains marécageux situés alors sur la commune d’Olonne sur lesquels seront aménagés par la suite la place de la Liberté et le cours Dupont. La même année, la commune du Château-d’Olonne cède à la ville soixante et un hectares de terrains situés à l’est du cimetière Arago. Toujours pour assurer le développement des Sables, la commune du Château-d’Olonne vendra à la ville l’embouchure du Tanchet en 1875 et la forêt de la Rudelière en 1913. Les frontières de ces trois communes resteront identiques jusqu’en 2019.

L’arrivée du chemin de fer en 1866 voit l’émergence des quartiers de la gare et de Saint-Michel au nord de la ville. Les constructions ne cesseront de s’étendre le long des grands axes entre le centre ville des Sables et les bourgs périphériques d’Olonne et du Château-d’Olonne. À partir des années 1930, la ville commence à se développer à l’est du boulevard de Castelnau et au sud de l’avenue d’Aquitaine. Ce nouveau quartier résidentiel sera doté d’une école (école Clemenceau), d’une église (église Saint-Pierre), de l’hôpital et du marché Arago qui donnera son nom à ce quartier. Ce développement se poursuivra vers l’actuel quartier des Présidents.

Jusqu’aux années 1950, les communes d’Olonne-sur-Mer et du Château-d’Olonne se sont essentiellement développées autour de leurs centres bourgs. En effet, ces deux communes ont longtemps gardé un caractère rural où la vie économique est essentiellement marquée par l’agriculture et l’artisanat. L’essor démographique de l’après-guerre pousse néanmoins les communes à construire de nouveaux lotissements. Le quartier de la Tonnelle à Olonne-sur-Mer et celui de la Pironière au Château sont aménagés respectivement en 1957 et 1959 à proximité immédiate de la ville des Sables et non pas autour des centres bourgs historiques. À partir des années 1960, la ville ne va alors cesser de s’étendre sur les deux communes périphériques avec la

cité Charcot en 1965, la Tournée des Olonnes, le Havre de la Mérinière en 1971, le hameau des Moinardes en 1973, la cité de la Gillerie puis le village de la Paillolière en 1977. Au Château-d’Olonne, les terrains situés entre le centre bourg et le quartiers des Nouettes sont également progressivement urbanisés au cours des dernières décennies, tout comme la partie sud de la ville, entre la route de Talmont et le littoral. Ces deux communes vont aussi faire le choix du développement de l’habitat maison individuel en raison de l’importante réserve foncière disponible sur leur territoire. Parmi les rares grands ensembles HLM construits dans les années 1960, on peut citer : la résidence des Aubépines (1961), la cité du Moulin (1963) ou encore la cité Charcot (1965).

Cette extension rapide pousse les trois communes à créer en 1964 un syndicat intercommunal à vocation multiple (Sivom) afin de travailler ensemble sur plusieurs projets nécessaires à leur développement. Parmi ces projets, on peut relever la création des zones d’activités des Fruchardières en 1968 et des Plesses en 1978, de nombreux établissements scolaires (écoles, collèges et lycées publics) ou encore du vaste espace sportif des Chirons en 1975. Pour plus d’efficacité, ce SIVOM sera remplacé en 1994 par la Communauté de communes des Olonnes. Dans les années 1980, l’idée de fusionner les trois communes fait son chemin parmi des citoyens qui décident de se regrouper au sein de l’association Arepo (Association pour la réunification et l’expansion du pays des Olonnes). Une étude présentée en 2009 par KPMG concluant à la nécessité d’une fusion relance le débat.

Les Sables d’Olonne, prêt-à-poster.

L’élection ou la réélection de listes municipales ouvertement favorables à la fusion lors des élections municipales de 2008 et 2014 vont alors donner un coup d’accélérateur à la fusion. En 2017, la communauté de communes fusionne avec celle de l’Auzance et de la Vertonne pour former la communauté d’agglomération des Sables-d’Olonne, puis c’est au tour des trois communes des Olonnes de fusionner en 2019.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.