Sarojini Naidu, femme politique et poétesse.

Sarojini Naidu, née Sarojini Chattopadhyay (bengali : সরোজিনী চট্টোপাধ্যায়) le 13 février 1879 à Hyderabad et morte le 2 mars 1949 à Lucknow, aussi connue sous le sobriquet de rossignol de l’Inde, est une femme politique et poétesse indienne. Elle est la première gouverneure des Provinces unies d’Agra et d’Oudh de 1947 à 1949, ainsi que la première femme à devenir gouverneur d’un État indien1. Elle fut la seconde femme (et la première femme indienne) à devenir présidente du Congrès national indien en 1925.


Sarojini Naidu naît à Hyderabad de Aghore Nath Chattopadhyay et Barada Sundari Debi le 13 février 1879. Son père est docteur en sciences de l’université d’Édimbourg, établi dans l’État d’Hyderabad, où il fonda et administra le collège Hyderabad, qui devint plus tard le collège Nizam de Hyderabad. Sa mère est une poétesse qui écrivait en bengali. Elle est l’aînée d’une fratrie huit frères et sœurs. Son frère Virendranath Chattopadhyaya devint un révolutionnaire et son autre frère, Harindranath, un poète, acteur et dramaturge.

Elle réussit son matriculation examination (équivalent du baccalauréat) à l’université de Madras, mais fait une pause de quatre ans dans ses études. En 1895, le Nizam scholarship Trust, créé par le 6e Nizam – Mir Mahbub Ali Khan, lui permet d’étudier en Angleterre, au King’s College de Londres puis au Girton College à Cambridge.

Elle rencontre Govindarajulu Naidu, un médecin de profession, et à l’âge de 19 ans, après avoir fini ses études, elle l’épouse. À cette époque, les mariages inter-castes n’étaient pas autorisés, mais son père donna son accord pour ce mariage.

Le couple a cinq enfants. Sa fille Padmaja Naidu devint gouverneur du Bengale-Occidental.

Sarojini Naidu rejoint le Mouvement pour l’indépendance de l’Inde dans le sillage de la partition du Bengale en 1905. Elle entre en contact avec Gopal Krishna Gokhale, Rabindranath Tagore, Muhammad Ali Jinnah, Annie Besant, C. P. Ramaswami Iyer, Mahatma Gandhi et Jawaharlal Nehru.

Entre 1915 et 1918, elle voyage dans différentes parties de l’Inde, faisant des lectures sur la sécurité sociale, l’autonomisation des femmes et le  nationalisme. Elle aide également à fonder la Women’s Indian Association (WIA) en 1917. Elle fut envoyée à Londres avec Annie Besant, présidente de la WIA, pour évoquer le droit de vote des femmes à la commission parlementaire.

En 1925, elle préside la session annuelle du Congrès national indien à Kanpur.

En 1929, elle préside le Congrès indien de l’Est-Africain, en Afrique du Sud. Elle est récompensée de la médaille Kaisar-I-Hind par le gouvernement britannique pour son travail sur l’épidémie de peste indienne.

En 1931, elle participa à une table ronde avec Gandhi et Madan Mohan Malaviya.

Elle joue un rôle de leader dans le mouvement de désobéissance civile et est incarcérée avec Gandhi et d’autres de ses dirigeants. En 1942, elle est arrêtée pendant le mouvement « Quit India ».

Sarojini Naidu commence à écrire à l’âge de douze ans. Son jeu persique, Maher Muneer, impressionne le Nawab d’Hyderabad.

En 1905, sa première collection de poèmes, intitulée The Golden Threshold est publiée. Ses poèmes sont admirés par de nombreux homme politique indiens, comme notamment Gopal Krishna Gokhale.

Sa collection de poèmes intitulée The Feather of The Dawn est éditée et publiée à titre posthume en 1961 par sa fille Padmaja.

Sarojini Naidu meurt d’une crise cardiaque alors qu’elle travaille dans son bureau de Lucknow, le 2 mars 1949.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.