Salut les copains !

Salut les copains (abrégé en SLC) est une émission de variétés radiophonique (pop) créée en 1959 sur Europe 1 par Frank Ténot et Daniel Filipacchi (sur une idée de Jean Frydman).

Le titre de l’émission est emprunté à la chanson de Gilbert Bécaud, sortie en 1958 et dont le texte est signé Pierre Delanoë, à l’époque directeur des programmes d’Europe n°1 avec Lucien Morisse.

Lancée durant l’été 1959 sous forme d’émission hebdomadaire, l’émission passe dès le 19 octobre de la même année à une fréquence quotidienne, du lundi au vendredi entre 17 h et 19 h. Elle aurait réuni jusqu’à 40 % des 12-15 ans.

Ce succès est relayé par le magazine mensuel Salut les copains, lancé en juillet 1962. Il va vite s’avérer un vrai phénomène de presse avec une diffusion de l’ordre d’un million d’exemplaires.

L’émission révèle le soir du 22 juin 1963 une puissance de mobilisation que personne n’aurait pu imaginer auparavant. Sans aucune autre promotion que quelques annonces passées les deux ou trois jours précédents au micro de SLC, faisant savoir que se tiendrait un concert gratuit avec Danyel Gérard, Les Gam’s, Mike Shannon et Les Chats sauvages, Richard Anthony, Sylvie Vartan et Johnny Hallyday en vedette place de la Nation à Paris, quelque 150 000 jeunes accourent sur les lieux. Du jamais vu. Les observateurs, journalistes, responsables du maintien de l’ordre, et jusqu’aux organisateurs eux-mêmes, sont stupéfaits. L’événement entre dans l’histoire comme la « folle nuit de la Nation ».

L’apogée de l’émission se situe entre 1961 et 1965. À partir de 1966, le marché de la variété musicale pour les jeunes commence à se stratifier par âges, et à se segmenter entre styles différents (la rivalité entre Antoine et Johnny Hallyday est à cet égard un épisode significatif). De plus, sont apparues sur les autres radios des émissions dont la concurrence se fait de plus en plus sentir. Sur RTL, Minimax de President Rosko importe le rythme frénétique et le ton des « radios pirates » anglaises, triomphe chez les amateurs de pop britannique, et aurait dès fin 1966 dépassé l’audience de SLC.

Salut les copains, carte maximum, Paris, 17/03/2001.

L’émission peine à se renouveler et décline. Elle est déprogrammée, dans l’indifférence générale, dix ans après sa création, en 1969. Peu avant, Johnny Hallyday prononçait cette cruelle oraison funèbre : « Il vaut mieux qu’elle crève. Elle est devenue complètement ringarde. Même les enfants ne sont pas assez débiles pour l’apprécier, désormais ».

Outre Daniel Filipacchi et Frank Ténot, Michel Poulain, Michel Brillié, Jacques Bulostin dit Monty et Hubert Wayaffe ont présenté cette émission. La pub était assurée par Vonny qui, par la suite, a été chargée de courts billets dans l’émission.

Une partie du succès de l’émission, et de sa perception comme telle, venait du fait qu’on ne se contentait pas d’y passer simplement des disques à la suite comme sur les autres stations. Elle possédait une structure, un concept, devenant même un rituel incontournable apprécié par de nombreux fans :

Diffusé en début et en fin d’émission, ainsi qu’à la reprise après la grande pause pub de milieu d’émission, il était assuré de 15 passages aux heures de plus grande écoute la semaine où il était choisi. Le passage en chouchou n’était toutefois pas une garantie de montée du disque au hit-parade. Ainsi, après l’énorme succès de Yeh yeh par Georgie Fame, sa chanson suivante Getaway fut programmée en chouchou, mais sans pour autant devenir un « tube » comparable.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.