Roger Federer, joueur de tennis.

Roger Federer, né le 8 août 1981 à Bâle, est un joueur de tennis suisse. Joueur professionnel depuis 1998, il a occupé durant 310 semaines la première place du classement mondial de tennis ATP World Tour, et détient le record de 237 semaines consécutives, soit quatre ans et 199 jours, à ce rang, ainsi que le record de la plus longue période entre sa première et son ultime accession à la tête de ce classement, quatorze ans, du 2 février 2004 au 24 juin 2018. Roger Federer impressionne également par la longévité de sa carrière. Passé professionnel vingt ans plus tôt, il devient, le 19 février 2018, le no 1 mondial au classement ATP le plus âgé de l’histoire, à l’âge de

36 ans, 6 mois et 11 jours. Il améliore ce record la même année le 14 mai puis le 18 juin, à 36 ans et 10 mois. Federer co-détient avec Rafael Nadal le record masculin de 20 victoires dans les tournois du Grand Chelem. Il a terminé l’année calendaire à la première place mondiale à cinq reprises, en 2004, 2005, 2006, 2007 et 2009, et a été sacré champion du monde par l’ITF au terme de ces mêmes saisons. Il est médaillé d’or en double messieurs avec Stanislas Wawrinka aux Jeux olympiques de Pékin 2008 puis vice-champion olympique en simple à Londres en 2012. Enfin, en 2014, il remporte la Coupe Davis avec l’équipe de Suisse.

Roger Federer a gagné 103 titres ATP, dont 20 tournois du Grand Chelem, 6 Masters et 28 Masters 1000. Il détient les records de huit titres en simple messieurs au tournoi de Wimbledon, conquis entre 2003 et 2017 et de six titres au Masters de fin d’année. Il possède, avec Novak Djokovic, un total de dix-sept titres majeurs (Grand Chelem et Masters) remportés sur surfaces dures.

Sa victoire à Roland-Garros en 2009 lui a permis d’accomplir le Grand Chelem en carrière sur quatre surfaces différentes. En s’adjugeant ensuite l’Open d’Australie en 2010, il devient le premier joueur de l’histoire à avoir conquis l’ensemble de ses titres du Grand Chelem sur un total de cinq surfaces, depuis le remplacement du Rebound Ace australien par une nouvelle surface : le Plexicushion. Federer a réalisé le Petit Chelem de tennis à trois reprises, en 2004, 2006 et 2007, ce qui constitue le record masculin toutes périodes confondues. Il est ainsi l’unique athlète à avoir gagné trois des quatre tournois du Grand Chelem deux années successives. Il atteint à trois reprises, et dans la même saison, les finales des quatre tournois majeurs, en 2006, 2007 et 2009, un fait unique dans l’histoire de ce sport.

Parmi ses nombreux autres records, on peut notamment souligner ses quatre doublés Wimbledon et US Open consécutifs, ses douze finales disputées à Wimbledon, ses dix finales au Masters, ses cinq succès au Masters 1000 d’Indian Wells (co-détenu par Novak Djokovic), ses sept titres au Masters 1000 de Cincinnati, mais aussi ses dix finales, vingt-trois demi-finales et trente-six quarts de finale consécutifs dans les tournois du Grand Chelem. Le Suisse est également le seul joueur de l’histoire du tennis à détenir au moins cinq trophées dans trois des quatre tournois du Grand Chelem : l’Open d’Australie, le tournoi de Wimbledon et l’US Open. Il détient en outre le record durant l’ère Open de cinq titres successifs au tournoi de Wimbledon (avec Björn Borg) ainsi qu’à l’US Open, et il est également le premier et l’un des deux seuls joueurs à avoir disputé au moins à cinq reprises la finale de chaque tournoi du Grand Chelem et du Masters.

À la suite de son septième sacre à Wimbledon en 2012, Federer reste près de cinq ans sans remporter de trophée majeur, mais après six mois hors des courts en 2016 pour cause de blessure, il s’impose, à l’âge de 35 ans, à l’Open d’Australie 2017 en dominant son grand rival Rafael Nadal en cinq sets au terme d’une finale d’anthologie. Il évince à cette occasion quatre joueurs du top 10 mondial et porte ainsi à dix-huit son record de succès en Grand Chelem. Il augmente par la suite ce record à dix-neuf titres avec un huitième succès à Wimbledon en 2017 qu’il conquiert sans concéder le moindre set, puis l’Open d’Australie en 2018, où il établit au passage un nouveau record de 30 finales disputées en Grand Chelem ainsi que son vingtième titre en Grand

Il remporte le 100e tournoi ATP de sa carrière le 2 mars 2019 à Dubaï. Le 23 juin 2019, il conquiert pour la dixième fois le tournoi de Halle ; un décuplé dans le même tournoi n’avait été jusque-là accompli que par Rafael Nadal, et remporte son 100e match à Wimbledon le 10 juillet 2019 en battant Kei Nishikori en quarts de finale.

Ses résultats, sa perfection technique5 et l’esthétisme de son jeu6,7,8 amènent certains joueurs et spécialistes du tennis à le considérer comme le meilleur joueur de tous les temps, et l’un des plus grands sportifs de l’histoire.


Roger Federer est né le 8 août 1981 à Bâle d’un père suisse, Robert et d’une mère sud-africaine d’ascendance française et néerlandaise, Lynette Durand. Tous deux ont travaillé dans l’entreprise pharmaceutique Ciba et se sont rencontrés en 1970 dans son usine principale à Johannesbourg où ils jouent régulièrement au tennis dans le club suisse de la métropole sud-africaine. En 1973, ils se marient et s’installent en Suisse. Avec sa sœur aînée Diana née vingt mois plus tôt, Roger grandit à Münchenstein en Suisse alémanique non loin de Bâle et des frontières allemande et française.

Outre le suisse-allemand et l’allemand, il parle couramment l’anglais, sa langue maternelle (sa mère puis les médias prononcent d’ailleurs son prénom Rodgeur à l’anglaise) et le français, mais a également quelques notions de suédois, d’espagnol et d’italien. Également doué pour le football, Federer hésite un temps pour choisir dans quel sport se spécialiser, mais il décide, à douze ans, de s’orienter vers le tennis (il continue néanmoins à soutenir le FC Bâle). Repéré par le centre national suisse de tennis alors situé à Écublens, dans le canton de Vaud, entre 1995 et 1997. C’est dans ce nouveau cadre qu’il apprend le français à l’âge de 14 ans. Il termine sa scolarité obligatoire au collège de La Planta, à Chavannes-près-Renens, et obtient son certificat en juillet 1997, en division supérieure, section études commerciales.

Déclaré inapte au service militaire, il est orienté vers la protection civile en 2003 mais ne peut suivre les cours à cause de son emploi du temps. Il a payé depuis la taxe d’exemption de service qui correspond à 3 % de ses revenus jusqu’à l’année de ses 30 ans comme le prévoit la loi.

Il réside aujourd’hui à Wollerau, dans le canton de Schwytz avec sa femme Mirka qu’il a épousée le 11 avril 2009, leurs jumelles, Myla Rose et Charlene Riva (nées le 23 juillet 2009), et leurs jumeaux, Leo et Lenny (nés le 6 mai 2014). En tant que citoyen suisse, il a le droit de cité de la commune de Berneck (canton de Saint-Gall).

Roger Federer commence à jouer au tennis dès l’âge de huit ans en intégrant le club de tennis TC Old Boys dans sa ville natale de Bâle. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Marco Chiudinelli, qui a le même âge que lui et qui deviendra lui aussi joueur professionnel. Les deux Bâlois deviendront notamment coéquipiers en Coupe Davis.

Lors de cette période, il devient ramasseur de balles à l’Open de Bâle lors des éditions 1993 et 1994. Pour la première fois, il approche des champions comme Stefan Edberg. Cette expérience le marquera : “J’ai adoré être ramasseur, j’ai pu voir les meilleurs joueurs du monde de près. J’observais leur préparation, leur fatigue, la façon où ils affrontaient la pression. Des moments magnifiques pour moi”.

Il réussit à devenir champion national dans toutes les catégories juniors. À douze ans, il décide de poursuivre sa formation afin de passer joueur de tennis professionnel.

En 1995, il intègre le Centre national suisse d’Écublens. Les débuts au Centre sont difficiles car Roger Federer, en plus d’être éloigné de sa famille, doit apprendre le français. En 2018, lors d’une conférence de presse, il évoquera cette période qu’il jugea difficile à ses débuts mais formatrice pour l’avenir. “Il y a des marqueurs dans la vie. Mais si je regarde plus loin dans le passé, c’est entre 14 et 16 ans que j’ai grandi le plus vite en tant que personne. Je suis parti de la maison, j’habitais à Bâle à l’époque. C’était une ville de la Suisse alémanique. Je suis parti à Lausanne, en Suisse romande, à deux heures de train. Je ne vais pas dire que c’était comme aller dans un autre pays, mais je ne parlais pas du tout le français. J’aurais pu tout aussi bien partir vivre au Japon, c’était la même chose. Quand je suis arrivé je ne parlais à personne, je ne pouvais pas communiquer. Je pleurais souvent car ma maison me manquait. J’ai appris à devenir fort, persévérant et indépendant. Tout ça dans une période de temps très courte.”

C’est pendant ces années d’apprentissage qu’il rencontre Yves Allegro avec qui il jouera pendant un temps en double sur le circuit ATP. Jusqu’en 1997, il remporte pas moins de sept tournois juniors.

L’année 1998 marque la fin de son parcours junior en décrochant notamment des titres prestigieux. Lors des tournois du Grand Chelem, il s’incline en demi-finale à l’Open d’Australie et au premier tour à Roland-Garros. Le fait le plus marquant lors de cette année reste sa double victoire à Wimbledon en simple sans perdre un set, et en double avec Olivier Rochus. À l’US Open, il perd en finale contre David Nalbandian. Il termine l’année en s’imposant également à l’Orange Bowl, battant en finale Guillermo Coria. Il termine numéro un mondial en fin de saison.


En 2014, Roger Federer a un calendrier classique, mis à part le fait qu’il participe au tournoi de Brisbane au lieu du tournoi de Doha, où on a l’habitude de le voir en marge de la préparation du Grand Chelem d’Australie. Après deux ans d’absence au Masters de Monte-Carlo et alors qu’il n’était pas prévu à son calendrier, Roger Federer a accepté une wild card des organisateurs.

Il commence sa saison avec le tournoi de Brisbane, où il est engagé en simple et en double. Pour le double, il fait équipe avec Nicolas Mahut et les deux hommes vont jusqu’en demi-finale. En simple, Roger Federer est exempté de 1er tour étant tête de série no 1. En huitièmes de finale, il bat le Finlandais Jarkko Nieminen (6-4, 6-2), puis en quarts de finale il élimine en moins d’une heure de jeu Marinko Matosevic (6-1, 6-1). Federer valide son ticket pour la finale en se défaisant du Français Jérémy Chardy (6-3, 6-73, 6-3). En finale, Federer perd contre Lleyton Hewitt en 3 sets (1-6, 6-4, 3-6).

Avant de commencer le premier Grand Chelem de l’année, l’Open d’Australie, il organise une exhibition pour sa fondation et affronte Jo-Wilfried Tsonga, qu’il bat 6-7, 6-3, 7-5. Roger devient le recordman du nombre de participations consécutives en Grand Chelem dans l’ère Open (57), et est tête de série no 6. Pour son premier match, il est opposé au 1er tour à la wild-card Australienne James Duckworth et le bat 6-4, 6-4, 6-2. Au 2e tour, il élimine Blaž Kavčič, et décroche son ticket pour les huitièmes en écartant sans soucis Teimuraz Gabachvili (6-2, 6-2, 6-3). En huitièmes de finale, il frappe un premier grand coup en écartant avec la manière son premier top 10, le Français Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-5, 6-4) en 1 h 52, puis confirme son retour à un haut niveau de jeu en battant en quart de finale le Britannique Andy Murray (6-3, 6-4, 66-7, 6-3) en 3 h 20. En demi-finale, il s’incline contre Rafael Nadal en 3 sets (64-7, 3-6, 3-6) en 2 h 24 et perd ainsi sa place de no 1 Suisse, détenue depuis 13 ans, au profit de Stanislas Wawrinka qui s’impose en finale contre l’Espagnol et empoche son premier tournoi du Grand Chelem.

Il participe ensuite à l’Open de Dubaï en tant que tête de série no 4. Il se défait successivement de Benjamin Becker, Radek Štěpánek (6-2, 64-7, 6-3), puis Lukáš Rosol. En demi-finale, il affronte pour la 32e fois Novak Djokovic no 2 mondial, qu’il bat (3-6, 6-3, 6-2). En finale, il s’impose contre le Tchèque Tomáš Berdych, 6e mondial sur le score de (3-6, 6-4, 6-3), et s’offre ainsi son 78e titre et le premier depuis juin 2013.

Cette année est particulière pour Roger Federer puisqu’elle signe son retour à la compétition après plus de six mois hors du circuit. Son programme est pour l’occasion très aménagé, de façon à être dans les meilleures conditions possibles pour durer sur les deux, trois prochaines années. Federer décide de faire l’impasse sur sa saison de terre battue dans un premier temps.

Roger Federer reprend la compétition avec la Hopman Cup, tournoi qu’il avait déjà remporté avec Martina Hingis, en faisant équipe cette fois avec Belinda Bencic. Pour son premier match en simple, il rencontre le Britannique Daniel Evans qu’il bat sans difficulté (6-3, 6-4). Il affronte ensuite le jeune espoir Alexander Zverev. Au terme d’un long match, il s’incline (61-7, 7-64, 64-7). Le Bâlois affronte enfin Richard Gasquet qu’il bat facilement (6-1, 6-4). L’équipe suisse termine deuxième de son groupe derrière la France.

Federer entame l’Open d’Australie en étant tête de série no 17. L’enjeu au classement ATP est réel puisqu’en cas de défaite au troisième tour ou avant, le Suisse pointerait au-delà de la 30e place mondiale, pour la première fois depuis 2000. Au premier tour, il rencontre le qualifié Jürgen Melzer. Nerveux pour son premier match officiel depuis août 2016, il peine à se relâcher complètement dans ce match mais l’emporte tout de même en quatre sets (7-5, 3-6, 6-2, 6-2) et 2 h 05 de jeu. Au second tour, il affronte un autre qualifié, Noah Rubin, qu’il bat en trois sets accrochés (7-5, 6-3, 7-63). Au troisième tour, il élimine le no 10 mondial Tomáš Berdych (6-2, 6-4, 6-4), en seulement une heure et demie. Il affronte ensuite le Japonais Kei Nishikori, tête de série no 5, et s’impose après plus de trois heures de jeu en cinq manches (64-7, 6-4, 6-1, 4-6, 6-3) dans un match physique. En quarts de finale, il rencontre l’Allemand Mischa Zverev 50e mondial, tombeur du numéro un mondial Andy Murray, qu’il surclasse (6-1, 7-5, 6-2) en seulement 1 h 32. Il se qualifie pour la 13e fois pour les demi-finales du tournoi australien et y retrouve son compatriote Stanislas Wawrinka alors 4e mondial, qu’il bat pour la 19e fois (7-5, 6-3, 1-6, 4-6, 6-3) après un combat âpre et intense, se qualifiant pour sa sixième finale à Melbourne. En finale, Federer retrouve son grand rival Rafael Nadal, 9e mondial, pour leur 35e confrontation, la première en finale de Grand Chelem depuis Roland-Garros 2011 et à Melbourne en 2009. Roger Federer bat l’Espagnol en cinq manches (6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3), après 3 h 37 de combat aux multiples rebondissements avec une copie de 73 coups gagnants pour 57 fautes directes dénotant le jeu offensif du Suisse. Notamment, le premier jeu du troisième set est remarquable par la tension mentale extrêmement rude qu’il doit affronter : après avoir mené 40-0 sur son service, Federer se laisse remonter à 40-40 puis avantage contre lui. Nadal bénéficie dans ce jeu de plusieurs fautes directes en coup droit et de deux volées de revers faciles manquées par le Suisse. Il doit au total effacer trois balles de break, qu’il écarte à chaque fois d’un ace, démontrant ainsi sa capacité à être présent sur les points décisifs avant d’empocher le jeu. Il remporte ainsi son 5e Open d’Australie et son 18e tournoi du Grand Chelem.

Roger Federer devient à 35 ans le premier joueur à soulever un cinquième trophée du Grand Chelem pour la troisième fois (5 Open d’Australie, 7 Wimbledon et 5 US Open), quatre ans et demi après son dernier titre du Grand Chelem. Il devient le premier joueur de plus de 35 ans à remporter un titre majeur depuis Ken Rosewall au début des années 1970, et le premier champion de Grand Chelem à battre quatre top 10 en route vers le titre depuis trente-cinq ans. Le 30 janvier, il réintègre le top 10 au classement ATP en pointant au 10e rang.

Il reprend la compétition au tournoi de Dubaï, où il remporte son premier tour face à Benoît Paire (6-1, 6-3). Mais à la surprise générale, il s’incline au tour suivant face au 116e mondial, le Russe Evgeny Donskoy (6-3, 67-7, 65-7) après avoir pourtant bénéficié de trois balles de match468, et ne parvient pas à clairement expliquer cette défaite.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.