René de Saint-Marceaux, sculpteur et médailleur.

Charles-René de Paul de Saint-Marceaux, dit René de Saint-Marceaux, est un sculpteur et médailleur français né à Reims le 23 septembre 1845 et mort dans le 17e arrondissement de Paris le 23 avril 1915


René de Saint-Marceaux est le petit-fils d’Augustin Marie de Paul de Saint-Marceaux, maire de Reims. Il devient l’élève de François Jouffroy à l’École des beaux-arts de Paris. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1905.

Saint-Marceaux épouse, en 1892, Marguerite Jourdain (1850-1930), veuve du peintre Eugène Baugnies (1841-1891), de la fortune duquel elle vient d’hériter. Le salon de musique de Marguerite de Saint-Marceaux, au 100, boulevard Malesherbes à Paris, rivalise avec celui de la princesse de Polignac. Marguerite sert de modèle, parmi d’autres, au personnage de Madame Verdurin du roman À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

En 1913, René de Saint-Marceaux adopte les trois fils adultes que Marguerite a eus de son premier mariage, Georges (né en 1871), industriel et inspecteur des finances, Jacques (1874-1925), peintre comme son père biologique, et Jean (né en 1878), militaire. Ils ajoutent alors à leur nom de naissance celui de leur père adoptif et s’appellent désormais : Baugnies de Paul de Saint-Marceaux. Le patronyme passe de même au fils du peintre Jacques Baugnies et de son épouse Yvonne, née de Montagnac, le futur sculpteur Jean-Claude de Saint-Marceaux (1902-1979).

René de Saint-Marceaux, carte maximum, Paris, 9/10/2009.

René de Saint-Marceaux est une figure représentative de ces nombreux artistes de la Troisième République, exposant aux Salons et multipliant les concours et les honneurs. Il eut pour praticien François Pompon (1855-1933), entre autres, de 1895 à 1914.

Son atelier était situé rue d’Assas à Paris.

Le boulevard Saint-Marceaux de Reims fait honneur tant à lui qu’à son grand-père, et une rue de Saint-Marceaux leur est dédiée à Paris.

Il est inhumé au cimetière de l’église Saint-Martin de Cuy-Saint-Fiacre (Seine-Maritime). Il était dans cette commune propriétaire d’un chalet, lieu de villégiature habituel de la famille.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.