René de Saint-Marceaux, sculpteur et médailleur.

Charles-René de Paul de Saint-Marceaux, dit René de Saint-Marceaux, est un sculpteur et médailleur français né à Reims le 23 septembre 1845 et mort dans le 17e arrondissement de Paris le 23 avril 1915


René de Saint-Marceaux est le petit-fils d’Augustin Marie de Paul de Saint-Marceaux, maire de Reims. Il devient l’élève de François Jouffroy à l’École des beaux-arts de Paris. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1905.

Saint-Marceaux épouse, en 1892, Marguerite Jourdain (1850-1930), veuve du peintre Eugène Baugnies (1841-1891), de la fortune duquel elle vient d’hériter. Le salon de musique de Marguerite de Saint-Marceaux, au 100, boulevard Malesherbes à Paris, rivalise avec celui de la princesse de Polignac. Marguerite sert de modèle, parmi d’autres, au personnage de Madame Verdurin du roman À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

En 1913, René de Saint-Marceaux adopte les trois fils adultes que Marguerite a eus de son premier mariage, Georges (né en 1871), industriel et inspecteur des finances, Jacques (1874-1925), peintre comme son père biologique, et Jean (né en 1878), militaire. Ils ajoutent alors à leur nom de naissance celui de leur père adoptif et s’appellent désormais : Baugnies de Paul de Saint-Marceaux. Le patronyme passe de même au fils du peintre Jacques Baugnies et de son épouse Yvonne, née de Montagnac, le futur sculpteur Jean-Claude de Saint-Marceaux (1902-1979).

René de Saint-Marceaux, carte maximum, Paris, 9/10/2009.

René de Saint-Marceaux est une figure représentative de ces nombreux artistes de la Troisième République, exposant aux Salons et multipliant les concours et les honneurs. Il eut pour praticien François Pompon (1855-1933), entre autres, de 1895 à 1914.

Son atelier était situé rue d’Assas à Paris.

Le boulevard Saint-Marceaux de Reims fait honneur tant à lui qu’à son grand-père, et une rue de Saint-Marceaux leur est dédiée à Paris.

Il est inhumé au cimetière de l’église Saint-Martin de Cuy-Saint-Fiacre (Seine-Maritime). Il était dans cette commune propriétaire d’un chalet, lieu de villégiature habituel de la famille.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.