Luigi Cherubini, compositeur.

Marie-Louis-Charles-Zénobi-Salvador Cherubini (francisation approximative adoptée par Cherubini lui-même et mentionnée dans tous les documents postérieurs à 1790), né Maria Luigi Carlo Zenobio Salvatore Cherubini le 14 septembre 1760 à Florence et mort le 15 mars 1842 à Paris, est un compositeur français d’origine italienne de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, dont une grande partie de la carrière s’est déroulée en France à partir de 1787.


En 1785, deux de ses œuvres sont jouées à Londres. Durant l’automne 1787, il est à Londres et est engagé par le roi pour qui il compose quelques morceaux, dont le King’s Theatre.

Fin 1787, il s’installe à Paris et il est nommé codirecteur du Théâtre de Monsieur en 1789, fonction qu’il abandonne en 1792. Se sentant financièrement à l’aise, il se marie le 12 avril 1794 à Anne Cécile Tourette, fille d’un contre-ténor, qui lui donnera trois enfants. La cérémonie a lieu à la chapelle royale de Louis XVI. En 1796, il est nommé inspecteur de l’enseignement au tout nouveau Conservatoire.

Cherubini, carte maximum, Italie.

En 1816, il devient surintendant de la chapelle de Louis XVIII.

Il retrouve le Conservatoire, où il exerce comme professeur de composition, avant d’en devenir le directeur en 1822, fonction qu’il n’abandonnera que quelques semaines avant sa mort. Il s’efforce avec succès d’élever la qualité de l’ensemble de la formation. Il a aussi été actif dans l’organisation de manifestations publiques d’élèves, comme les exercices de musique et d’art dramatiques et a permis la naissance de la Société des Concerts du Conservatoire.

Il a par ailleurs été un franc-maçon actif, membre de la loge Saint-Jean de Palestine du Grand Orient de France.

Son décès donne lieu à des funérailles nationales, durant lesquelles est joué son Requiem en ré mineur. Il est au cimetière du Père-Lachaise (division 11, section VII). Son tombeau a été conçu par l’architecte Achille Leclère et comporte notamment un buste du compositeur, surmonté d’un bas-relief d’Auguste Dumont représentant La Musique.

Luigi Cherubini laisse 300 œuvres dont la plupart ont sombré dans l’oubli.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.