Petro Nini Luarasi, activiste, publiciste et pédagogue.

De Petro Nini est né le 22 avril de l’année 1865 à Luaras de Cologne et mort le 17 août de l’année 1911 , il était le fils de Petro Nini Kostallari, activiste de la Renaissance nationale, publiciste et pédagogue, professeur du peuple. Il est né à Luaras de Kolonjë dans une famille de maçonnerie. Il était étudiant à l’école Qestorat dirigée par Koto Hoxhi . Président de l’école Leandri Cemurati.


Il a travaillé comme enseignant dans les villages de Kolonjë, où il a secrètement enseigné l’albanais aux enfants et formé un groupe d’amis comme enseignants. En 1882 , il a ouvert la première école albanaise dans le village de Bezhan à Kolonjë, et en 1887 , il a ouvert l’école albanaise dans Erseke et un peu plus tard ( 1892 – 1893 ) les écoles albanaises dans la province de Kolonjë et Vakëfeve, il a travaillé comme directeur et enseignant du premier instituteur albanais de Korça et plus tard de l’école de Negovan ( 1909 – 1911 ) En 1892, ils fondèrent avec Gjerasim Qiriazi l’association protestante “Fraternité d’Albanie”. Dans l’ émigration, en Amérique ( 1904 – 1908) a pris une part active au mouvement national, a été l’initiateur des sociétés patriotiques «Motherland Commodity» et «Pellazgu», la création de comités secrets pour la liberté de l’Albanie.

Il a été délégué au Congrès du Monastère (1908). Pour son activité patriotique, éducative et sociale, il a été persécuté par les Jeunes Turcs et le Patriarcat d’Istanbul . Il mourut empoisonné par eux à Erseka, le 17 août 1911 .

Il collabore à l ‘”Union de la Nation” ( Bitola 1909 – 1910 ), où il est également rédacteur en chef, dans “Drita” (Sofia, 1907 – 1908 ), dans “Kombi” (Boston, 1908 ), dans “Liria” (Thessalonique, 1909). -1910) où il publie des articles journalistiques, pédagogiques et poétiques. Dans le

travail politique “[La malédiction des lettres albanaises et la diffamation des Albanais”] (Bitola, 1911), il a défendu le droit du peuple albanais à sa culture nationale. Propagé l’une des idées centrales de la Renaissance:

s’unir dans la lutte pour la liberté de l’Albanie  indépendamment de la religion .

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.