Luc de Wadding, religieux franciscain.

Le père Luc de Wadding (1588-1657) est un religieux franciscain irlandais.


Luc de Wadding naquit en 1588 à Waterford d’une famille noble. Les troubles qui désolaient l’Irlande à cette époque ayant engagé ses parents à le conduire en Espagne, il y fit ses études, et montra tant d’aptitude pour les langues anciennes, et principalement pour la langue latine, qu’à treize ans il pouvait écrire en vers et en prose avec la même facilité. Matthieu Wadding, son frère, l’emmena au séminaire irlandais de Lisbonne, où il resta six mois (1603). L’année suivante, il embrassa la règle des frères mineurs ou cordeliers, n’ayant encore que seize ans, et ne tarda pas à se concilier l’estime de ses supérieurs par la précocité de ses talents et par son ardeur infatigable pour l’étude. Il professa la théologie pendant quelques années à Salamanque. La réputation qu’il s’acquit dans cet emploi engagea Ant. de Treio, ancien vicaire général de l’ordre, évêque

de Carthagène et ambassadeur extraordinaire de Philippe III à la cour de Rome, relativement à l’affaire de l’Immaculée Conception, à se faire accompagner de Wadding dans les deux voyages qu’il fit en cette capitale du monde chrétien. II y fut pourvu d’une chaire de théologie, et de plus y exerça quelque temps les fonctions de procureur de son ordre et de commissaire général des nations allemande et française. Plein de zèle pour les intérêts de ses confrères, il parvint à les à y mettre en possession du couvent de St-Isidore, et, avec la protection du cardinal Ludovico Ludovisi, neveu du pape Grégoire XV, le fit convertir en un collège (1628) pour les Irlandais. Il fut le premier supérieur de cet établissement, qui dut à ses soins une nombreuse bibliothèque, et ne négligea rien pour exciter l’émulation parmi ses confrères. En 1625 avait paru le premier volume de ses Annales de l’Ordre de Saint-François. Les recherches auxquelles il se livrait pour continuer ce grand ouvrage ne l’empêchèrent pas de se charger de

différentes missions, dont il s’acquitta toujours avec succès. Il fit successivement partie de diverses congrégations, et reçut, dans plusieurs circonstances, des témoignages d’estime des souverains pontifes et des membres les plus distingués du Sacré Collège. Le P. Wadding mourut à Rome le 18 novembre 1657, à l’âge de 69 ans, avec la réputation d’un bon religieux et d’un savant du premier ordre.

 

Source : Wikipédia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, la copie des images et des textes n'est pas autorisée !