Le corbeau.

Corbeau est un terme vernaculaire composant le nom normalisé de plusieurs espèces du genre Corvus qui comprend aussi les corneilles. Ce terme ambigu est aussi utilisé, par défaut, pour désigner diverses espèces de Corvidés à plumage noir de ce genre, voire aussi du genre Pyrrhocorax, bien que ces espèces possèdent des noms vernaculaires bien établis, comme les corneilles ou les choucas. Le petit du corbeau s’appelle le corbillat.

Dans la culture populaire, le grand, charognard et noir corbeau est chargé de symboles.


Le terme « corbeau » dérive de l’ancien français corp (anglo-normand corf) avec ajout d’un suffixe diminutif. Corp est lui-même issu, par  l’intermédiaire d’une variante non attestée *corbu, du latin corvus lequel sert à désigner le genre. Une forme ancienne de ce terme, encore utilisée dans les parlers de l’ouest de la France, est corbiau.

Corbeau, carte maximum, Portugal, 1994.

Les caractéristiques générales des corbeaux sont celles du genre Corvus, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d’informations sur leur description ou leur mode de vie.

Souvent considérés par les autorités comme des prédateurs nuisibles capables de menacer les populations de certaines espèces d’oiseaux sauvages ou domestiques, ils sont l’objet de campagnes d’élimination (par tirs, piégeage). Pourtant, l’effet de la prédation de ces corvidés sur leurs proies potentielles est globalement limité.

Il est à noter qu’une certaine espèce de corbeau, le corbeau calédonien, possède des capacités rarement observées dans le règne animal. Cette espèce est en effet capable de fabriquer et d’utiliser des outils.

Les corbeaux sont des alliés écologiques. En effet, en stockant les graines desquelles ils se nourrissent, les corbeaux favorisent naturellement le reboisement. Ils détruisent également bon nombre d’insectes et de rongeurs indésirables pour l’humain, car se nourrissant des récoltes, comme les campagnols et autres petits mammifères. Charognards, les corbeaux permettent de plus de limiter la propagation de maladies, en se débarrassant des carcasses d’animaux morts.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.