L’arc de triomphe d’Orange

L’arc antique d’Orange ou, communément arc de triomphe d’Orange est un arc monumental romain du début du Ier siècle, qui marque l’entrée nord d’Arausio (aujourd’hui Orange, Vaucluse) sur la Via Agrippa (la route nationale 7 avant son déclassement).

L’arc d’Orange a été inscrit sur la première liste des monuments historiques (1840) et figure depuis 1981 sur la liste du patrimoine mondial en Europe

L’arc a probablement été érigé entre les années 20 et 25, pour commémorer les victoires de Germanicus, mort en 19, et possiblement « restitué » à Tibère en 26/27, selon l’interprétation que l’on donne à la dédicace ajoutée à cette date sur les deux faces du monument

Au Moyen Âge, le monument fut fortifié pour servir de bastion avancé, à l’entrée de la ville.

Au cours du XIXe siècle, une gravure de J. Carter d’après Thomas Allom a représenté une guillotine placée sous l’Arc de Titus pendant la Terreur (Révolution française) (1793-1794). La véracité de cet emplacement est remis en cause.

L’arc a été restauré dès les années 1820 par l’architecte Auguste Caristie, qui commença par dégager les contreforts et ajouts médiévaux, avant de procéder à une reconstitution non agressive du monument, remplaçant les parties inutilisables ou manquantes de façon identifiable et s’interdisant le recours à l’imagination, si fréquent dans les restaurations entreprises par les architectes du XIXe siècle.

Le dernier nettoyage de l’arc s’est terminé en octobre 2009.

De 2015 à 2017, des travaux de drainage ont permis d’assainir le bas de l’arc, au niveau duquel l’eau de pluie stagnait parfois. Des arbres ont été abattus et la route réaménagée, pour que les véhicules passent moins près.

Pour Pierre Herbert, l’inscription indique clairement que l’arc a été dédié à Auguste, pour la onzième année de son pouvoir tribunitien, soit l’an -12. La ville, Arausio Colonia Julia Secundanorum a été fondée par des vétérans de César, tout comme Avignon. Tite-Live rapporte qu’en l’an -12, Drusus parvint à vaincre les Germains, après que des soulèvements gaulois eurent été réprimés par les légions d’Auguste en -18.

Arc de triomphe d’Orange : essai en violet

Selon Herbert, la mention de l’Égypte rappelle la victoire d’Actium contre Antoine et Cléopâtre, en -31 ; Drusus remporte ses victoires sur les Germains au nom d’Auguste en -12 ; Auguste se rend à Lyon et l’arc d’Orange est construit en -12 ; pour finir, Auguste passe sous l’arc en -10. Les reliefs de l’arc d’Orange sont eux aussi en rapport direct avec les victoires remportées par Auguste, certaines toutes récentes : on y retrouve les thèmes de la bataille navale et de la soumission des peuples de la Gaule chevelue et de la Germanie1.

Cette lecture de la dédicace, avec ses datations et son interprétation historique n’est plus suivie depuis longtemps, mais on en trouve le souvenir, parfois jusque dans les documents officiels. La fiche de la base Mérimée indique pour le début de la construction de l’arc d’Orange la date de 10 apr. J.-C., peut-être par confusion avec la date de 10 av. J.-C. calculée par Herbert1. Il n’y a pas lieu non plus de retenir les traditionnelles attributions de l’arc à Marius ou à Auguste, telles que mentionnées dans l’Encyclopédie de Diderot.

Epreuve d’artiste du 2F arc de triomphe d’Orange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.