La lithographie.

La lithographie (du grec lithos, « pierre » et graphein, « écrire ») est une technique d’impression qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire. Inventée par Aloys Senefelder, à partir de 1796, en Allemagne, elle a été définitivement mise au point dans les premières années du XIXe siècle.


La lithographie ne doit pas être confondue avec la lithogravure, car celle-ci consiste à graver en creux (ou en relief) des plaques de pierre et est relativement peu utilisée pour produire des estampes. C’est aussi un procédé photomécanique et chimique qui permet de réaliser des composants de micro-électronique : voir microlithographie. Sous l’influence de l’anglais, lithography, le mot « lithographie » est utilisé dans divers composés en rapport avec les micro-technologies, sans rapport avec le procédé d’estampe décrit ici.

Selon la tradition, la lithographie serait une invention fortuite. En 1796, le dramaturge allemand Aloys Senefelder ne trouve pas d’éditeur pour ses pièces et décide de les graver lui-même. Le cuivre étant trop cher, il utilise une pierre bavaroise, tendre et lisse (dite « pierre de Solnhofen »). Il découvre fortuitement le moyen d’attaquer la pierre avec un acide, créant ainsi une forme en très faible relief, qui est exploitable pour l’impression. En fait, bien que la date de 1796 soit généralement considérée comme l’origine de la lithographie, on est encore loin de la technique connue sous ce nom aujourd’hui. La première forme de l’invention de Senefelder est une technique d’impression en relief, comme la typographie.

Senefelder appelle son procédé Steindruckerei, « impression sur pierre ». La morsure à l’acide crée un léger relief, suffisant pour imprimer au moyen d’une presse typographique traditionnelle. Senefelder perfectionne inlassablement le procédé, qui sert essentiellement à imprimer des partitions de musique : impossibles à imprimer en typographie traditionnelle, les partitions sont habituellement gravées en taille-douce. La technique de Senefelder est beaucoup plus économique. Par ailleurs, Senefelder travaille sur d’autres techniques et améliore notamment l’impression des tissus en continu, par des rouleaux de cuivre gravés en taille-douce.

C’est en cherchant un moyen pratique de transférer un texte ou un dessin inversé sur la pierre, pour réaliser ses impressions habituelles, qu’il découvre le principe purement chimique de la lithographie, basé sur l’antagonisme entre l’eau et les matières grasses. Il invente en même temps la technique annexe de l’autographie, avec laquelle on dessine et écrit directement, à l’endroit, sur un papier spécial, qui permet de reporter les tracés sur une pierre lithographique pour procéder à l’impression.

C’est à la suite de son introduction en France qu’apparaît le terme « lithographie », qui s’est généralisé.

La lithographie est introduite en France en grande partie grâce à Louis-François Lejeune qui la découvre dans l’atelier d’Aloys Senefelder lors des guerres de l’Empire et au neveu de Senefelder, Édouard Knecht, installé à Paris en 1818. Senefelder lui-même s’est associé avec l’éditeur de musique et compositeur Johann André. Le frère du musicien, Frédéric André, va ouvrir un atelier de lithographie à Paris dès 1802. Presque immédiatement (1819), l’ingénieur Bérigny entreprend d’utiliser ce procéder pour la reprographie des cours à l’École royale des Ponts et chaussées : il charge Antoine Raucourt d’examiner les possibilités de cette technique.

D’autre part, le comte Charles Philibert de Lasteyrie du Saillant, imprimeur à Paris, qui était allé apprendre le procédé à Munich, prend une part active à l’introduction de la lithographie en France. Vers 1825, cependant, l’imprimerie lithographique de Godefroy Engelmann a pris, par ses améliorations techniques, par la qualité de ses travaux et celle des artistes qu’il emploie, un ascendant marqué, avec la diffusion des Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France et de nombreux autres ouvrages du même genre. La lithographie d’Engelmann se place parmi les beaux-arts et s’expose au Salon. En 1839, il commence l’impression lithographique en couleurs.

La lithographie se répand aussi au Royaume-Uni, où elle est largement utilisée pour imprimer toutes sortes de cartes, dont les cartes d’état-major, tandis qu’en France on reste fidèle à la taille-douce.

Comparativement aux techniques de gravure que l’on n’acquiert qu’après un long apprentissage, le succès de la lithographie tient à sa facilité d’exécution : l’artiste peut dessiner sur la pierre comme il a l’habitude de le faire sur du papier, avec relativement peu de contraintes techniques, quoi qu’il doive dessiner en inversant la droite et la gauche. Les pierres peuvent être réutilisées après impression, moyennant un polissage suivi d’un dépolissage pour lui donner du grain.

La lithographie devient très populaire dès le début du XIXe siècle avec la publication de nombreux recueils illustrant des récits de voyages correspondant à l’« invention » du tourisme, comme le Voyage au Levant du comte Forbin, des recueils de vues de pays lointains où le texte n’est qu’accessoire, comme le Voyage pittoresque au Brésil de Rugendas, ou des descriptions détaillées de régions, comme les monumentaux Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, à partir de 1820, du baron Taylor et Charles Nodier.

La lithographie connaît un débouché artistique, où l’on trouve des travaux d’artistes de premier rang comme ceux de Géricault et Bonington ; un secteur de reproduction, où des artistes spécialisés reproduisent sur la pierre les dessins d’autres artistes ; un emploi de presse, où la rapidité du procédé permet de publier après quelques jours un croquis de rue ou de théâtre ou une caricature d’actualité. En dehors de l’illustration des livres et les publications satiriques, la lithographie est également utilisée pour les travaux de ville (papiers à en-tête, faire-part, lettres de voiture, etc.), la publicité commerciale (affiches, emballages illustrés, étiquettes, etc.), les impressions administratives et judiciaires, les dessins techniques et cartographiques, les décors d’objets (éventails, abat-jours, écrans de cheminée, jouets, etc.) dont la consommation se démocratise.

Timbre-taxe, imprimé en lithographie, France.

Mais bien plus que l’illustration des livres, les publications satiriques et plus généralement artistiques, ce sont les travaux de ville (papiers à en-tête, faire-part, lettres de voiture….) et la publicité commerciale (affiches, emballages illustrés, étiquettes …), les impressions administratives et judiciaires, les dessins techniques et cartographiques, les décors d’objets (éventails, abat-jours, écrans de cheminée, jouets…) dont la consommation se démocratise, qui, pendant longtemps, font tourner les presses lithographiques.

Un brevet d’imprimeur est exigé pour pouvoir exercer la profession. Au milieu du même siècle, les gravures sur bois de l’imagerie d’Épinal cèdent la place aux lithographies, grâce au procédé de la chromolithographie de Godefroy Engelmann (d’où le terme, rapidement péjoratif, de « chromo »). La publicité a recours au procédé pour produire des images à collectionner, des calendriers ou toutes sortes de chromos.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.