George Cukor, réalisateur.

George Dewey Cukor est un réalisateur américain d’ascendance hongroise, né le 7 juillet 1899 à New York et mort le 24 janvier 1983 à Los Angeles. Il est l’auteur des classiques Une étoile est née et My Fair Lady, film pour lequel il remporte l’Oscar du meilleur réalisateur en 1965. Maître de la comédie de mœurs et de la comédie romantique, il collabore à 10 reprises avec Katharine Hepburn, avec laquelle il réalise plusieurs de ses meilleurs films.


George Cukor est né à Manhattan (New York) dans une famille d’immigrés juifs hongrois. Metteur en scène de théâtre à Broadway dans les années 1920, son travail est salué par la critique. Quand Hollywood commence à recruter les talents new-yorkais, il répond favorablement à l’appel de la Paramount, pour qui il effectue différents travaux non-crédités, avant de réaliser son premier film, Grumpy, en collaboration avec Cyril Gardner, en 1930. Ses trois premiers films sont des co-réalisations. Il fait ses débuts “en solo” en 1931 avec Tarnished Lady.

Ses sept premiers films sont produits par la Paramount, où il coréalise notamment Une heure près de toi (1932) avec Ernst Lubitsch, film pour lequel il obtient le droit, contre le souhait de celui-ci, de figurer au générique (seulement comme assistant réalisateur). Après un bref passage par la RKO (où il travaille pour la première fois avec David O. Selznick), pour laquelle il réalise notamment Haute Société, il arrive, en 1933, à la MGM pour diriger entre autres Les Invités de huit heures.

Dès 1936, il se voit confier l’adaptation par Selznick d’Autant en emporte le vent, sur laquelle il travaille durant deux ans, assurant la pré-production du film. Entre deux bouts d’essai, il assiste également sur d’autres projets, passant une semaine sur le plateau du Magicien d’Oz à la suite du départ du premier réalisateur, Richard Thrope. Bien qu’il ne tourne aucune scène, il détermine l’orientation artistique du film, qui sera préservée par Victor Fleming, choisi pour lui succéder, Cukor étant contraint de quitter le projet en raison de son engagement sur Autant en emporte le vent. Assez  ironiquement, il est renvoyé après seulement quelques semaines de tournage et se voit remplacer par nul autre Victor Fleming.

Bientôt spécialisé dans les comédies, il devient un directeur d’acteurs hors-pair. Il sait obtenir le meilleur d’eux-mêmes de ses comédiens, et surtout de ses comédiennes. Ainsi, sous sa direction, vingt-et-un acteurs obtiennent des nominations aux Oscars, parmi lesquels Greta Garbo dans Le Roman de Marguerite Gautier (1936), adaptation du roman d’Alexandre Dumas (fils) La Dame aux camélias, Katharine Hepburn qu’il fait débuter en 1932 dans Héritage (A Bill of Divorcement) et qu’il retrouve avec bonheur pour neuf autres films, dont le classique de la comédie sophistiquée Indiscrétions (The Philadelphia Story) avec Cary Grant et James Stewart, et les comédies de couple avec Spencer Tracy, dont Madame porte la culotte (Adam’s rib). Avec moins de réussite, il réunit Yves Montand et Marilyn Monroe dans Le Milliardaire (Let’s Make Love), deux ans avant d’entamer l’inachevé Something’s Got to Give, dernière apparition de Marilyn. Le seul Oscar qu’il remporte en qualité de meilleur réalisateur est pour My Fair Lady (1964), son quatrième film musical après Une étoile est née (A Star Is Born) dans sa version la plus connue (1954), Les Girls (1957), et Le Milliardaire (1960).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.