Francisco Pizarro, conquistador.

Francisco Pizarro González, marqués de los Atabillos (également appelé François Pizarre en français), né à Trujillo en Espagne le 16 mars 1475 et assassiné à Lima le 26 juin 1541, fut un conquistador espagnol. Il conquit l’Empire inca et fut aussi gouverneur de l’actuel Pérou (Nueva Castilla).

Il est connu pour avoir emprisonné et condamné à mort en 1533 l’empereur inca Atahualpa après la bataille de Cajamarca.


Fils naturel et analphabète de l’officier d’infanterie Gonzalo Pizarro Rodríguez de Aguilar (membre de la petite noblesse) et cousin de Hernan Cortés au deuxième degré, il s’engage avec son père dans l’armée, fait la campagne d’Italie, puis en compagnie de Nicolás de Ovando, gagne l’Amérique en 1502. Nommé lieutenant d’Alonso de Ojeda à San Sebastián de Urabá en 1510, il accompagne Vasco Núñez de Balboa dans l’expédition qui atteint l’océan Pacifique en 1513.

Intéressé par les nouvelles de l’expédition vers le sud de Pascual de Andagoya en 1522, il organise en 1524 une première expédition à partir de Panama avec pour associés Diego de Almagro, Hernando de Luque et Pedro Arias Dávila. Fin 1524, l’expédition quitte Panama avec un navire, deux canots et quatre-vingts hommes. Les bateaux étant inappropriés, le voyage tourne vite au désastre et s’arrête à Chicama, après la bataille de Punta Quemada.

En 1526, une deuxième expédition, montée sans Dávila, tourne également au désastre dès juin 1527. Alors qu’Almagro retourne à Panama pour chercher des renforts, Pizarro et douze hommes restent sur l’île d’El Gallo. Bartolomé Ruiz (es) les rejoint en 1528 avec soixante-dix hommes, autant de chevaux et trois arquebuses. L’exploration repart vers le sud, où elle découvre le Pérou, avant de rentrer à Panama, fin 1528.

Malgré le succès final de leur expédition, le gouverneur Pedro de los Ríos refuse son soutien à toute tentative de conquête. Pizarro regagne alors l’Espagne pour demander le soutien de l’empereur Charles.

Pizarro retourne à Panama en 1530 avec une véritable armée. Il est accompagné de ses frères Hernando, Gonzalo, Juan et de son demi-frère Francisco Martin de Alcántara.

Fin janvier 1531, l’expédition part pour le Pérou. Elle compte cent quatre-vingts hommes, trente-sept chevaux et trois caravelles. Arrivé à Tumbes, Pizarro est informé qu’une guerre civile divise l’empire inca : depuis la mort de Huayna Capac en 1529, ses deux fils Huáscar et Atahualpa s’affrontent à mort pour prendre le pouvoir.

À Cajamarca, il envoie des émissaires auprès d’Atahualpa pour lui proposer une entrevue. Le 16 novembre 1532, en digne émule d’Hernán Cortés alors que l’entrevue aurait dû se faire sans armes, Pizarro prend le chef inca par surprise et au prix d’un grand massacre, le fait prisonnier (bataille de Cajamarca).

L’Inca livre à Pizarro six tonnes d’or, mais contrairement à la promesse qui lui a été faite, il ne retrouve pas la liberté. Pour éviter un soulèvement, Pizarro le fait exécuter après un procès expéditif et proclame nouvel Inca Topa Hualpa, frère cadet d’Huáscar et d’Atahualpa, mais celui-ci meurt du choléra en 1533. Son frère Manco Inca lui succède et Pizarro fait son entrée dans Cuzco en 1534. Il met à sac cette cité inca, où s’élève encore aujourd’hui l’église de Santo Domingo, construite sur les fondations de granite qui étaient autrefois celles du Temple du Soleil. Profitant de l’occasion, l’adelantado de Guatemala, Pedro de Alvarado, envahit lui aussi le Pérou pour conquérir Quito. Pizarro envoie alors Sebastián de Belalcázar s’emparer de Quito et Almagro réussit à convaincre Alvarado de renoncer à son projet.

En août 1532, Pizarro fonde la première ville espagnole de San Miguel de Piura, puis le 6 janvier 1535 Ciudad de los Reyes, qui deviendra Lima. Son frère Hernando rentre en Espagne pour rendre compte de la conquête du Pérou et remettre à l’empereur le fabuleux trésor amassé. En échange il obtient pour son frère le titre de marquis ainsi que le droit d’étendre le territoire de 200 à 270 lieues. Cette fois Diego de Almagro n’est pas oublié et obtient le titre de gouverneur de la Nouvelle Tolède, territoire à conquérir sur 200 lieues, au sud du Pérou.

Entre Pizarro et Almagro rien ne va plus, la propriété de l’opulente ville de Cuzco est un sujet de discorde et le motif des premières escarmouches entre pizarristes et almagristes, jusqu’à ce que Pizarro persuade Almagro d’entreprendre une expédition pour la conquête du Chili (1535-1536).

En 1536, les abus des frères de Pizarro allument une révolte à travers tout le pays. Sous la conduite de Manco Inca, Lima et Cuzco sont assiégées. C’est le moment où Almagro, déçu de son expédition, décide de rentrer en triomphe à Cuzco où il fait prisonnier Hernando.

À Lima, Pizarro repousse l’assaut des Indiens. Réclamant la souveraineté sur Cuzco, il obtient la libération de son frère. En avril 1538, ce dernier bat Almagro dans la bataille de las Salinas, le capture et le fait exécuter. Maître de Cuzco, Pizarro fait de son domaine le centre de l’expansion coloniale espagnole. Il procède à la distribution des terres et des mines et fonde de nouvelles villes.

Cependant, Manco Inca continue de résister face aux Espagnols. Les almagristes, groupés autour de Diego el Mozo Almagro (fils de Diego de Almagro), attisent le mécontentement contre Pizarro. Cristóbal Vaca de Castro est envoyé par la Couronne pour mettre fin à la dispute. Mais les almagristes précipitent la conspiration contre Pizarro et, le 26 juin 1541, donnent l’assaut au palais, où ils mettent à mort Pizarro et proclament Almagro le Jeune gouverneur. Celui-ci est lui-même arrêté et décapité par Vaca de Castro, qui prend la succession de Francisco Pizarro.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.