Fernand Forest, inventeur.

Pierre dit Fernand Forest est un inventeur français, né à Clermont-Ferrand le 13 octobre 1851 et mort à La Condamine (Monaco) le 12 avril 1914.

Spécialiste de la propulsion, il a joué un rôle important dans l’histoire de l’automobile. Il est notamment considéré comme l’un des précurseurs du moteur à explosion. S’il a lui-même principalement expérimenté ses créations mécaniques sur des bateaux, leurs applications ont concerné non seulement la navigation à moteur, mais aussi l’automobile et l’aviation.

Il est aussi l’inventeur de la roue à rayons tangents, même s’il n’a jamais pu tirer bénéfice de cette invention.


Fils d’Étienne-Félix Forest, un tapissier âgé de 23 ans, et de Marguerite Lamur, il devient très jeune ouvrier dans une coutellerie à Thiers. Il déclarera plus tard dans une interview au journal Lecture pour tous : « Je n’ai pas traîné sur les bancs où l’on étudie […] À 14 ans et demi, je quittai l’école primaire et entrai comme apprenti dans une coutellerie à Thiers […] la mécanique hantait mon sommeil. » Quelques mois plus tard, il entame un apprentissage de mécanique à Clermont-Ferrand.

Fernand forest, carte maximum, Monaco, 8/05/1974.

En 1868, il n’a que 17 ans et rejoint Paris où il réussit à se faire embaucher comme ouvrier chez le constructeur de locomotives et de matériel agricole Cail. Talentueux, il se voit promu contremaître en seulement trois ans.

Vers 1871, il quitte Paris pour un tour de France où il parfait son enseignement auprès d’artisans. En 1874, il revient à la capitale où il suit les cours du Conservatoire national des arts et métiers. Il travaille le soir à ses inventions avec « le petit outillage de mécanicien [qu’il] avait conservé à grand peine ».

S’il avait jusque-là travaillé indépendamment à ses inventions dans ses ateliers du quai de la Rapée à Paris ou à Maisons-Alfort, en 1874, il s’associe à Victorien Renard pour fonder une fabrique de cycles qui se révélera être un échec. C’est avec lui qu’il déposera son premier brevet le 2 octobre 1875 (addition du 31 décembre 1875) concernant un système de vélocipède géant à grande vitesse.

En 1880, il épouse Victorine Surugue qui lui donnera six garçons :

  • Louis (1881-1921), aviateur et qui travaillera un peu avec son père ;
  • Fernand (1883-1915), mort dans les tranchées ;
  • Victor-André (1886-1926) ;
  • Henri (1889-?)
  • Pierre-Marcel (1890-1940) ;
  • Pierre (1891-?) qui sera lui aussi inventeur, dans le domaine de l’aviation.

Tout au long de sa vie, Fernand Forest crée des inventions et dépose des brevets pour dix-sept d’entre elles mais, faute de pouvoir payer les redevances pour ceux-ci, il ne connaît jamais la fortune.

Fernand forest, épreuve d’artiste, Monaco.

En 1907, ruiné, il quitte ses ateliers parisiens pour s’installer avec sa famille à Suresnes où ses meubles et outils sont saisis les 12 et 16 juillet 1909. Le 5 avril 1910, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Le 12 avril 1914, lors d’une démonstration de canot à Monaco, son embarcation La Gazelle heurte des rochers sous-marins. Fernand Forest meurt d’une attaque cérébrale causée par le choc émotionnel, à l’âge de 63 ans. Après des funérailles à Monaco, sa dépouille est transférée au cimetière Voltaire de Suresnes, où il repose.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.