Le château du Haut-Kœnigsbourg (Bas-Rhin).

Le château du Haut-Kœnigsbourg est un château fort alsacien du XIIe siècle, profondément remanié au XVe siècle et restauré avant la Première Guerre mondiale sous Guillaume II. Le château se dresse sur la commune française d’Orschwiller dans le département du Bas-Rhin en région Grand Est, au sein de la région historique et culturelle d’Alsace.

Le nom actuel du château, Haut-Kœnigsbourg, est le résultat de l’adaptation du nom allemand Hochkönigsburg qui se traduit par « haut-château du roi ».

En 774, Charlemagne fait don du Stophanberch ou Staufenberg (nom du col où le Haut-Kœnigsbourg a été construit) et des terres attenantes au prieuré de Lièpvre, dépendantes de celle de Saint-Denis.

Château du haut-koenigsbourg, carte maximum, 15/05/1999.

En 1079, Frédéric Ier de Souabe (Frédéric l’Ancien) est nommé duc de Souabe par l’Empereur du Saint-Empire romain germanique Henri IV. Il fait construire le château Stauf sur le mont Hohenstaufen près de Göppingen, d’où le nom de la famille.

Afin de renforcer le pouvoir des Hohenstaufen en Alsace, Frédéric le Borgne crée une ligne de défense et pour cela, il fait construire de nombreux châteaux et certains d’entre eux sur des terres qui ne lui appartiennent pas. On dit de lui qu’il a constamment un château accroché à la queue de son cheval. Il aurait fait construire en toute illégalité le château du Haut-Kœnigsbourg sur les terres confiées aux moines de l’abbaye de Lièpvre.

En 1147, Eudes de Deuil, moine de Saint-Denis presse Louis VII d’intervenir auprès du roi Conrad III de Hohenstaufen afin de réparer cette injustice. C’est la première mention du château dans un document écrit. À cette date, le site comportait déjà deux tours permettant de surveiller la route d’Alsace du nord au sud, l’une appartenant à Conrad III, l’autre à son neveu Frédéric Ier de Souabe dit Barberousse, futur empereur du Saint-Empire romain germanique. Le nom de Königsburg (château du roi) apparaît dès 1157.

Dans la première moitié du XIIIe siècle, profitant de l’affaiblissement des Hohenstaufen, les ducs de Lorraine auraient pris possession du château. Celui-ci est confié aux sires de Rathsamhausen puis aux Hohenstein qui y règnent jusqu’au XVe siècle.

Devenu un repaire de chevaliers brigands, le château est conquis et incendié en 1462 par une coalition regroupant les villes de Colmar, Strasbourg et Bâle, fortes de 500 hommes et de pièces d’artillerie.

Les restes du Haut-Kœnigsbourg sont alors confiés à la famille Thierstein. Ils font bâtir, sur le côté ouest, un bastion formé de deux tours d’artillerie et d’un mur-bouclier, dotés de murs puissants. La basse cour est protégée par deux tours en fer à cheval et des courtines avec des murs épais. Le château est entouré d’un premier mur de protection afin de gêner la mise en batterie de l’artillerie ennemie.

En 1517, le dernier des Thierstein, croulant sous les dettes, s’éteint. La famille n’ayant pas de descendance, Maximilien Ier rachète le château. Ni l’empereur ni les propriétaires successifs ne feront face aux coûts d’entretien, d’autant que le premier ne finance pas les seconds pour ces réalisations.

n 1633, durant la guerre de Trente Ans, qui a vu, entre autres, les Suédois opposés à l’Autriche, l’Alsace est ravagée. En juillet, les Suédois assiègent le Haut-Kœnigsbourg qui n’est plus qu’une forteresse délabrée, est commandée par le capitaine Philippe de Liechtenau. Forts de canons et de mortiers, ils prennent le château après cinquante-deux jours de siège. Peu de temps après, la forteresse est détruite par un incendie. Le château est alors laissé à l’abandon.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.