“Babar”, l’éléphant.

Babar est un éléphant de fiction, héros de la littérature d’enfance et de jeunesse imaginé par Cécile de Brunhoff, mis en album et illustré par Jean de Brunhoff.


Cécile de Brunhoff est à l’origine de Babar. Elle a coutume de raconter des histoires à ses deux fils, Laurent et Mathieu. Parmi celles-ci, celle qui décrit les aventures d’un petit éléphant qui s’enfuit de la forêt pour échapper au chasseur et arrive dans une ville où il s’habille comme un homme. Revenu chez lui en voiture, il y rapporte les bénéfices de la civilisation et est couronné roi des éléphants.

Selon la légende familiale, la genèse de Babar trouverait sa source dans la famille Bunau-Varilla. La grand-mère de Laurent et Mathieu, Ida de Brunhoff, avait en effet épousé Philippe Bunau-Varilla, directeur général de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama. Leur fille, Gisèle Bunau-Varilla, s’était mariée avec Mario Rocco, un aventurier. Ensemble, ils avaient chassé l’éléphant au Congo belge en 1928 avant de s’installer au Kenya. C’est dans ce pays qu’un éléphanteau blessé par des chasseurs d’ivoire, et recueilli par la femme de l’ambassadeur belge, serait devenu la coqueluche de leurs enfants.

Babar, carte maximum, Paris, 19/06/2006.

C’est en lisant une lettre de Gisèle envoyée du Kenya que Babar aurait germé dans l’imaginaire de Cécile. Quoi qu’il en soit, le récit de leur mère pianiste leur plaît tellement qu’ils le racontent à leur père, Jean de Brunhoff, artiste peintre. L’idée lui vient alors d’en faire un livre illustré pour un usage familial. Son frère Michel de Brunhoff et son beau-frère Lucien Vogel, enthousiasmés, le publient en grand format aux Éditions du Jardin des Modes sous le titre L’Histoire de Babar le petit éléphant (1931), à l’époque de l’Exposition coloniale.

Les albums connaissent un succès inouï avec quatre millions d’exemplaires vendus avant 1939, après que la maison Hachette a racheté en 1936 les droits aux Éditions du Jardin des Modes. Babar rencontre également un grand succès aux États-Unis et en Grande-Bretagne. La salle de jeux /nursery pour les enfants de la première classe du Paquebot Normandie lancé à la fin des années 30 par les Chantiers de l’Atlantique sera entièrement décorée avec des fresques et des silhouettes découpées de Babar et de ses compagnons, d’après des dessins originaux de Jean de Brunhoff.

De 1940 à 1946, Francis Poulenc en réalise une mise en musique pour récitant et piano, plus tard orchestrée par Jean Françaix. À la disparition de son père en 1937, c’est Laurent de Brunhoff qui poursuit les aventures de Babar et les adapte pour la télévision française en 1969. Laurent de Brunhoff s’installe en 1985 aux États-Unis et confie en 1987 à la Clifford Ross Company la charge de choisir les sociétés à qui accorder les licences de produits dérivés. La société Nelvana, détenant la franchise au Canada et voulant multiplier ces produits dérivés, entre en conflit avec la Clifford Ross Company, la bataille judiciaire ne s’achevant qu’en 2000.

La famille Brunhoff ayant fait don de dessins préparatoires de trois des premiers albums à la Bibliothèque nationale de France, 2006 voit la consécration de Babar en France, avec son entrée dans les collections de cette bibliothèque.

En 2011, 13 millions d’exemplaires des 75 albums sortis ont été vendus dans le monde et traduits en 27 langues.

Après que sa mère a été tuée par un chasseur, Babar l’éléphanteau quitte sa jungle et arrive épuisé dans une grande ville, où il se lie d’amitié avec la Vieille Dame qui pourvoit à son éducation. Après peu de temps, il retourne finalement dans le clan des éléphants fuyant le chasseur. À la suite de la mort du roi ayant mangé des champignons vénéneux, et pour avoir déjoué les plans du chasseur et libéré les siens, Babar est couronné roi (royaume de Babar), se marie avec sa cousine Céleste, restaure la paix et fonde la ville de Célesteville dans laquelle chaque peuple animal construit sa maison avec son architecture particulière et vit selon ses propres coutumes.

La mort de sa maman, qui débute la première aventure de Babar en langue française, est absente de la version américaine.

Le format choisi par la famille Brunhoff pour éditer les histoires de Babar est une révolution. Avant cela, les albums illustrés pour la jeunesse étaient de petite taille et les images ressemblaient plutôt à des vignettes. Avec Babar, c’est l’avènement de l’album grand format aux doubles pages illustrées.

La technique de dessin employée par Jean Brunhoff est également une innovation dans le domaine : en premier lieu tracés à l’encre de chine, les dessins sont ensuite colorés par de riches aplats d’aquarelle. En résultent des couvertures et des illustrations aux couleurs lumineuses et éclatantes.

Babar a été créé à Chessy, petite bourgade de Seine-et-Marne, qui a baptisé l’une de ses rues (entre le coude de la rue du Petit Champ et celui de la rue Charles de Gaulle) du nom de « Place Jean de Brunhoff », le créateur de Babar. La maison qui a été le berceau de Babar existe toujours. La famille de Brunhoff a en effet habité la villa Lermina construite en 1802, actuelle « Muscadelle » qui se situe 83 rue Charles de Gaulle. Chessy, fier de cette histoire, a même donné le nom de Cornélius, précepteur et sage conseiller de Babar, a l’un des groupes scolaires de la commune (maternelle et élémentaire), rue Charles de Gaulle, juste en face de la « Muscadelle ». Devant l’entrée de l’école, la municipalité a fait édifier une statue de Cornélius. Le centre de loisirs situé 2 rue Pasteur à Chessy et associé à l’école Cornélius porte le nom de « L’île aux oiseaux », titre d’une aventure de Babar publiée en 1952 et se trouve sur une parcelle du terrain qui appartenait à la villa de la famille Brunhoff et cédé à la ville.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.