Andreï Gromyko, homme politique et diplomate.

Andreï Andreïevitch Gromyko (en russe : Андре́й Андре́евич Громы́ко, en biélorusse : Андрэй Грамыка), né le 5 juillet 1909 (18 juillet 1909 dans le calendrier grégorien) à Starye Gromyki, près de Gomel (Empire russe, aujourd’hui en Biélorussie) et mort le 2 juillet 1989 à Moscou (RSFS de Russie, aujourd’hui en Russie), est un homme politique et diplomate soviétique. Il a été notamment ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique puis président du præsidium du Soviet suprême.


Andreï Gromyko naît en 1909 dans une famille de paysans biélorusses. Il étudie à l’Institut technique agricole de Minsk jusqu’en 1932, puis étudie l’économie à Moscou entre 1936 et 1939. Il profite des places laissées vacantes par les Grandes Purges et entre en 1939 au commissariat du peuple aux Affaires étrangères comme chef du département Amérique. Ensuite, il commence à gravir les échelons.

Il devient conseiller à l’ambassade d’Union soviétique aux États-Unis de 19391 à 1943, puis ambassadeur dans ce même pays de 1943 à 1946.

Ayant participé à la plupart des conférences internationales (Dumbarton Oaks, Yalta, Potsdam, Helsinki, etc.), de 1944 à 1975, il se révèle un très habile négociateur et démontre son talent pour défendre la politique étrangère de son pays. En 1946, il devient ambassadeur de l’URSS au Conseil de sécurité de l’ONU. En 1952-1953, il est brièvement ambassadeur à Londres. Il devient membre du Comité central du PCUS en 1956 et entre au Politburo en 1973.

Il est ministre des Affaires étrangères sans discontinuité pendant 28 ans de 1957 à 1985. Sa carrière culmine en 1975 au moment des accords d’Helsinki signés dans le cadre de la CSCE lorsque l’Union soviétique obtient la reconnaissance de toutes ses conquêtes en Europe de l’Est depuis 1945. En 1983, il est premier vice-président du gouvernement.

Entre 1979 et 1983, pendant la crise des euromissiles, il défend la position soviétique avec une particulière intransigeance, contribuant à sa chute, parce que Mikhaïl Gorbatchev, devenu Secrétaire général du Parti en 1985, aspire à mettre fin à la confrontation avec l’Occident. Gromyko est alors désigné président du præsidium du Soviet suprême, poste largement honorifique. Il doit accepter sans réagir l’inversion totale de la politique étrangère de l’Union soviétique par le démantèlement simultané des SS-20 et des Pershings à partir de 1987 avant de démissionner de ce poste. Il est exclu du Politburo en 1988, parce qu’il représente la faction conservatrice du parti communiste.

Andreï Gromyko meurt en 1989. Il est enterré au cimetière de Novodevitchi, à Moscou. Son épouse meurt en 2004.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.