Yang di-Pertuan Agong, roi de Malaisie.

Le roi de Malaisie ou Yang di-Pertuan Agong est le chef d’État de la Malaisie, une des rares monarchies électives du monde. Le roi est élu par la Conférence des Dirigeants pour cinq ans, selon un cycle préétabli, parmi neuf souverains des treize États de la Fédération. La Malaisie étant également une monarchie constitutionnelle, le souverain joue surtout un rôle symbolique.

L’actuel titulaire du titre est Abdullah Shah depuis le 31 janvier 2019.


La quatrième partie de la Constitution malaisienne décrit le rôle et les compétences du Yang di-Pertuan Agong. Il est ainsi disposé que le roi de Malaisie a la préséance sur tout autres dignitaires du pays et qu’il ne peut être poursuivi ou tenu juridiquement responsable devant un tribunal dans l’exercice de ses fonctions officielles. Le roi est aussi le gardien du Sceau de la Fédération de Malaisie.

Le monarque malaisien a dans le même temps l’interdiction d’exercer ses fonctions de Raja ou de sultan dans son État d’origine, hormis en tant que dirigeant religieux. Il lui est également permis de modifier la  Constitution de son État et de nommer un régent ou un membre du Conseil de régence en cas d’incapacité de ces derniers. Parmi d’autres interdits, le roi de Malaisie n’a, par exemple, pas le droit d’exercer une autre fonction rémunérée ou commerciale.

La reine ou Raja Permaisuri Agong se situe juste derrière le monarque dans l’ordre de préséanceC 6 et de même que son époux, il lui est interdit d’être nommée à un poste rémunéré ou de tenir une activité commerciale.

L’anniversaire du roi de Malaisie est un jour férié et est fêté chaque année le premier dimanche de juin à Kuala Lumpur avec notamment un salut aux couleurs visant à souligner la fidélité des forces armées malaisiennes à la figure royale.

Le monarque malaisien dispose de plusieurs pouvoirs discrétionnaires : il nomme le Premier ministre, peut refuser la dissolution du Parlement ou convoquer une réunion de la Conférence des dirigeants qui concernerait le roi et son épouse. Bien qu’il soit le commandeur suprême des armées et qu’il soit investi du pouvoir exécutif, le roi de Malaisie doit agir en conformité avec l’avis du cabinet, mais il peut être informé des actions du gouvernement malaisien. Il a donc un rôle principalement symbolique et lié aux cérémonies du pays.

Critiquer le roi de Malaisie en public est illégal et peut conduire à l’emprisonnement, étant donné que ces reproches peuvent tomber sous le coup des lois contre la sédition et être qualifié de « haine ou outrage » à la monarchie.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.