Vladimir Arseniev, officier-topographe et explorateur.

Vladimir Klavdievitch Arseniev (en russe : Владимир Клавдиевич Арсеньев, né à Saint-Pétersbourg, sous l’Empire russe, le 29 août 1872 (10 septembre 1872 dans le calendrier grégorien) et mort le 4 septembre 1930 à Vladivostok, est un officier-topographe de l’armée russe, explorateur de la Sibérie orientale (appelée aussi « Extrême-Orient russe »).


Il est surtout connu pour avoir écrit de nombreux ouvrages sur ses  explorations : quelque soixante livres sur la géographie, la nature sauvage, et l’ethnographie des régions qu’il a visitées. L’auteur raconte ses voyages dans plusieurs livres, le plus connu étant La Taïga de l’Oussouri – Mes expéditions avec le chasseur golde Derzou (le titre sera plus tard abrégé en Dersou Ouzala) : ce sont les mémoires d’Arseniev concernant trois expéditions dans la taïga (forêt) du nord de l’Asie, le long de la mer du Japon et au nord de Vladivostok. Le livre a pour titre le nom du guide d’Arseniev, un autochtone oussurien de la tribu Nanaï (qu’on appelait, il y a peu, « Golde », d’où le titre du livre).

Dersou Ouzala a été adapté au cinéma par deux fois. La version la plus connue est celle réalisée en 1975 par Akira Kurosawa, qui a adapté pour ce film deux livres de la trilogie « Dersou Ouzala » : La Taïga de l’Oussouri – Mes expéditions avec le chasseur gold Derzou (По Уссурийскому Краю, 1921) et Dersou Ouzala : la Taïga de l’Oussouri (Дерсу Узала Из воспоминаний о путешествиях по Уссурийскому краю в 1907 г. Владивосток, 1923). Le film décrit les explorations d’Arseniev de la vallée de l’Oussouri, de 1902 à 1907, aux côtés du vieux trappeur Dersou Ouzala.

Arseniev a pris de nombreuses photos lors de ses expéditions. Il a été aussi un des premiers à décrire nombre d’espèces de la flore de Sibérie. Durant la guerre civile (1918-1921), il est commissaire aux minorités ethniques de l’éphémère république d’Extrême-Orient.

Arseniev, entier postal, Russie.

Non seulement le régime communiste stalinien n’a témoigné d’aucune reconnaissance envers les travaux d’Arseniev, mais il a également été accusé d’intelligence avec l’ennemi, à savoir les Japonais. Il a été recherché et ses archives ont été saccagées. Il n’a échappé à ses poursuivants que parce qu’il se trouvait alors en expédition et parce qu’il n’est jamais revenu chez lui, terrassé sur le terrain par un ultime coup de froid mortel. Sa femme, Margarita Nikolaevna Arsenieva, est arrêtée et jugée sous le même chef d’inculpation en 1937. Elle a été exécutée, et sa fille, Natalia Vladimirovna Arseneva, a alors été placée en centre d’internement pendant au moins quinze ans.

Sa maison à Vladivostok est devenue un musée ; une ville des régions qu’il a explorées a pris son nom en son honneur : Arseniev.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.