Théophile Malo de La Tour d’Auvergne-Corret, militaire.

Théophile Malo de La Tour d’Auvergne-Corret, né le 23 novembre 1743 à Carhaix en Bretagne et mort le 27 juin 1800 (à 56 ans) à Oberhausen en Bavière, est un militaire français. Napoléon lui donna le titre « premier grenadier de la République ». Il a également écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Bretagne et des langues celtiques.

Fils de l’avocat Olivier Corret et de Jeanne Lucrèce Salaün, il naquit à Saint-Hernin (où son père était régisseur du château de Kergoët) et fut baptisé à Carhaix. Les historiens ont toutefois dénombré pas moins de neuf lieux de naissance possibles, dont huit identifiables : Pontivy, Laniscat, Carnoët, Maël-Carhaix, Trébrivan, Trémargat, Saint-Hernin et Carhaix.

À sa sortie du Collège des Jésuites de Quimper, il choisit l’armée (vers 1765) alors que son père voulait qu’il devienne avocat et sa mère un dignitaire de l’Église.

En 1767, il entra, en qualité de soldat, dans la deuxième compagnie des mousquetaires. Né Théophile-Malo Corret, il ajouta à son nom de famille celui de Kerbauffret précédé d’une particule, sans pouvoir prétendre être de condition noble.

La Tour d’Auvergne, carte maximum, Carhaix-Plouguer, 1/06/1991.

 

Prétendant descendre d’un fils naturel de Turenne et d’Adèle Corret, nommé Henri Corret, il ajouta à son nom celui de La Tour d’Auvergne en 1777, après avoir obtenu d’un descendant du duc de Bouillon un courrier attestant d’une souche commune, le 23 octobre de cette même année. Le 20 mai 1785, un diplôme autorisa Malo Corret à faire précéder son nom de naissance de celui de La Tour d’Auvergne.

Il passa ensuite au service de l’Espagne, où il fit preuve de sa valeur militaire. Pendant une action meurtrière, il sauva la vie d’un officier espagnol blessé en le rapportant au camp sur ses épaules ; puis il revint au combat. Le roi d’Espagne lui accorda une décoration, qu’il accepta, mais il refusa la pension qui y était attachée.

Il rallia les armées de la République et fut promu capitaine de grenadiers en 1792. Lazare Carnot, ministre de la guerre, dit de lui qu’il était « le plus brave parmi les braves ». Engagé dans l’ancien régiment de Bretagne, le 46e régiment d’infanterie, il servit dans les armées révolutionnaires de Savoie et dans l’armée des Pyrénées orientales, où il commandait toutes les compagnies de grenadiers formant l’avant-garde et appelées colonnes infernales. Presque toujours cette phalange avait décidé de la victoire lorsque ce corps d’armée arrivait sur le champ de bataille.

Ses loisirs étaient consacrés à des méditations ou à des travaux littéraires, et il était appelé pour ses avis à tous les conseils de guerre.

Malade, il quitta l’armée. S’étant embarqué après la paix avec l’Espagne pour se rendre dans sa province, il fut pris en 1794 par un corsaire britannique : le voilier sur lequel il avait embarqué à Bayonne à destination de Brest fit naufrage au large de Camaret, et La Tour d’Auvergne fut fait prisonnier par une escadre britannique en même temps que l’équipage. On voulut le forcer à quitter sa cocarde ; la passant à son épée jusqu’à la garde, il déclara qu’il périrait plutôt en la défendant.

Il fut interné sur des pontons dans le sud-ouest de l’Angleterre. Durant son internement, il se consacra à l’écriture d’un dictionnaire français-celtique. Il fut libéré en 1797.

À son retour en France, il se rendit à Paris, où il apprit qu’un de ses amis, nommé Le Brigant, octogénaire, venait d’être séparé de son jeune fils, le seul encore en vie, par la réquisition ; il se présenta aussitôt au Directoire, obtint de remplacer le jeune conscrit et le rendit à sa famille, rejoignant l’armée en tant que simple soldat. Il se rendit célèbre par son courage et sa modestie.

Il partit pour l’armée du Rhin comme volontaire. Il fit la campagne de 1799 en Suisse, fut élu membre du Corps législatif après le 18 brumaire, mais refusa de siéger : « Je ne sais pas faire des lois, je sais seulement les défendre, envoyez-moi aux armées. » Comme il avait refusé plusieurs promotions, on ne trouva pour lui que le titre de « premier grenadier de la République », que lui donna Napoléon.

Le 27 juin 1800, au soir du combat de Oberhausen, en Bavière, il fut touché au cœur par un coup de lance alors que la 46e demi-brigade de l’armée du Rhin est assaillie par la cavalerie adverse.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.