Victor Scheppers, prêtre catholique.

Mgr Victor Scheppers, né le 25 avril 1802 à Malines et mort le 7 mars 1877 dans la même ville, est un prêtre catholique belge, fondateur de la congrégation des Frères de la Miséricorde de Malines, de celle des Sœur de Notre-Dame de Miséricorde et de l’Institut Scheppers. Il est déclaré vénérable de l’Église catholique romaine le 16 mars 1987.


Victor Jean Baptiste Corneille Scheppers naît dans une famille de quatre enfants dont le père, Corneille-Jean-Joseph Scheppers (1768-1841), est propriétaire terrien et brasseur, échevin de Malines, membre des États provinciaux, puis conseiller provincial et député permanent de la province d’Anvers, membre de la députation permanente. Sa mère, Jeanne-Catherine Estrix (sœur du bourgmestre Jean-François-Xavier Estrix), meurt en 1813, sa sœur en 1815 et son frère en 1817. Il fait ses études à Malines, puis à Alost, et reprend la direction de la brasserie familiale.

Il voyage à Paris et fait plusieurs fois le pèlerinage à Montaigu, ce qui le décide à devenir prêtre. Il est ordonné en 1832 et célèbre sa première messe à la cathédrale Saint-Rombaut de Malines, dont il sera fait chanoine trois ans plus tard.

Scheppers, carte maximum, Belgique, 1969.

Très tôt sa vocation s’oriente vers la jeunesse délaissée. Son père lui achète une maison à Malines pour qu’il puisse s’occuper de garçons des classes laborieuses. Il donne des cours et ouvre un atelier professionnel gratuit, puis il organise une école du dimanche pour jeunes gens de 17-18 ans.

En 1838 les premiers postulants se présentent. Ce sont deux jeunes artisans. Le cardinal Sterckx l’aide à fonder sa congrégation en 1839, en effet la Belgique étant en pleine révolution industrielle, la jeunesse pauvre des villes est confrontée à l’alcoolisme, la prostitution, la délinquance et à la misère. Le chanoine Scheppers dirige son apostolat vers les prisons, en particulier les quartiers de mineurs d’âge, avec le soutien du ministère de la Justice. En 1851, il met sur pieds un internat à Malines. Il poursuit son engagement social et pédagogique et songe à regrouper encore plus de jeunes gens laïcs consacrés pour l’aider.

Le cardinal Pecci l’appelle à Pérouse pour y ouvrir un établissement, et Mgr de Mérode le présente en 1854 à Pie IX qui l’encourage à s’établir dans les États pontificaux. Il lui confère le titre de prélat de Sa Sainteté en 1856. Bientôt la congrégation se répand en Angleterre, dans le Manitoba, en Espagne et aux Pays-Bas. Plus tard elle s’installe en Afrique.

Un petit groupe de frères obtient la permission spéciale d’accéder à la prêtrise en 1949, avec obligation de respecter l’esprit laïc de la congrégation. Après une période extrêmement difficile dans les années 1970-1990, la congrégation se maintient aujourd’hui dans dix-sept maisons en Belgique, en Italie, en Argentine, en Uruguay et au Burundi.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.