Theodor Aman, peintre et graveur.

Theodor Aman, né à Câmpulung le 20 mars 1831 et mort à Bucarest le 19 août 1891, est un peintre et graveur roumain d’origine arménienne, partie prenante de la renaissance culturelle roumaine.


Theodor Aman est l’élève de Constantin Lecca et de Carol Wallenstein à Craiova et Bucarest, puis de Michel Martin Drolling et de François Édouard Picot, à Paris, en 1850 et 1851. Après avoir exposé au Salon de 1853, il se rend à Constantinople, puis en Crimée, et commence à produire de grandes compositions historiques dont les thèmes sont en résonance avec les aspirations nationalistes roumaines. En 1855, sa Bataille de l’Alma figure à l’Exposition universelle de Paris.

De retour en Valachie, il est anobli par le prince Barbu Démètre Știrbei, qui lui accorde une bourse pour lui permettre de poursuivre ses études en  France. C’est ainsi qu’il fréquente en 1856 les artistes de l’école de Barbizon,

dont la manière de peindre les paysages et les portraits exerce une influence décisive sur son style. Après un court séjour à Rome, il revient en Valachie et fonde avec Gheorghe Tattarescu en 1863 l’École nationale des beaux-arts de Bucarest, qu’il dirige jusqu’à sa mort en 1891.

Graveur à l’eau-forte et sur bois, il est, entre autres, le correspondant roumain de la Société de peintres-graveurs à l’eau-forte fondée par l’éditeur et marchand Alfred Cadart : il lui livre huit pièces pour L’Illustration nouvelle (1868-1881).

Les œuvres d’Aman, peintre de genre et d’histoire, sont maintenant conservées à Bucarest au musée Théodor Aman.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.