Quang Trung (Nguyễn Huệ), 2ème empereur du Vietnam.

Empereur Quang Trung (Vietnamien: Quang Trung hoàng đế), né Nguyễn Huệ en 1753 dans le district de Tây Sơn dans la province de Binh Dinh et mort le 16 septembre 1792 à Phú Xuân, fut le deuxième empereur de la dynastie Tây Sơn (1788-1792). Il fut l’un des généraux talentueux de l’histoire du Viêt Nam. Il fut celui qui a unifié le Vietnam, alors divisé par les familles Trinh et Nguyên. Il a mené son armée à des victoires retentissantes lors d’invasions du pays par des armées du Siam (bataille de Rạch Gầm-Xoài Mút en 1785) et des Qing (bataille de Ngọc Hồi-Đống Đa en 1789) et a imposé les lettres Nôm comme écriture nationale.

Bien qu’empereur mort sans descendant, le combat politique et social des Tay Son a été repris au XXe siècle par leur héritier direct l’homme politique Ho Huu Tuong qui combattit toute sa vie pour imposer le nationalisme vietnamien.


En 1771, Nguyễn Huệ prend la tête avec ses deux frères Nguyễn Nhạc et Nguyễn Lữ d’une insurrection paysanne qui leur donne le pouvoir dans le sud féodal du Vietnam. L’empereur Nguyễn Ánh fait alors appel aux Siamois, dans l’ancienne Thaïlande, pour reprendre le pouvoir. Mais l’armée siamoise tombe dans un guet-apens préparé par Nguyễn Huệ sur la rivière Mỹ Tho et doit battre en retraite.

Puis, en 1786, il franchit le Col des nuages et conquiert Phú Xuân qui deviendra plus tard Hué. Le roi Lê Chiêu Thống de la dynastie Lê demande alors l’aide des Chinois pour déloger Nguyễn Huệ. L’armée chinoise envahit le Vietnam et s’empare de Hanoï. Voulant reprendre la ville, Nguyễn Huệ se proclame roi sous le nom de Quang Trung et remonte vers le nord. Trois colonnes affrontent l’armée chinoise sur différents fronts et déciment les troupes. Hanoï est reconquise et le Vietnam est réunifié.

Nguyễn Huệ entreprend un vaste plan de réformes. Il encourage l’agriculture, l’artisanat et le commerce. Il impose les idéogrammes Chữ Nôm au lieu des idéogrammes chinois. Les programmes d’enseignement sont également réformés. L’empereur sait également manœuvrer sur le plan diplomatique, ménageant les liens avec l’empereur de Chine.

Mais en 1792, Nguyễn Huệ meurt à l’âge de 39 ans, sans avoir pu terminer ses réformes. Sa disparition entraînera la fin de sa dynastie, remplacée en 1802 par celle de Gia Long.

Sa mémoire demeure cependant vivace. Plusieurs rues portent son nom; l’arrondissement Đống Đa à Hanoï célèbre chaque année la victoire de Nguyễn Huệ en 1789.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.