Nuno Tristão, explorateur et marchand d’esclaves.

Nuno Tristão était un explorateur et marchand d’ esclaves portugais du XVe siècle , actif au début des années 1440, traditionnellement considéré comme le premier Européen à atteindre la région de la Guinée (légendairement, jusqu’à la Guinée-Bissau, mais des historiens plus récents pensent qu’il n’a pas aller au-delà du fleuve Gambie).


Nuno Tristão était un chevalier de la maison d’ Henri le Navigateur. En 1441, Tristão fut envoyé par Henry dans l’un des premiers prototypes de la caravelle à gréement latin pour explorer la côte ouest-africaine au-delà du cap Barbas, le point le plus éloigné atteint par le dernier capitaine d’Henri cinq ans plus tôt ( Afonso Gonçalves Baldaia , en 1436). Autour de Rio de Oro ,Tristão a rencontré le navire d’ Antão Gonçalves , qui avait été envoyé en mission distincte par Henry cette même année pour chasser les phoques moines qui se prélassait sur ces rivages. Mais Gonçalves a capturé un jeune chamelier solitaire, le premier indigène rencontré par les Portugais depuis le début des expéditions dans les années 1420. Nuno Tristão, qui emmenait à bord l’un des serviteurs maures d’Henri pour servir d’ interprète, interrogea le chamelier captif de Gonçalves. Tristão et Gonçalves ont été conduits par ses informations dans un petit camp de pêche berbère de Sanhaja à proximité. Les Portugais attaquent les pêcheurs, faisant une dizaine de captifs, les premiers esclaves africains ramenés par les Portugais en Europe. Gonçalves est retourné au Portugal immédiatement après le raid d’esclaves, mais Nuno Tristão a continué vers le sud, atteignant jusqu’au Cap Blanc (Cabo Branco), avant de rebrousser chemin.

En 1443, Nuno Tristão est de nouveau envoyé par Henri et poussé au-delà du cap Blanc pour atteindre la baie d’Arguin. Sur l’ île d’Arguin, Tristão rencontra un village berbère Sanhaja, le premier établissement permanent vu par les capitaines d’Henry sur la côte ouest-africaine. Tristão l’a immédiatement attaqué, capturant quatorze villageois et est retourné au Portugal avec ses captifs. Le rapport de Tristão sur des terrains de pillage d’esclaves faciles et rentables dans les banques d’Arguin a incité de nombreux marchands et aventuriers portugais à demander à Henry une licence de traite des esclaves. Entre 1444 et 1446, plusieurs dizaines de navires portugais partent pour des raids d’esclaves autour de la baie d’Arguin.

Tristao, carte maximum, Portugal.

Alors que les colonies de pêcheurs autour des rives d’Arguin ont été rapidement dévastées par les pillards d’esclaves portugais, en 1445 (ou peut-être 1444), Nuno Tristão a été envoyé par Henry pour pousser plus au sud et chercher de nouveaux terrains de pillage d’esclaves. Tristão a atteint aussi loin au sud que les régions frontalières du Sénégal , là où le désert du Sahara se termine et où la forêt commence, et la population côtière est passée des Berbères Sanhaja «fauves» aux Wolofs «noirs» . On pense que Tristão a atteint la Ponta da Berberia (Langue de Barbarie), juste avant l’entrée du fleuve Sénégal. Le mauvais temps l’empêcha d’entrer dans le fleuve ou d’y débarquer, alors il remit les voiles. Sur le chemin du retour, Tristão s’est arrêté sur les rives d’Arguin et a capturé 21 autres Berbères.

Nuno Tristão arriva au Portugal en déclarant avoir enfin découvert l’Afrique subsaharienne , ou dans la nomenclature de l’époque, le « Pays des Noirs » (Terra dos Guineus , ou simplement la Guinée). Les raids d’esclaves portugais sont immédiatement descendus sur la côte sénégalaise, mais trouvant des indigènes alertes et mieux armés sur cette côte, les raids d’esclaves n’étaient pas aussi faciles ni aussi rentables qu’ils l’avaient espéré.

En 1446 (ou peut-être 1445 ou 1447, date incertaine), Nuno Tristão entreprit son quatrième (et dernier) voyage le long de la côte ouest-africaine. Quelque part au sud du Cap Vert , Tristão est tombé sur l’embouchure d’un grand fleuve. Tristão a emmené 22 marins avec lui sur une vedette en amont, pour rechercher une colonie à attaquer. Mais le lancement a été pris en embuscade par treize canots indigènes avec quelque 80 hommes armés. Rapidement encerclé, Nuno Tristão, ainsi que la plupart de son équipage, est tué sur place par des flèches empoisonnées (deux auraient pu s’échapper). La caravelle de Tristão, réduite à un équipage composé du clerc Aires Tinoco et de quatre grumetes (‘ ship boys ‘), repart aussitôt vers le Portugal. (Cependant, le compte deDiogo Gomes diffère ici; il affirme que la caravelle n’est jamais revenue – que les canots indigènes l’ont maîtrisée et saisie, puis ont traîné la caravelle et l’ont démantelée en amont.)

On ne sait pas jusqu’où Nuno Tristão a réellement navigué et où il est mort. Jusque dans les années 1940, la tradition portugaise affirmait que Tristão était mort à Rio do Nuno ( fleuve Nunez , Guinée moderne ), ou qu’il était tombé juste en deçà et qu’il était mort à Rio Grande ( fleuve Geba , Guinée-Bissau ). En conséquence, Nuno Tristão était traditionnellement considéré comme le « découvreur » de la Guinée portugaise (actuelle Guinée-Bissau), et aurait même été le premier Européen à mettre le pied sur la masse continentale de ce qui est aujourd’hui la ville moderne de Bissau. Si c’est vrai, alors le dernier voyage de Nuno Tristão a été un énorme bond au-delà de la précédente étape portugaise ( Cabo dos Mastos , Cap Naze , Sénégal).

Cependant, les historiens modernes, s’appuyant sur des preuves plus larges (y compris les récits de Diogo Gomes et Cadamosto ), ont généralement rejeté cette affirmation et conviennent maintenant généralement que Nuno Tristão n’a atteint le delta du Sine-Saloum, toujours au Sénégal, que quelques kilomètres au sud du cap des mâts (cap Naze) ou, à leur plus généreux, le fleuve Gambie. Exactement où a fait l’objet de débats. Dans son enquête minutieuse, l’historien Teixeira da Mota a conclu que Nuno Tristão a d’abord remonté le fleuve Saloum ( Rio de Barbacins , 13°57′47″N 16°45′10″W ) puis a envoyé sa vedette sur le fleuve Diombos ( Rio de Lago , 13°47′57″N 16°36′19″W ), dont la rive sud était contrôlée par le roi mandingue dit Niumimansa , du Niumi Bato. Ce sont ces guerriers mandingues (ou mandikisés) qui ont tendu une embuscade et tué Nuno Tristão. D’autres érudits attribuent le meurtre du voleur d’ esclaves portugais et de son parti au peuple sérère de Sénégambie . C’est le consensus général.

La mort de Nuno Tristão, le capitaine préféré d’Henry, marqua le début de la fin de cette vague d’expéditions d’Henry. Un autre ensemble de navires sortirait encore l’année suivante, mais subirait également des pertes importantes et, par conséquent, les expéditions portugaises ont été temporairement suspendues. Henri le Navigateur n’envoya une autre expédition sur la côte ouest-africaine qu’une décennie plus tard (Cadamosto en 1455).

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.