Mohammad Zaher Shah, dernier roi d’Afghanistan.

Mohammad Zaher Shah (en pachto et en dari : محمد ظاهر شاه ; né le 15 octobre 1914 à Kaboul et mort le 23 juillet 2007 à Kaboul) est le dernier roi d’Afghanistan de 1933 à 1973. Pachtoune sunnite, il appartenait à la dynastie Mohammadzaï (du clan des Barakzaï lui-même issu de la tribu des Durrani).


Mohammad Zaher Shah est né à Kaboul le 15 octobre 1914, second fils de Mohammad Nadir Shah, futur roi d’Afghanistan, et de son épouse Mah Parwar Begum.

Il fait ses premières classes au lycée français Esteqlal puis au collège Habiba de Kaboul, poursuit ses études en France, où son père est ministre plénipotentiaire, à Paris au lycée Janson-de-Sailly puis au lycée Michelet et enfin à Montpellier. Il intègre l’École des officiers d’infanterie à Kaboul en 1930.

Il est ministre de la Guerre en 1932-1933 et de l’Éducation en 1933.

Il règne du 8 novembre 1933 au 17 juillet 1973 sur l’Afghanistan. Il succède à son père Mohammad Nadir Shah après l’assassinat de celui-ci par le jeune Abdul Khaliq. Il a alors 19 ans.

En 1934, il fait adhérer l’Afghanistan à la Société des Nations. En 1936, il signe des accords commerciaux avec l’URSS et conclut, en 1937, des pactes avec la Turquie, l’Iran et l’Irak.

En août 1940, le roi convoque une Loya Jirga, assemblée traditionnelle réunissant les chefs religieux, tribaux et militaires, pour proclamer la neutralité de son pays pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais l’idéologie du temps était la supériorité des Pachtounes sur les autres ethnies. La « pachtounisation » forcée des mœurs provoque une rébellion armée des Hazaras à la fin des années 1950.

En 1946, l’Afghanistan est admis aux Nations unies.

En 1947, contestant le tracé de la ligne Durand de 1893, il vote contre l’admission du Pakistan à l’ONU. La partition du Pakistan et de l’Inde encourage Zaher Chah à remettre sur le tapis l’idée du Pachtounistan, dans l’espoir de récupérer les actuelles zones tribales pakistanaises, prises à l’Afghanistan par les Britanniques sous le règne d’Abdur Rahman Khan. Il déclare nuls et non avenus tous les accords précédents concernant la ligne Durand (la frontière imposée par les Britanniques entre l’Inde et l’Afghanistan). La tension avec le Pakistan et le blocus en 1950 des importations afghanes par ce pays amène Zaher Chah à se tourner vers l’Union soviétique.

En 1953, le prince Mohammad Daoud Khan, cousin et beau-frère de Zaher Shah, devient Premier ministre. Alors que les Américains essaient d’obtenir un accord de défense avec l’Afghanistan tout en privilégiant leurs relations avec le Pakistan, les Soviétiques développent leur pénétration économique, construisant des barrages, des usines et des stations électriques, sans pour autant négliger leur soutien militaire.

En 1959, il encourage la scolarisation et l’émancipation des femmes et en particulier leur donne le droit de ne pas porter de voile.

En 1964, il fait élaborer une nouvelle Constitution qui transforme la monarchie constitutionnelle de 1931 en monarchie parlementaire. Cette Constitution, inspirée de la Constitution de la Ve République française, est adoptée par une Loya Jirga réunie le 9 septembre 1964 à Kaboul.

Le 17 juillet 1973, il est déposé par son cousin l’ancien Premier ministre, Mohammad Daoud Khan, pendant qu’il est en voyage en Europe. Il abdique pour éviter le bain de sang le 24 août 1973 et Daoud proclame la République.

Entre la démission de son beau-frère Daoud en 1963 et le coup d’État de ce dernier en 1973 eut lieu la « période constitutionnelle ». La liberté de parole devient une réalité et des partis d’opposition sont créés, en particulier des partis communistes et des partis islamistes.

Zaher Shah se réfugie en Italie et vit en exil à Rome, jusqu’à la chute du régime des talibans en 2001, chute à laquelle il a puissamment contribué en menant une action fédératrice de tous les opposants.

Après les accords de Bonn de décembre 2001, qui ont organisé la transition politique du pays après la chute du régime des talibans, il retourne en Afghanistan en 2002. Il préside la Loya Jirga (assemblée) de juin 2002 qui désigne Hamid Karzai comme président d’un gouvernement de transition. Ayant déclaré ne pas souhaiter retrouver son trône, Mohammad Zaher Shah se voit décerner le titre officiel de Père de la nation le 15 juin 2002. Il retourne vivre définitivement à Kaboul le 4 août 2002.

En dépit de son âge, il continue de donner de nombreuses audiences tant à des notables afghans qu’à toutes les personnalités internationales de passage à Kaboul et exerce une influence discrète sur la vie politique.

Il meurt le 23 juillet 2007 à Kaboul.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, la copie des images et des textes n'est pas autorisée !