Les tapisseries d’Aubusson (Creuse).

La tapisserie d’Aubusson compte six siècles d’histoire : depuis les « verdures » du XVe siècle, puis la Manufacture Royale de 1665, un début de XXe siècle florissant, la crise de l’entre-deux guerres et sa renaissance grâce à la venue de Jean Lurçat, en 1939. L’UNESCO a inscrit en 2009 « La tapisserie d’Aubusson » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, après que ce savoir-faire a été inscrit à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

Tradition pluriséculaire, elle consiste à faire le tissage par des procédés lancés par des artisans issus d’Aubusson et de quelques localités de la Creuse en France. Elle produit des tentures particulièrement de grandes tailles qui sont destinées à embellir des murs, des tapis et des pièces de mobilier.


Tapisseries d’Aubusson, carte maximum, 29/09/2007.

Les origines de la tapisserie sont incertaines. Certains auteurs disent qu’elle doit son origine à des Sarrasins qui se seraient installés sur les rives de la Creuse après leur défaite à Poitiers en 732. Ainsi que l’écrit l’abbé Lecler : « Attribuer l’origine d’Aubusson à une troupe de Sarrasins qui, échappés aux coups de Charles Martel en 732, se réfugièrent en ce lieu, c’est faire du roman, et non de l’histoire. Il est bon de remarquer que c’est l’expression tapis sarrasinois, donné à un genre de tapis fabriqué à Aubusson, qui a donné lieu à cette légende. » Selon d’autres auteurs tel Adrien Proust ou Adolphe Blanqui « Il est prouvé que des ouvriers de cette nation s’y établirent, par les réglemens du Châtelet pour la communauté des maîtres tapissiers, lesquels réglemens reconnaissent les Sarrasins pour les plus anciens de ce corps ».

Une autre origine possible est peut-être liée à Louis Ier de Bourbon, alors comte de la Marche. Il avait confirmé les privilèges d’Aubusson en 1331. En 1310, Louis de Bourbon avait épousé Marie de Hainaut († 1354). Autant d’éléments qui peuvent laisser supposer que le comte de la Marche, voire sa femme, auraient incité des tapissiers flamands à venir sur les bords de Creuse dont on se plaisait déjà à vanter la qualité des eaux acides pour dégraisser la laine et alimenter les teintures.

Que ce soit à l’initiative de Louis de Bourbon, ou, peut-être, de marchands désireux de profiter d’une opportunité locale, l’économie drapière se reconvertit. Les paysans possédaient traditionnellement des troupeaux de moutons dont la laine était valorisée localement. Elle allait désormais permettre la fabrication de tapisserie. L’influence flamande fut d’emblée évidente dans les ateliers : même technique de la basse lisse, même sainte patronne (sainte Barbe).

Au demeurant, les premières tapisseries connues d’Aubusson ont été tissées par les frères Augeraing (1501).

Elles possèdent un aspect énigmatique. L’une des plus belles illustrations est la suite des tapisseries d’Anglards-de-Salers. Les verdures, sous différentes formes, caractérisent la tapisserie marchoise. Les lissiers les tissèrent au xvie siècle mais aussi les siècles suivants. Encore aujourd’hui, elles représentent une part non négligeable de l’activité des ateliers même si elles sont moins en vogue depuis une trentaine d’années. La verdure, pour beaucoup, incarne la tapisserie d’Aubusson.

Les lissiers ont, au XVIe siècle notamment, beaucoup tissé de scènes de chasse : chasse à la licorne, au loup, au lion, au sanglier, au cerf… Les ateliers réalisaient inlassablement des tentures de cette veine. Elles ne sont pas sans rappeler les verdures mais elles représentent dans des tons sobres des personnages, souvent des cavaliers, aidés par des chiens, aux prises avec divers animaux.

Les ateliers marchois trouvaient l’inspiration également dans la religion (la vie des saints, l’Ancien Testament) et la mythologie ou encore dans les sujets historiques.

Au début les lissiers s’intéressaient aux tapisseries à verdures. Et par la suite ils commencent à produire des scènes de chasse, par exemple : la chasse à la licorne, au loup, au lion, au sanglier, au cerf. ils commencent à s’intéresser aussi aux scènes religieuses.

Au fil du temps, en s’inspirant de Felletin (petite ville de la haute vallée de la Creuse qui accueillait les premiers ateliers de la région) Aubusson devint la capitale mondiale de la tapisserie. Les lissiers utilisaient la laine de mouton comme support pour la tapisserie.

Grâce à leur dextérité, ils ont réussi à implanter une considérable collection dans un centre à Aubusson mais dont les éléments sont éparpillés partout dans le monde. On peut citer par exemple les plus grandes tapisseries du monde qui embellissent la cathédrale de Coventry, l’opéra de Sydney et des aéroports en Arabie, ont toutes été tissées à Aubusson ou Felletin. Le siège de l’Unesco à Paris, le paquebot France, le Kremlin, et de nombreux autres lieux aussi prestigieux s’ajoutent à la longue liste.

Au cours du XXe siècle la tapisserie a connu un printemps artistique sous l’influence de Jean Lurçat ( 1892-1966), avant d’entrer dans une période de crise vers les années 1980.

La Dame à la Licorne reste la tapisserie la plus célèbre d’Aubusson. Elle a été découverte dans l’un des plus grands et beaux édifices de la Creuse : le château de Boussac. Elle est actuellement exposée à Paris au musée de Cluny.

Elle a connu une histoire assez agitée. Construit au xiie siècle, puis dévasté lors de la guerre des Cent Ans, réédifié ensuite embelli, le château de Boussac a rechuté lors de la Révolution.

Il devint par la suite sous-préfecture, gendarmerie, annexe du champ de foire où séjournaient les cochons. Racheté par de nouveaux propriétaires, le château a été renouvelé avec une saveur exceptionnelle en 1965. Il est raconté même que Georges Sand y a résidé à plusieurs reprises et même une partie de son œuvre champêtre Jeanne a été écrite là-bas. L’actuel propriétaire, Bernadette Blondeau raconte même que c’est elle qui a découvert la célèbre tapisserie de la Dame à la Licorne.

Maintenant une nouvelle génération s’active à faire renaître la flamme de la tapisserie d’Aubusson.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.