Les Îles Pescadores (Penghu, Taïwan).

Penghu ou îles Pescadores (chinois traditionnel : 澎湖群島 ; chinois simplifié : 澎湖群岛 ; pinyin : Pénghú Qúndǎo ; est un archipel de 90 îles et îlots situés au large de la côte ouest de Taïwan, dans le détroit de Taïwan, à 45 km de la côte sud-ouest de Taïwan et à 140 km du continent.

Couvrant une superficie de 141 km2, pour une population totale de 100 000 habitants, elles correspondent administrativement au comté de Penghu, dont la capitale est la ville de Makung (馬公市). C’est le deuxième plus petit comté après celui de Lienchiang.

L’archipel est un lieu touristique important classé en tant que National Scenic Area.


Les découvertes de poteries marquées par un cordon rouge indiquent que les îles Pescadores ont été visitées par des populations du sud-ouest de Taiwan il y a environ 4500 ans, bien qu’elles ne s´y soient pas  définitivement installées.

Les Han du sud du Fujian commencèrent à établir des communautés de pêcheurs sur les îles aux IXe etXxe siècles, et des représentants furent stationnés par intermittence par la dynastie des Song du Sud et des Yuan aux environs de 1170.

Wang Dayuan donna un compte rendu détaillé des îles dans son Daoyi Zhilüe (1349).

Au XVe siècle, les Ming ordonnèrent l’évacuation des îles dans le cadre de leur interdiction maritime. Lorsque ces restrictions furent levées à la fin du XVIe siècle, les communautés légales de pêcheurs furent rétablies sur les îles. Ces pêcheurs vouèrent un culte au Temple Mazu qui donna à Makung son nom et eux-mêmes donnèrent lieu au nom portugais de Pescadores. Les Ming établirent une présence militaire en 1603.

A cette époque, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales essayait de forcer la Chine à ouvrir un port dans la province du Fujian pour le commerce néerlandais et pour expulser les Portugais de Macao. Lorsque les Néerlandais furent défaits par les Portugais à la bataille de Macao en 1622, ils se saisirent des Pescadores, construisant un fort et menacèrent les Chinois de raids sur les ports et les navires commerciaux, à moins qu’ils n’entament des négociations avec eux au sujet des Pescadores et que la Chine ne commerce pas avec Manille. En réponse, le gouverneur chinois de Fujian exigea que les Néerlandais se retirent des Pescadores pour aller à Taïwan, où les Chinois leur permettraient de s’engager dans des activités commerciales. Les Néerlandais continuèrent à piller la côte du Fujian entre octobre 1622 et janvier 1624 pour forcer leurs revendications, mais ils échouèrent. En 1624, le nouveau gouverneur du Fujian envoya une flotte de 40 à 50 navires de guerre de 5 000 hommes aux Pescadores et expulsèrent les Néerlandais, qui déménagèrent à Fort Zeelandia (aujourd’hui dans Tainan), sur l’île de Taïwan.

Au milieu du XVIIe siècle, Taiwan et l’archipel furent gouvernés par le royaume de Koxinga (Royaume de Tungning), qui fut renversé par les Qing en 1683 après la bataille des Pescadores.

Les Français s’emparèrent de l’archipel en mars 1885 au cours des dernières semaines de la guerre sino-française, mais ils les évacuèrent quatre mois plus tard, à la suite de l’« Affaire du Tonkin ». La campagne des Pescadores était la dernière campagne de l’amiral Amédée Courbet, dont les victoires navales, remportées durant cette guerre, en firent un héros national en France. Courbet était parmi plusieurs soldats et marins français qui succombèrent au choléra pendant l’occupation française des Pescadores. Il mourra à bord de son navire amiral Bayard dans le port de Makung le 11 juin 1885.

Vers la fin de la première guerre sino-japonaise, le Japon, après avoir vaincu les Qing dans le nord de la Chine, chercha à obtenir les Pescadores et Taiwan dans l’accord final. En mars 1895, les Japonais battirent la garnison chinoise sur les îles et occupèrent Makung. L’occupation japonaise des Pescadores, grâce au port de Makung, donna à la marine impériale japonaise une base avancée à partir de laquelle ses navires à charbon à courte portée pouvaient contrôler le détroit de Taiwan et empêcher ainsi l’envoi de plus de troupes chinoises à Taiwan. Cette action persuada les négociateurs chinois à Shimonoseki que le Japon était déterminé à annexer Taïwan et, après que les Pescadores, Taiwan et la péninsule de Liaodong furent cédés au Japon dans la ratification du traité de Shimonoseki en avril, à contribuer au succès de l’invasion de Taiwan en mai.

Le comté de Penghu est alors nommé préfecture de Hōko par le  gouvernement colonial japonais de Taïwan. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Makō (Makung) fut une base majeure pour la marine impériale japonaise et le point d’embarquement pour l’invasion des Philippines en 1941-1942.

Au cours de la déclaration du Caire en 1943, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine déclarèrent que « tous les territoires que le Japon a volés aux Chinois, tels que Formose et les Pescadores, seront restitués à la République de Chine ». Le 26 juillet 1945, les trois gouvernements publièrent la déclaration de Potsdam, déclarant que « les conditions de la Déclaration du Caire doivent se réaliser ». Toutefois, les États-Unis et le Royaume-Uni considérèrent les documents susmentionnés comme de simples déclarations d’intention en temps de guerre sans force contraignante. À la suite de la capitulation du Japon le 2 septembre 1945, le Commandant suprême des puissances alliées, Douglas MacArthur, promulgua l’arrêté général n°1 ordonnant aux forces japonaises de se rendre aux puissances alliées et de faciliter l’occupation des territoires japonais par ces dernières. Au cours du traité de San Francisco, signé en 1951 et entré en vigueur en 1952, le Japon renonça à la souveraineté sur Taiwan et sur les Pescadores, mais laissa sa décision finale en suspens. L’archipel est administré par la République de Chine depuis 1945.

Les boat-people Vietnamiens furent emmenés aux Pescadores par les navires taïwanais dans les années 1980.

Le 25 mai 2002, un Boeing 747-200 du vol 611 de la China Airlines, au départ de Taipei à Hong Kong, se désintégra et explosa sur les îles. L’épave tomba dans le détroit de Taiwan, à quelques kilomètres de la côte. Tous les 225 passagers ainsi que l’équipage à bord furent tués.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.