Le pic vert.

Le Pic vert (Picus viridis), connu aussi sous le nom de Pivert, est une espèce d’oiseaux appartenant à l’ordre des Piciformes de la famille des Picidae.


Qu’il soit mâle ou femelle, le pic vert a la face supérieure verte, le croupion jaune, la face inférieure gris-vert et le dessus de la tête rouge. La femelle se distingue par sa moustache noire, tandis que celle du mâle est rouge, entourée de noir. Les jeunes sont plus clairs et tachetés.

Cet oiseau mesure environ 30 cm de longueur et 40 à 45 cm d’envergure, pour une masse d’environ 200 g.

Cet oiseau se nourrit principalement d’insectes et de larves, capturés sur le sol. Il recherche particulièrement les fourmilières dans les prés, car les fourmis représentent plus de 90 % de son alimentation. Dans le sud de l’Europe, il s’attaque également aux ruches en hiver. Il complète son alimentation avec des graines et des baies.

Le pic vert picasse et pleupleute (peupleute ou pleupeute). Les deux sexes ont un cri d’appel très sonore, semblable à un rire « Kiakiakiakia-kiakiakiak » crescendo puis décrescendo. Ce « rire » a également un rôle de manifestation territoriale. Lorsqu’il se déplace en vol, ou lorsqu’il est surpris et dérangé, il pousse un « kuk-ku-kuk… kuk-kuk… ku… » bien typique. Bien qu’il lui arrive aussi

parfois de tambouriner, en frappant son bec contre une branche sèche un grand nombre de fois successives, le pic vert n’utilise que très rarement son tambourinage (très faible) comme moyen de communication. En revanche, il martèle le bois de temps à autre si nécessaire pour connaître l’état de résonance du bois mort, et ainsi y trouver de la nourriture.

Ce pic creuse son nid dans le tronc d’un arbre feuillu (parfois même dans un poteau), durant au moins deux semaines. Le nid est profond de 20 à 50 cm, et l’orifice d’entrée mesure environ cinq à sept cm de diamètre. La ponte (une seule par an) comprend de cinq à huit œufs, blancs, couvés par les deux parents pendant une quinzaine de jours. Les jeunes restent environ trois semaines au nid, puis, après leur envol, vivent avec leurs parents pendant trois autres semaines.

Le pic vert reçoit quotidiennement 12 000 coups sur la tête lorsqu’il percute les arbres pour chercher de la nourriture, communiquer ou creuser son nid. L’oiseau doit donc posséder une physionomie optimisée pour résister à ces chocs répétitifs et violents. En effet, le pic vert percute les troncs d’arbres à une vitesse de six à sept m/s (environ 25 km/h), la force de décélération atteignant 1 000 g (9 807 m/s). Les séries de percussion représentent de 10 à 20 coups de 50 ms.

Face à cela, l’oiseau possède une physionomie unique lui faisant office de protection de la boîte crânienne : gros bec pointu, os hyoïde qui part de la base de la mandibule vers l’arrière, puis se divise en deux branches, passant de chaque côté de l’occiput, s’étendant au-dessus du crâne pour revenir s’unir sous le front ; un espace sous-dural

étroit ; peu de liquide  cérébrospinal ; un cerveau petit et souple orienté de sorte qu’il présente une surface large contre le crâne. Une étude par microscanner montre une structure spongieuse du crâne uniquement au niveau du front et de l’occiput. La longueur de l’os hyoïde, par l’encerclement du crâne qu’il réalise, retarde le passage de l’onde de choc.

Ce pic peuple une grande partie de l’Europe, y compris la Grande-Bretagne et le sud de la Scandinavie. Son aire de distribution va, à l’Est, jusqu’en Iran et au Turkménistan. Il est commun en France, mais absent dans les îles, notamment en Corse. Dans les Pyrénées et la péninsule Ibérique, le pic-vert est remplacé par le Pic de Sharpe (Picus sharpei), une espèce étroitement apparentée.

Sédentaire, il vit dans les forêts, les bosquets, les parcs, les vergers et jusqu’à 1 700 mètres d’altitude en montagne.

Comme tous les pics, le pic vert a sans doute beaucoup souffert de la raréfaction des bois morts et arbres sénescents en forêt. Avec le pic mar, il semble cependant moins sensible à l’offre « forestière » de bois mort et gros bois-mort. Il est menacé également par l’Homme à cause de la déforestation car les arbres sont son milieu de vie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.