Le palais du Luxembourg, Paris

Le palais du Luxembourg, situé dans le 6e arrondissement de Paris dans le nord du jardin du Luxembourg, est le siège du Sénat français, qui fut installé en 1799 dans le palais construit au début du XVIIe siècle, à la suite de la régence de la reine Marie de Médicis. Il appartient au domaine de cette assemblée qui comprend également, à proximité du palais, l’hôtel du Petit Luxembourg, résidence du président du Sénat, le musée du Luxembourg, et l’ensemble du jardin.

Le palais et le jardin ont gardé le nom de l’ancien hôtel particulier sur lequel ils ont été construits : l’hôtel de Luxembourg (à ne pas confondre avec l’hôtel actuel dans le Marais). Il appartenait à François de Piney-Luxembourg, qui l’avait fait construire et y avait habité quelque temps avant de le vendre à Marie de Médicis1. À la suite de cela on l’a aussi nommé « Palais Médicis » mais cette appellation n’est pas restée.

Le nom n’a qu’un lointain rapport avec le duché de Luxembourg, ancêtre de l’actuel pays. Les Piney-Luxembourg ne le possédaient pas, ils n’étaient issus que de façon indirecte, à travers plusieurs branches cadettes, de la maison de Luxembourg, une lignée allemande très prestigieuse du XIVe siècle qui avait ce duché en apanage. Mais à l’époque de l’achat, cette lignée s’était éteinte depuis longtemps et le duché était détenu par l’Espagne.

Le palais du Luxembourg a été construit sur le terrain d’un hôtel particulier du XVIe siècle et qui appartenait à François de Piney, duc de Luxembourg.

La régente Marie de Médicis, veuve d’Henri IV, achète l’hôtel et le domaine dits « de Luxembourg » en 1612 et commande en 1615 la construction d’un palais à l’architecte Salomon de Brosse. Après avoir fait raser maisons et une partie du Petit Luxembourg, elle pose elle-même la première pierre le 2 avril 1615. Le marché de construction est retiré à Salomon de Brosse en 1624 et rétrocédé au maître maçon Marin de la Vallée le 26 juin 1624. Elle s’y installe en 1625 au premier étage de l’aile ouest, avant la fin des travaux. La partie ouest du palais Médicis était réservée à la reine mère et celle de gauche à son fils, le roi Louis XIII.

Une série de toiles avait été commandée à Rubens pour chacun de ces appartements qui devaient former deux cycles, le cycle de la vie de Marie de Médicis, destinée à la galerie de son appartement, et un cycle de la vie d’Henri IV qui n’a pas été terminé (destiné à la galerie du roi). La série consacrée à la reine-mère est aujourd’hui conservée au Louvre.

Le chantier n’est pas achevé en 1631 lorsque Marie de Médicis doit le quitter, exilée sur ordre de son fils à la suite de la « journée des Dupes ». Marie de Médicis, à sa mort en 1642, lègue le domaine à son enfant préféré, son second fils Gaston duc d’Orléans, frère puîné du roi Louis XIII. Il passe par succession à sa veuve, Marguerite de Lorraine, puis à sa fille aînée la duchesse de Montpensier qui le vend à sa sœur cadette, la duchesse de Guise (1660). Celle-ci en fait don au roi, son cousin en 1694.

Epreuve de luxe du timbre émis à la Réunion.

En 1715, le Luxembourg revient au régent Philippe d’Orléans, qui l’abandonne à sa fille aînée Marie Louise Élisabeth d’Orléans (duchesse de Berry), puis à sa cadette Louise Élisabeth d’Orléans (1709-1742), reine douairière d’Espagne.

Le 14 octobre 1750, la Galerie royale de peinture du Palais du Luxembourg est ouverte à l’initiative de Charles François Paul Le Normant de Tournehem, directeur des Bâtiments du Roi, à l’emplacement même de la galerie de Marie de Médicis, dans l’aile Est du palais du Luxembourg. Exposant une sélection des Tableaux du Roi à proximité du cycle de Rubens, il s’agit du premier musée d’art ouvert au public en France, qui préfigura la création du musée du Louvre en 1793. L’actuel musée du Luxembourg a hérité de cette tradition muséale.

Par un édit du mois de décembre 1778, le roi Louis XVI accorde le domaine et le château à son frère Louis-Stanislas-Xavier, comte de Provence et futur Louis XVIII, à titre d’augmentation d’apanage. Après sa fuite en 1791, le palais du Luxembourg est déclaré « propriété nationale ».

Le couronnement de Marie de Médicis à l’abbatiale de Saint-Denis, œuvre de Pierre-Paul Rubens.
Le « Luxembourg » devient une prison en juin 1793 pendant la Terreur avant d’être affecté au Directoire par décision du 18 septembre 1795. Les cinq directeurs s’y installent le 3 novembre 1795.

Carte maximum, Palais du Luxembourg 8/12/1948.

Bonaparte, Premier consul, s’installe au palais du Luxembourg le 15 novembre 1799. Le Sénat conservateur, assemblée créée par la Constitution de l’an VIII, s’y installe le 28 décembre 1799. En 1814 il est attribué à la Chambre des pairs. Par la suite, il garde sa vocation parlementaire, excepté durant quelques courtes périodes. En 1828, des essais d’éclairage urbain à gaz hydrogène carburé sont effectués dans l’enceinte du palais.

L’hôtel initial, désormais appelé Petit Luxembourg, est devenu depuis 1825 la résidence officielle du président du Sénat. Le bâtiment de droite, appelé aussi hôtel de la présidence, abrite son bureau et ceux de ses collaborateurs, ses salons et sa salle à manger privés. Le bâtiment de gauche, appelés salons de Boffrand, abrite des salles de restaurant et des salons pour les grandes réceptions organisées par le Président ou par le Sénat dont l’accueil des personnalités étrangères.

Sous la Monarchie de Juillet, le nombre de sénateurs croît sensiblement. Pour permettre à la salle des séances de les accueillir tous, une campagne de travaux est lancée ; il est décidé d’avancer la façade sur jardin. Décidés en 1836, les travaux sont confiés à l’architecte Alphonse de Gisors et commencés en 1837.

Le palais du Luxembourg est affecté par la suite à toutes les chambres hautes successives : Sénat du Second Empire et Sénat de la Troisième République à partir de 1879. Entre 1871 et 1879, le Parlement siège à Versailles, pendant ce temps, c’est le préfet de la Seine qui siège au Palais du Luxembourg. En 1940, le Palais est occupé par l’État-Major de la Luftwaffe-ouest, avant de devenir, en 1944 le siège de l’Assemblée consultative provisoire. Il est affecté au Conseil de la République de 1946 et au Sénat de la Ve République depuis 1958. Le Sénat de la Communauté y a également siégé entre 1958 et 1960.

Entre 2007 et 2014, le Sénat met en vente cinquante appartements de fonctions situés autour du palais du Luxembourg (rue Bonaparte, rue Garancière ou encore boulevard Saint-Michel).

Entre 2017 et 2020, le palais du Luxembourg est en travaux. Les immeubles des 26 et 36 rue de Vaugirard, qui abritent les bureaux des sénateurs sont vidés pour permettre une mise aux normes haute qualité environnementale. Des bâtiments provisoires de 4 000 m2 sont élevés dans la cour d’honneur du palais en attendant. Un restaurant libre-service est créé, la salle Clemenceau et l’ancienne chapelle de la Chambre des pairs sont restaurées, cette dernière devant devenir une salle multimédia. Les travaux visent également à faciliter l’accès des handicapés et l’évacuation du public en cas de sinistre.

Source : Wikipédia

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.