Le Macchu Picchu (Pérou).

Machu Picchu (du quechua machu : vieille, et pikchu : montagne, sommet) est une ancienne cité inca du xve siècle au Pérou, perchée sur un promontoire rocheux qui unit les monts Machu Picchu et Huayna Picchu (« le Jeune Pic » en quechua) sur le versant oriental des Andes centrales. Son nom aurait été Pikchu ou Picho.

Selon des documents du xvie siècle, trouvés par l’archéologue américain Hiram Bingham, professeur assistant d’histoire de l’Amérique latine à l’université Yale, Machu Picchu aurait dû être une des résidences de l’empereur Pachacútec. Cependant, quelques-unes des plus grandes constructions et le caractère cérémonial de la principale voie d’accès au llaqta démontreraient que le lieu fut utilisé comme un sanctuaire religieux2. Les deux usages ne s’excluent pas forcément. En revanche, les experts ont écarté l’idée d’un ouvrage militaire.

Abandonnée lors de l’effondrement de l’empire inca et avant la fin de sa construction, Machu Picchu, la ville sacrée oubliée durant des siècles, est considérée comme une œuvre maîtresse de l’architecture inca. Elle fut dévoilée par Bingham dans un ouvrage de référence à ce sujet. Ses caractéristiques architecturales et le voile de mystère que la littérature a tissé sur le site en ont fait une des destinations touristiques les plus prisées de la planète. Depuis 1983, le site est sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Enfin le site fait partie de tout un ensemble culturel et naturel connu sous le nom de « Sanctuaire historique de Machu Picchu ».


La région du Machu Picchu, située aux marges des Andes et de la forêt amazonienne, fut peuplée par les montagnards des régions de Vilcabamba et de Cusco, toujours à la recherche de nouvelles terres cultivables. Les archéologues indiquent que l’agriculture se pratiquait déjà dans la région au VIIIe siècle av. J.-C. Dans les années 900, il y a une explosion démographique de groupes liés à l’ethnie « Tampu » de l’Urubamba. Il est possible que ces peuples aient fait partie de la fédération « Ayarmaca », rivale des premiers Incas de Cusco. Cependant, l’emplacement actuel de la ville ne présente aucune trace de constructions avant le XVe siècle.

La ville a dû être construite sous le règne de l’empereur PachacútecN 5 peut-être en 1440. Le site de Machu Picchu dut plaire au monarque par ses particularités et par son emplacement à l’intérieur de l’aire géographique sacrée de Cuzco.

Machu Picchu dut avoir une population variable comme la majorité des llactas incas : entre 300 et 1 000 habitants appartenant probablement à une élite religieuse et/ou politique. Le travail agricole était effectué par des travailleurs mitmaqkuna amenés des différentes provinces de l’Empire.

Les vallées avoisinantes formaient une région densément peuplée et qui avait augmenté de façon spectaculaire sa production agricole à partir de la période inca en 1440. Les Incas construisirent là de nombreux centres administratifs, les plus importants étant Patallacta et Quente, et des complexes agricoles avec des cultures en terrasses. Machu Picchu dépendait de ces complexes pour son alimentation mais leur production était insuffisante, nécessitant des importations depuis d’autres provinces. La communication entre les régions était rendue possible grâce au réseau formé par les huit chemins incas qui allaient à Machu Picchu (voir Chemin de l’Inca). La petite cité se différenciait des populations voisines par la singulière qualité de ses grands édifices.

À la mort de Pachacútec, et selon les coutumes royales incas, Machu Picchu passa à sa panaca (cour, clan, clientèle élargie), qui devait destiner les rentes produites au culte de la momie du défunt roi. Cette situation se serait poursuivie sous les règnes de Tupac Yupanqui (1470-1493) et Huayna Capac (1493-1529).

La ville ne peut justifier le mythe de la « cité perdue » (développé par le livre d’Hiram Bingham, La Fabuleuse Découverte de la cité perdue des Incas) ou du « refuge secret des empereurs incas » car Machu Picchu dut perdre de son importance en raison du désintérêt des empereurs successifs et aussi de l’ouverture d’un chemin plus sûr et plus large entre Ollantaytambo et Vilcabamba (vallée de Amaybamba).

La guerre civile inca (1531-1532) et l’arrivée des Espagnols à Cuzco en 1534 vidèrent les activités de Machu Picchu de sens, une fois disparue l’aire géographique sacrée de Cuzco. En outre, la résistance inca dirigée par Manco Inca en 1536 appela les nobles des régions proches à rejoindre la cour en exil de Vilcabamba, et il est fort probable que les principaux nobles de Picchu aient alors abandonné la ville. Des documents contemporains mentionnent une dépopulation de ces régions. Les paysans de la région étaient essentiellement des mitmas, issus des différents peuples conquis par les Incas et déplacés de force sur ces terres. À la chute du système économique inca, ils retournèrent sur leurs terres natales.

Picchu et sa région deviennent tributaires de l’encomienda espagnole d’Ollantaytambo : le premier chef en fut le conquistador Francisco Pizarro. Ceci ne signifie pas que les Espagnols montèrent jusqu’à Machu Picchu, ni qu’ils connaissaient son importance passée, mais ils savaient le lieu probablement déjà en partie déserté. Un document indique que l’Inca Titu Cusi Yupanqui, qui régnait à Vilcabamba, demanda à des frères augustins d’évangéliser « Piocho » vers 1570. Il n’y a pas de lieu qui se nomme ainsi, mais « Picchu » est le seul nom qui s’en rapproche. Ce qui fait dire à Lumbreras que les fameux « extirpeurs de l’idolâtrie » ont peut-être à voir avec la destruction et l’incendie du Temple du Soleil.

Le soldat espagnol Baltasar de Ocampo décrivit à la fin du XVIe siècle, dans les dernières années de la résistance inca, une cité « au sommet d’une montagne », avec des constructions « extrêmement somptueuses » et une grande acllahuasi. La brève description qu’il en fait rappelle Picchu. D’ailleurs, Ocama affirme que le lieu s’appelle « Pitcos ». Le seul lieu dont le nom se rapproche est « Vitcos », un site inca à Vilcabamba, complètement différent de celui décrit par Ocampo. Ocampo indique que dans ce lieu a grandi Tupac Amaru, successeur de Titu Cusi et dernier Inca de Vilcabamba.

Après la chute du royaume de Vilcabamba en 1572 et la consolidation du pouvoir espagnol dans les Andes centrales, Machu Picchu demeura dans la juridiction de différentes haciendas coloniales qui changèrent plusieurs fois de mains jusqu’à la création de la république (1821). Elle devint un lieu à part, éloigné des nouvelles routes et axes économiques du Pérou. La région fut pratiquement ignorée par le régime colonial qui ne fit édifier ni église ni cité importante dans la zone.

La population andine ne semble pas avoir eu la même attitude ; le secteur agricole de Machu Picchu ne paraît pas avoir été abandonné. Par contre, les constructions de la zone urbaine n’ont pas été occupées et furent envahies rapidement par la végétation, sans pour autant être complètement oubliées comme on l’a souvent écrit.

En 1865, le naturaliste italien Antonio Raimondi passa au pied des ruines sans les voir et mentionna la population clairsemée de la région. En 1870, l’Américain Harry Singer indiqua pour la première fois sur une carte le Cerro Machu Picchu et le Huayna Picchu, pour lequel il précisa que c’était le Huaca de l’Inca, preuve d’une certaine connaissance de l’histoire inca par les autochtones. Sur la carte de 1874, de l’Allemand Herman Gohring, les deux sites sont mentionnés avec exactitude. Le voyageur français Charles Wiener affirmait en 1880 qu’il y avait « des ruines à Machu Picchu », mais sans pouvoir se rendre sur le lieu1. C’est la preuve que l’existence des ruines n’avait pas été oubliée.

Des recherches, publiées en 2008 par l’historien Paolo Greer, suggèrent que c’est le prospecteur de mines allemand August R. Berns qui aurait redécouvert le site vers 1860. Il aurait même commencé le pillage des artefacts avec l’aval des autorités péruviennes de l’époque. Ces affirmations, publiées en juin 2008, sont à prendre avec précaution. Il avait en effet reçu l’autorisation de « prospecter des Huacas del Inca », le terme huaca pouvant aussi bien décrire le lieu sacré de Machu Picchu qu’une mine.

Les premières références directes actuellement connues pour ce site, indiquent qu’Augustin Lizarraga, originaire de Cuzco, arriva dans la ville le 14 juillet 1902 guidant Gabino Sanchez, Enrique Palma et Justo Ochoa. Les visiteurs laissèrent un graffiti avec leurs noms sur les murs du Templo de las Tres Ventanas ; Hiram Bingham trouva le graffiti en 1911 comme il l’affirme dans son livre de 1922. Certains affirment que Lizarraga aurait déjà visité Machu Picchu en 1894.

Hiram Bingham, un historien américain de l’université Yale qui effectuait des recherches sur la ville perdue de Vilcabamba, le dernier refuge de l’Inca, entend parler de Lizarraga. Accompagné par ses guides, le sergent de la garde civile Carrasco et le paysan Melchor Arteaga, il se rend à Machu Picchu le 24 juillet 1911. Ils rencontrèrent deux familles de paysans vivant là : les Recharte et les Alvarez qui utilisaient encore les constructions pour se ravitailler en eau. C’est un des fils Recharte qui conduisit Bingham jusqu’à la zone urbaine en friche. Bingham est très impressionné par ce qu’il voit et sollicite l’université Yale, la National Geographic Society et le gouvernement péruvien pour pouvoir commencer rapidement l’étude scientifique du site. Il participe aux premières fouilles sur le site avec l’ingénieur Ellwood Erdis, l’ostéologue George Eaton, la participation de Toribio Recharte et Anacleto Alvarez et un groupe de travailleurs anonymes de la région. Son livre, Lost City of the Incas, rend ce lieu célèbre dans le monde. En 1913, la National Geographic Society consacre entièrement le numéro d’avril de son magazine au Machu Picchu.

Au sens strict, Bingham n’a pas découvert Machu Picchu, mais il a le mérite d’être le premier à reconnaître l’importance des ruines, de les étudier avec une équipe multidisciplinaire et de divulguer les résultats. Les critères archéologiques n’ont pas toujours été pertinents et la sortie du Pérou des objets découverts a beaucoup contribué à la polémique : la législation péruvienne ayant été purement et simplement détournée pour permettre l’exportation « temporaire » de 35 000 fragments de poteries et autres pièces archéologiques vers l’université Yale afin de les étudier ; il était prévu qu’elles retourneraient au Pérou après que les études seraient publiées ainsi que les photos prises. Or, le Pérou a dû attendre jusqu’en 2010 pour que l’université Yale, sous la menace de poursuites judiciaires, accepte de les restituer.

Entre 1924 et 1928, Martín Chambi et Juan Manuel Figueroa prirent une série de photographies à Machu Picchu qui furent publiées dans différents magazines du Pérou, augmentant ainsi l’intérêt local pour les ruines et les transformant en symbole national. Depuis l’ouverture en 1948 d’une route qui permet d’aller de la gare aux ruines, Machu Picchu est devenue le principal lieu touristique du Pérou. Durant les deux premiers tiers du xxe siècle, l’intérêt pour l’exploitation du site fut plus grand que celui pour la conservation ou l’étude des ruines ; ceci n’a tout de même pas empêché quelques recherches importantes sur le site. Rappelons les travaux de Paul Fejos (financé par le Viking Fund d’Axel Wenner-Gren) sur les sites incas aux alentours de Machu Picchu, ceux de Luis E. Valcarcel (es) qui lia le site à Pachacutec. C’est à partir de 1970 que de nouvelles générations d’archéologues (Chavez Ballon, Lorenzo, Ramos Condori, Zapata, Sanchez, Valencia, Gibaja), d’historiens (Glave et Remy, Rowe, Angles), d’astronomes (Deaborn, White, Thomson) et d’anthropologues (Reinhard, Urton) fouillèrent les ruines et leur passé.

L’établissement d’une zone de protection écologiqueN 8 autour des ruines en 1981, l’inscription de Machu Picchu sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983 et l’adoption d’un plan majeur pour le développement soutenu de la région en 2005 ont été les points forts d’une action visant à conserver Machu Picchu et ses alentours. Mais les mauvaises restaurations, les incendies de forêt (comme celui de 1997) et les conflits politiques ont entaché cet effort de l’État pour gérer au mieux les ruines.

En 2004, quelque 400 000 touristes visitèrent le Machu Picchu, et  l’UNESCO a depuis exprimé ses craintes que leur nombre trop important ne dégrade le site. Selon les autorités péruviennes, l’éloignement et la difficulté d’accès au site imposent d’eux-mêmes des limites naturelles à l’expansion du tourisme. Régulièrement, des propositions sont faites pour installer un téléphérique pour rejoindre le site, mais elles ont toutes été rejetées jusqu’à présent.

Le 12 juillet 2006, le Congrès du Pérou vota la loi 28778 concernant le retour des objets archéologiques formant l’essentiel de la collection Machu Picchu du musée Peabody (abrité par l’université Yale) ; ceux qui avaient été autorisés à sortir du pays par le décret suprême 1529 du 31 octobre 1912 et le décret suprême 31 du 27 janvier 1916.

Le 7 juillet 2007, le site du Machu Picchu était désigné comme étant l’« une des sept nouvelles merveilles du monde », d’après un concours controversé ayant mobilisé 100 millions de personnes sur Internet.

En septembre 2007, l’université Yale a promis de rendre les 4 000 pièces archéologiques trouvées par Hiram Bingham. Le 6 octobre 2011, l’université nationale de San Antonio Abad del Cusco a inauguré à Cuzco, en collaboration avec l’université Yale, un centre international pour l’étude de Machu Picchu37, l’International Center for the Study of Machu Picchu and Inca Culture, destiné notamment à la conservation des pièces archéologiques qui seront rendues par l’université Yale avant le 31 décembre 2012.

En 2017, 1,5 million de visiteurs se sont rendus sur le site, soit près du double de la limite recommandée par l’Unesco, ce qui pèse lourdement sur les ruines et l’écologie locale. Un projet d’aéroport international à Chinchero (plus proche que celui de Cuzco), décidé par le gouvernement en 2019 suscite de vives protestations d’archéologues, d’historiens et d’habitants.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.