Le lac d’Annecy (Haute-Savoie).

Le lac d’Annecy est un lac de France situé dans les Alpes, en Haute-Savoie et en région Auvergne-Rhône-Alpes. Par sa superficie, il est le deuxième lac d’origine glaciaire de France après celui du Bourget, très proche, et exception faite de la partie française du lac Léman.

Le lac se forme à la fin de la Glaciation de Würm, c’est-à-dire durant une période située entre 17000 av. J.-C. et 15000 av. J.-C., correspondant à la fonte progressive des grands glaciers alpins. Il est alimenté par sept ruisseaux et torrents, nés dans les montagnes environnantes et une puissante source sous-lacustre. Le bassin est encadré au nord par l’agglomérations d’Annecy, à l’est par le massif des Bornes, à l’ouest par le massif des Bauges et au sud la dépression de Faverges qui prolonge le Bout-du-Lac.

Le lac déverse son trop-plein d’eau dans le Thiou qui alimente le Fier au nord-ouest de la commune d’Annecy, celui-ci se jetant ensuite directement dans le Rhône. Le lac est un site touristique très attractif, connu pour ses nombreuses activités nautiques, le parapente, et ses qualités environnementales permettant l’observation d’une nature préservée. Le lac d’Annecy appartient au domaine public fluvial de l’État françaisSila 1 et la seule île qu’il comprend, l’île des Cygnes, est artificielle et se trouve en face d’Annecy. Il existe une piste cyclable dénommée « la Voie Verte du lac d’Annecy », située en rive ouest du lac en site propre sur une distance de 33 km et gérée par le SILAS.

Lac d’Annecy, carte maximum, 17/09/2005.

Le lac d’Annecy possède plusieurs exemples d’anciennes cités lacustres, villages préhistoriques du Néolithique et de l’âge du bronze final, implantés tout autour du lac (à Annecy-le-Vieux, Annecy, Sevrier, Saint-Jorioz, Talloires, etc.). Parmi les sites, les plus importants tels que celui situé au large du Pâquier (Annecy), regroupant plusieurs dizaines de pilotis sur une superficie d’environ 1 200 m2, un deuxième situé près de l’île aux Cygnes (Annecy), au large du Pâquier, à environ 200 mètres du rivage, regroupe plusieurs dizaines de pilotis dispersés à faible profondeur (1,80 mètre) sur environ 1 200 m2. Il existe également d’autres sites identiques, notamment près du Petit-Port au large d’Albigny (Annecy-le-Vieux) qui regroupe une série de pieux entre 1,8 et 2,8 mètres de profondeur sur environ 2 000 m2 (site protégé au titre des Monuments historiques, celui situé au large de Saint-Jorioz, regroupe 760 pilotis sur 1 200 m2 ;
Deux autres sites sont sur la commune de Sevrier dont celui qui est 800 mdénommé le « Crêt de Châtillon » et qui regroupe des pieux et un four de potier y a été découvert et celui du secteur des Mongets, à 180 m du débouché du ruisseau de la Planche qui regroupe des 673 pilotis sur environ 600 m2 ;


Le 27 juin 2011, le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a classé les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes datant de 5000 à 500 av. J.-C. Le dossier était porté par les six pays alpins (Suisse, France, Allemagne, Slovénie, Italie et Autriche). Le lac d’Annecy était concerné par ce classement et trois de ses sites ont été retenus (les marais de Saint-Jorioz, le Crêt de Châtillon et le secteur des Mongets).


Le niveau du lac était plus bas à l’époque et les pilotis que l’on a retrouvés, notamment non loin de l’île aux Cygnes, étaient des pieux enfoncés dans le sol servant d’armature verticale aux cabanes. Cette hypothèse a été confirmée par une datation très précise à 3783 av. J.-C. attestant d’une occupation des marais de Saint-Jorioz avec un niveau inférieur de trois mètres et par la découverte à Sevrier d’un four de potier désormais exposé au Musée-Château d’Annecy. Ces cinq sites majeurs, il en existe d’autres, font partie du projet défendu par la Suisse, d’obtenir le classement de quelque mille sites palafittiques recensés autour des Alpes et répartis sur six pays (Allemagne, Autriche, France, Italie, Slovénie et Suisse).
Ces vestiges montrent que des populations occupaient déjà le bord du lac depuis le début du néolithique. Une salle entière du Musée-Château d’Annecy est consacrée. à ces populations. Dès -5600 des chasseurs-cueilleurs sont présents, puis entre -4300 et -900 av. J.-C., ils ont été rejoints par des cultivateurs, des pêcheurs, des artisans bronziers et des potiers. En -1800 (âge du bronze), le lac a encore un niveau inférieur de 2,50 m à celui d’aujourd’hui[Quand ?] ; c’est l’époque où commence une occupation intensive de ses berges. En -1200, à la suite d’une longue période de sécheresse, le niveau du lac est inférieur de 4 mètres à celui actuel, ce qui fait apparaître l’île de Chatillon (170 m de long sur 70 m de large, aujourd’hui sous l’eau. Les pêcheurs qui l’occupaient nous ont laissé une pirogue taillée dans un tronc de chêne datant de -900 av. J.-C. Cinquante ans plus tard en -850, c’est le début de l’âge du fer, une période où le climat devient plus froid et plus humide partout en Europe et lors de laquelle les villages lacustres sont abandonnés. Le niveau du lac d’Annecy se retrouve à un mètre au-dessus du niveau actuel[Quand ?], il s’étend alors sur une grande partie de la plaine des fins jusqu’aux premiers coteaux.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.