Le cirque.

Un cirque est une troupe d’artistes, traditionnellement itinérante, qui comporte le plus souvent des acrobates, propose des numéros de dressage et de domptage d’animaux et donne des spectacles de clowns et des tours de magie. Plus généralement au XXIe siècle, le cirque est un spectacle vivant populaire organisé autour d’une scène circulaire. Le terme cirque vient du latin circus, en référence à une enceinte circulaire.

Ses caractéristiques ont eu beaucoup d’évolutions dans le temps. Aujourd’hui, le cirque existe sans sa scène circulaire, en salle ou dans des lieux particuliers, aux côtés de pièces de théâtre, de danse, etc. La dénomination cirque s’est « réduite » à la seule pratique d’une discipline de cirque (acrobatique, aérienne, équilibres, manipulation/jonglage, etc.). Avec l’apparition des écoles de cirque en France et à l’étranger à la fin du XXe siècle, les artistes de cirque se sont émancipés de la famille traditionnelle et très peu d’entre eux sont des enfants de la balle. La dénomination est d’ailleurs un sujet de discorde depuis les années 1970 entre les puristes du cirque traditionnel et les ceux qui utilisent le même mot pour exercer un art, finalement, très différent.


La conception occidentale du cirque s’inspire d’une façon ou d’une autre des jeux antiques romains ainsi que des bateleurs et troubadours du Moyen Âge. Le terme cirque vient du mot latin circus, « cercle » relative à l’enceinte circulaire où se pratiquait les activités du cirque antique.

Le cirque, carte maximum, Strasbourg, 2002.

La première représentation d’un cirque moderne à Londres date du 7 avril 1768 et est l’œuvre de Philip Astley. Vétéran de retour d’Amérique, il décide de représenter des spectacles équestres avec des démonstrations d’acrobatie dans la Philip Astley’s riding school, école équestre dans laquelle est construite la première piste circulaire pour pouvoir tenir les chevaux depuis le centre, au bout de la chambrière (fouets à long manche utilisé par les dresseurs de chevaux) dont la longueur a déterminé la

dimension internationale du diamètre de la piste, 13,50 m. Le mariage du monde équestre militaire et du monde forain autour du cercle est établi lorsqu’Astley égaye son spectacle par des bateleurs, pantomimes et autres voltigeurs, ajoutant des sièges et un toit conique à son anneau en 1773. Cette nouvelle forme de spectacle, fondée essentiellement sur des exercices équestres, est ensuite introduite en France en 1774 par Astley qui y ouvre le premier établissement circassien stable et fixe, l’Amphithéâtre Anglais, établissement repris en 1807 par Antonio Franconi et ses descendants. C’est seulement au XIXe siècle lors des vagues de colonisation que sont introduits en France et en Allemagne les premiers animaux sauvages, le domptage étant créé selon la tradition en 1819 par l’écuyer Henri Martin qui soumet un tigre de la ménagerie Van Aken en Bavière et imagine une méthode alliant la violence et la douceur. Déjà à l’époque Monsieur Loyal, maître du manège et présentateur du spectacle de cirque, véritable fil rouge et repère entre les numéros, était déjà présent.

Le régime libéral de la Troisième République en France favorisa la démocratisation des loisirs. Si le théâtre restait le type de spectacle le plus légitime, le cirque fit alors l’objet d’un fort engouement car il touchait deux types de publics : les aristocrates qui se reconnaissaient dans les écuyers incarnant l’aristocratie du cirque et l’art équestre, élément central dans l’identité collective de la noblesse depuis le Moyen Âge, et le peuple attiré par le spectacle des troupes ambulantes qui sillonnaient la France. Sous l’impulsion de Théodore Rancy, les cirques « en dur » se multiplièrent alors dans les grandes villes françaises.

La famille Franconi fonda successivement, à Paris, trois théâtres de cirque portant le nom de « Cirque Olympique » :

  • 1er établissement situé rue Saint-Honoré (1807-1816) ;
  • 2e établissement situé rue du Faubourg-du-Temple (1817-1826), l’ancien amphithéâtre d’Astley ;
  • 3e établissement situé boulevard du Temple (1827-1862).

Dans leur premier, les Franconi présentaient, à l’époque napoléonienne, des animaux sauvages dans leur spectacle de cirque à l’ancienne constitué de numéros équestres et acrobatiques. Le cirque existe depuis toujours, mais des gladiateurs de jadis il ne reste plus que le souvenir, car acrobates, jongleurs, mimes et clowns les ont remplacés. Dans le troisième, la création en 1831 de la pantomime à grand spectacle « Les Lions de Mysore » marqua l’avènement du domptage au cirque. Le dompteur Henri Martin fut engagé, avec ses fauves, par les frères Franconi qui montèrent pour lui cette pantomime dans laquelle les félins du dompteur marseillais étaient présentés derrière un treillage placé sur le devant de la scène.

En 1856, Théodore Rancy fonda son premier cirque (chapiteau ambulant) à Rouen, puis construisit les suivants en dur : à Genève (1875), Lyon (1882), Le Havre (1887), Boulogne-sur-Mer (1888), Amiens (1889), Rouen (1893), etc.

À la fin du XIXe siècle, Paris connut plusieurs cirques sédentaires en activité :

le cirque des Champs-Élysées (1841-1898), connu sous les noms de cirque de l’Impératrice ou de Cirque d’Été ;

  • le cirque Napoléon (1852), l’actuel Cirque d’Hiver acquis par les Bouglione seniors en 1934 ;
  • le cirque Fernando (1875-1972) qui devient le cirque Medrano en 1897, « le Théâtre des clowns » ;
  • le Nouveau Cirque (1886-1926), cirque-piscine construit rue Saint-Honoré (doté d’une piste transformable en piscine pour les pantomimes nautiques) ;
  • le cirque Molier, fondé en 1880 par Ernest Molier (1850-1933)9, près du bois de Boulogne, rue Benouville à Passy. Lors des deux représentations annuelles, artistes et aristocrates se mélangent sur la piste, pour des numéros où les chevaux ont la part belle ;
  • l’Hippodrome au pont de l’Alma, inauguré en 1877, mêlant lions, éléphants et courses de chars, qui ferme en 1892, et auquel succède en 1894 l’Hippodrome du Champ-de-Mars, puis, en 1900, l’Hippodrome de Montmartre.

Le dernier cirque stable à ouvrir ses portes dans la capitale française fut le cirque Métropole (1906-1930) connu sous l’enseigne de cirque de Paris, lequel mit souvent des dompteurs en vedette.

Fondé en 1854 par une famille anglaise, les Pinder, le Cirque Britania traverse la Manche dès 1868 et prend le nom de cirque-hippodrome des frères Pinder. Les convois étaient tirés par des chevaux.

La fusion cirque-ménagerie fut popularisée par le cirque anglais de Lord George Sanger entre 1856 et 1870, à l’époque où sa collection d’animaux exotiques a été la plus importante parmi les ménageries ambulantes de Grande-Bretagne.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Barnum et ses successeurs, aux États-Unis, donnèrent un nouvel essor au cirque.

En 1871, Phineas Taylor Barnum, avec ses associés William Cameron Coup et Dan Castello, exploita le premier Cirque Barnum englobé dans un ensemble voyageant par le train et réunissant musée de curiosités, ménagerie, convoi et chapiteau.

Allié avec James Anthony Bailey, en 1881, il créa le premier chapiteau à 3 pistes qui prit le nom de « Barnum & Bailey Circus » en 1887. Le cirque géant effectuera une grande tournée dans toute l’Europe de 1897 à 1902.
Les frères Ringling (en), en 1907, rachetèrent le cirque Barnum & Bailey pour l’associer au leur, le Ringling Bros. Circus, fondé en 1884, et former, en 1919, le plus grand chapiteau du monde : le Ringling bros. and Barnum & Bailey circus, The Greatest Show on Earth.

Le Cirque Carl Hagenbeck, fondé à Hambourg en 1887 sous le nom de « Cirque international et Caravane cingalaise », a voyagé dans le monde entier, avec une ménagerie importante, en complétant ses représentations par des exhibitions zoologiques et ethnologiques, et a existé jusqu’en 1953.

Le Wild West Show de Buffalo Bill, créé en 1884, effectua une tournée en Europe en 1889 et en 1905. Le spectacle de l’Ouest américain marqua longtemps les esprits notamment en France où Sampion Bouglione père récupéra un stock d’affiches du véritable héros du Far West, acquit en 1926 un grand chapiteau d’occasion et lui donna le nom de « Stade du Capitaine Buffalo Bill ».

Le Cirque Sarrasani, créé en 1902 à Dresde en Saxe, impressionna l’Allemagne et l’Amérique du Sud par le prestige de son directeur le « Maharadjah » Hans von Stosch-Sarrasani, Chevalier de l’Ordre Impérial Persan du Lion et du Soleil, par l’organisation de ses installations (caravanes, écuries, ménageries, tentes et chapiteaux) et par le faste de ses spectacles qui se déroulaient, à partir de 1918, sous l’un des plus beaux chapiteaux de structure ronde et sur une piste de 17,5 mètres de diamètre.

En 1919, les frères (Friedrich, Rudolf, Karl et Eugen) Knie transformèrent l’arène familiale à ciel ouvert en un cirque sous chapiteau sous l’enseigne « Cirque Variété National Suisse Frères Knie ».

Le cirque s’est transformé en spectacle exotique grâce à la présence d’animaux sauvages et en fait sa notoriété (ou sa publicité) par leur exposition lors d’une parade ou dans une ménagerie :

en 1932, le cirque américain Ringling bros. and Barnum & Bailey circus possédait une ménagerie riche de 1 000 animaux sauvages ;
en 1934, le cirque allemand Krone, « le plus grand cirque d’Europe » créé en 1905 par Carl Krone, comptait dans sa ménagerie plus de 800 animaux.
Entre les deux guerres mondiales, les cirques français annexèrent à leur établissement une ménagerie, jusque-là spectacle forain. L’inverse se produisit également, les ménageries foraines ajoutant un spectacle de cirque à leur établissement. C’est aussi à cette époque que les cirques français motorisèrent leurs convois routiers. Ainsi s’imposèrent en France : le Zoo-Circus des frères Court (1921-1932), premier grand cirque voyageur français, le Cirque des 4 frères Amar (1924), celui des 4 frères Bouglione (1933), Pinder (1928-1972, direction Spiessert).

Le cirque-ménagerie se caractérise par la présence de dompteurs ou de dresseurs d’animaux au sein des fratries ou des familles de circassiens.

France, arts du crique carnet de 12 timbres.

Alfred (frère de Jules) Court forma en 1923 au Zoo-Circus son premier groupe mixte de fauves intitulé « La Paix dans la Jungle ».
Les frères Amar furent tous dompteurs : Ahmed, l’aîné des Amar, présenta des tigres et des éléphants, Ali des ours blancs, Chérif des lions et Mustapha, après un accident avec un tigre, assura la direction du cirque.
Les Bouglione seniors se spécialisèrent : Sampion comme dresseur de chevaux, Joseph comme dresseur d’éléphants, Firmin comme dompteur de fauves et Alexandre comme administrateur du cirque.
Roger Spessardy (frère de Charles Spiessert) fut dompteur de fauves chez Pinder et dirigea la ménagerie.
À la veille de la Seconde Guerre mondiale, il circulait cinquante-quatre cirques, toutes catégories confondues, par les routes de France.

Après la Seconde Guerre mondiale, les cirques français s’associèrent à la radio et à la télévision, tels le Radio Circus puis Grand Cirque de France (période 1949-1965) des Grüss-Jeannet et Pinder ORTF (1961-1969) avec le label de La Piste aux étoiles. Pour corser leurs programmes, ils mêlèrent le spectacle de cirque avec des éléments étrangers à la piste : des présentateurs vedettes, des prestations d’artistes de music-hall, des exhibitions de champions sportifs et des jeux radiophoniques.

Autour des années 1970, les cirques français les plus importants furent Amar (1973-1982, direction Firmin Bouglione junior), Bouglione (les Bouglione juniors : Sampion, Emilien et Joseph), Pinder (1972-1983, direction Jean Richard), Rancy (1962-1978, création Sabine Rancy), Jean Richard (1968-1983), Zavatta (1978-1991, création Achille Zavatta) ainsi que le cirque à l’ancienne de la famille Grüss (1974, direction Alexis Grüss junior).

Le cirque italien American circus entama, avec son chapiteau à trois pistes, une tournée en France, à la fin de l’année 1979, qui fut suivie d’autres jusqu’en 1986. En 1981, le Cirque Bouglione prend le nom d’American Parade, puis d’American Circus pour contrecarrer son concurrent.

Des faillites retentissantes (Amar12 en 1973, Jean Richard en 1978 et en 1983, Rancy en 1978 et en 1987, Achille Zavatta en 1991) et l’affaire American circus en 1979 marqueront la « fin » du cirque traditionnel en France et permettront son renouveau.

Quelques cirques sédentaires (cirques fixes ou cirques d’hiver) subsistèrent, mais les établissements voyageurs furent très nombreux.

Dans les années 1970, le mouvement du nouveau cirque fait son apparition en France. Il est porté par la démocratisation du cirque avec l’ouverture d’écoles de cirque agréées par la Fédération française des écoles de cirque. Le cirque s’ouvre et se remet en question. Ce genre de spectacle qui s’est davantage théâtralisé (comme Archaos, Cirque Baroque, Cirque Plume, Zingaro, la Compagnie Mauvais Esprits, le cirque de Phare Ponleu Selpak, La Famille Morallès, Cirque ici – Johann Le guillerm, etc.) a remis en question les conventions du cirque, dit désormais cirque traditionnel, qui demeure cependant bien vivant, assimilant certaines des innovations du nouveau cirque. Les spectacles d’Arlette Gruss, par exemple, adoptent des costumes et des musiques proches de celles des québécois du Cirque du Soleil tout en continuant à présenter des numéros des disciplines traditionnelles, en particulier des exercices de dressage. De plus avec la création des écoles, des rencontres régionales et nationales sont instaurées, ce qui donne au cirque des touches sportives et artistiques.

Cirque, entier postal, Russie.

La nouvelle génération d’artistes des années 1990 revendique désormais davantage que le nouveau cirque, et s’appelle plus volontiers cirque contemporain ou “cirque de création” (dans les années 2000). Les frontières deviennent de plus en plus floues, et les spectacles s’inspirent de plus en plus du mouvement de la performance ou encore de danse contemporaine tout en s’éloignant du côté spectaculaire ou sensationnel caractéristique du cirque traditionnel ou même du nouveau cirque.

En janvier 2017, le cirque Barnum annonce qu’il va fermer ses portes au mois de mai de la même année, après 146 ans d’activité. Cette décision, due à la baisse des recettes, elle-même liée au fait que ce cirque ne montre plus de spectacle utilisant des animaux sauvages, est saluée par les défenseurs des animaux.

Voir aussi cette vidéo : (en espagnol)

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.