Le Choucas des tours.

Le Choucas des tours (Coloeus monedula), aussi appelé corbeau choucas, choucas ou corneille des clochers, est une espèce d’oiseaux de la famille des corvidés.


Le nom du choucas des tours a probablement une origine onomatopéique. Il serait relié au provençal caucala (qui désigne la corneille) et chouca (qui désigne le cri de la corneille). De la même racine sont issus le néerlandais kaurw qui désigne le corbeau freux, et l’anglais chough qui a également une origine onomatopéique et désigne le crave à bec rouge. En français, les trois espèces, choucas des tours, crave à bec rouge, chocard à bec jaune, sont fréquemment confondues et couramment appelées indistinctement choucas ; elles partagent une même étymologie.

Il était appelé vulgairement Chochotte. À l’origine affectueux comme en témoigne « Allons-y Chochotte » d’Erik Satie, le qualificatif est devenu plus hostile de nos jours.

En slovène et en tchèque, le choucas est appelé kavka3, dont le dérivé a donné le patronyme Kafka.

De taille moyenne parmi les corvidés (33–39 cm), cet oiseau présente un plumage noir avec la nuque et les côtés de la tête gris aux reflets bleus. Ses yeux ont la particularité d’avoir un iris blanc, particulièrement visible.

Si le mâle et la femelle sont semblables d’aspect, les femelles sont en moyenne plus petites que les mâles (même si les amplitudes des dimensions se chevauchent). Ainsi elles font entre 193g et 250g, tandis que les mâles peuvent faire entre 224g et 257g.

Chez les juvéniles, le plumage est terne, teinté de brun et l’iris est bleu.

Les choucas des tours peuvent être confondus avec d’autres corvidés, notamment la Corneille noire ou le corbeau freux, mais ils restent reconnaissables par la couleur de leurs iris et leur plus petite taille. Leur cri facilite leur identification lorsque ceux-ci se trouvent en bandes mixtes ou en vol.

Choucas est utilisé à tort pour nommer le chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus), un autre corvidé de taille et de poids approximativement équivalents, vivant essentiellement en zone montagnarde. Les deux espèces se distinguent en particulier par la couleur du bec, noire chez le choucas et jaune chez le chocard, et celle des pattes, noire chez le choucas et rouge chez le chocard. Le choucas ne dépasse pas en général l’altitude de 1 000 mètres, mais on en a observé jusqu’à 2 000 mètres, alors que le chocard est un planeur des cimes hors pair.

Le choucas des tours est d’origine des steppes. Il vit dans une grande partie de l’Europe (à l’exception de l’extrême nord) et de l’Asie occidentale ainsi que dans le nord du Maghreb.

En France, les choucas sont sédentaires, mais ils peuvent être rejoints en hiver par des individus migrateurs du nord et de l’est de l’Europe.

Le choucas a une bonne capacité d’adaptation, ce qui lui permet d’occuper divers milieux (à l’exception de zones de haute montagne), qu’ils soient urbains, ruraux ou liés à l’activité humaine.

Cavernicole, il cherche toutefois un habitat offrant de nombreuses cavités pour les colonies.

Choucas des tours, carte maximum, Belgique, 2007.

Relativement peu farouche, on le retrouve en zone urbaine, même au voisinage de l’homme9 : des ruines élevées, des châteaux-forts, des tours en pierres, une anfractuosité de falaise rocheuse, un front de carrière abandonnée, un arbre creux dans un parc… En zone rurale, il peut nicher dans des espaces liés à l’activité humaine, comme de vieux bâtiments, des carrières, etc. Enfin, on le retrouve toujours dans ses habitats traditionnels comme les falaises, les grands arbres, etc.

En hiver et le matin en automne, quand la température de l’air est assez basse et humide, le choucas et le corbeau recherchent la chaleur dans les villes en venant se poser sur les toits des maisons et immeubles, et se perchent sur les conduits de ventilation débouchant sur les toits, pour profiter de l’air chaud qui en sort.

C’est une espèce grégaire que l’on peut rencontrer en bande avec les corbeaux freux, les corneilles noires ou les étourneaux. Les choucas forment des couples monogames et sont fidèles tout au long de leur vie. Les colonies peuvent ainsi être composées de quelques couples, jusqu’à une cinquantaine.

Le soir, les choucas peuvent se rassembler par centaines pour passer la nuit dans des arbres-dortoirs.

Certains auteurs comme Aristote leur attribuent un comportement cleptomane avec une attirance pour les objets brillants ; mais cela n’a jamais été démontré. Par ailleurs, cette attitude également attribuée à la pie bavarde, a récemment été invalidée par une étude polonaise.

Les mœurs du choucas ont été remarquablement étudiées et décrites par Konrad Lorenz, un des pères de l’éthologie. Récemment, il a été montré que ces oiseaux sont sensibles à la direction du regard d’un humain et aussi que certains individus ont mis au point des outils, comportements qui semblaient jusqu’alors limités aux grands singes11. Lorenz a également montré — dans le cadre de ses travaux sur l’empreinte — qu’un choucas élevé par un humain rejoindra s’il le peut une troupe de choucas dès qu’il sera en état de voler ; néanmoins, à sa maturité sexuelle, il adoptera un comportement de cour à l’égard d’êtres humains, et non de ses congénères.

D’autres travaux récents suggèrent qu’il existe une forte affinité entre les membres d’un couple, mais aussi au sein des familles et des colonies. Les choucas seraient ainsi prosociaux et capables de coopération.

La maturité sexuelle est atteinte par les individus autour de 2 ans.

Les couples se forment au début du printemps et resteront ensemble toute leur vie. Les partenaires chercheront ensuite une cavité pour y construire un nid assez sommaire fait de branchettes, d’herbes, de bouts de laine, de crins, de plumes, etc. À partir de fin avril à mi-mars, la femelle pond quatre à six œufs. Ceux-ci sont très pâles, bleu ou bleu-vert, moucheté de tâches sombres. Ils sont plus petits que ceux des corneilles ou les corbeaux. La femelle couve les œufs seule, pendant 14 à 20 jours, tandis que le mâle la nourrit. Les petits sont ensuite élevés par les deux parents et quittent le nid au bout de 30 à 45 jours.

Le choucas a une longévité pouvant atteindre 19 ans.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.