La Vallée de Jiuzhaigou (Chine).

La réserve naturelle de la vallée de Jiuzhaigou (sinogrammes simplifiés : 九寨沟 ; sinogrammes traditionnels : 九寨溝 ; hanyu pinyin : jiǔzhàigōu) est située dans le Xian de Jiuzhaigou placé sous la juridiction de la préfecture autonome tibétaine et qiang d’Aba dans la province chinoise du Sichuan. Elle doit son nom (ravin aux neuf villages) aux neuf villages tibétains qui y sont disséminés. Elle est particulièrement renommée pour la beauté de ses chutes d’eau et de ses lacs. Selon la tradition tibétaine, un dieu offrit un miroir à la déesse qu’il aimait. La déesse laissa tomber le miroir, qui se brisa en 118 morceaux, formant autant de lacs. Pour les Chinois, la vallée de Jiuzhaigou constitue un lieu magique, à nul autre pareil.

Dans cette région du plateau tibétain, le calcaire d’un ancien plancher océanique constitue l’élément géologique principal. Sa dissolution donne aux eaux leur nuance émeraude ou turquoise, au gré de la lumière du jour, ou renforce le miroitement d’un ciel azuréen. Des avalanches ont  interrompu le cours des rivières pour former les lacs.

Jiuzhaigou (littéralement « Vallée des neuf villages ») prend son nom des neuf villages tibétains situés en son long.

Cette région reculée est habitée par les peuples tibétains et Qiang depuis des siècles. Avant 1975, cette zone inaccessible était peu connue. La région était le lieu d’une exploitation forestière étendue jusqu’en 1979, quand le gouvernement Chinois interdit une telle activité et fit de la zone un parc national en 1982. Le site fut ouvert au tourisme dès 1984, l’aménagement des installations et des règlements étant achevé en 1987.

C’est un parc naturel fermé, à l’américaine, sorte de Yellowstone chinois qui a servi de décor à des films de kung-fu, comme Tigre et Dragon, en 2000.

La vallée a été incluse dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992, et est devenue réserve de biosphère en 1997. La réserve protège 720 km² de ce que les Nations unies considèrent comme « la forêt tempérée possédant la plus grande diversité biologique au monde ».

Les Tibétains peuplant la vallée se distinguent de ceux des secteurs voisins quant à leurs traditions, leurs costumes et leur langage. On dit qu’ils sont les descendants d’une tribu habitant au pied du Mont Animaqing qui aurait suivi Songtsen Gampo dans sa campagne contre la Chine dans la province de Songzhou aux alentours de l’an 635, et ils se seraient alors installés dans la vallée.

Sept des neuf villages tibétains sont encore habités aujourd’hui. Les principales agglomérations qui sont facilement accessibles aux touristes sont Heye, Shuzheng et Zechawa, le long des sentiers principaux qui accueillent les touristes, où l’on vend divers produits artisanaux, des  souvenirs et des collations. Il y a également Rexi, dans la petite vallée de Zaru, et derrière le village de Heye se trouvent les villages de Jianpan, Panya et Yana. Ceux de Guodu et Hejiao ne sont plus habités. Les villages de Panxing, Penbu et Yhongzhu, eux, se trouvent le long de la route qui traverse la ville de Jiuzhaigou/Zhangza à l’extérieur de la vallée.

En 2003, la population permanente de la vallée était de 1 000 habitants répartis en 112 familles. En raison de la nature protégée du parc,  l’agriculture n’est plus permise dans la vallée et ses habitants doivent désormais compter sur des subventions gouvernementales et locales du tourisme pour gagner leur vie.

Jiuzhaigou se trouve à l’extrémité sud des Monts Min, à 330 km au nord la capitale provinciale de Chengdu. Il fait partie du Xian de Jiuzhaigou, dans la Préfecture autonome tibétaine et qiang d’Aba du nord-ouest de la province du Sichuan, près de la frontière de Gansu. La vallée couvre 720 km2 en plus d’une zone tampon couvrant 600 km2 supplémentaires. Son élévation, variable suivant les zones, s’étend de 1 998 m à 2 140 m (à l’embouchure de la vallée) jusqu’à 4 764 m (au Mont Ganzigonggai, au sommet du Ravin de Zechawa).

Le climat est subtropical à la mousson et tempéré avec une température annuelle moyenne de 7,8 °C, une température de −3,7 °C en janvier et de 16,8 °C en juillet. Les précipitations annuelles sont de 761 mm mais elles sont d’au moins 1 000 mm dans les forêts nuageuses. 80 % des  précipitations tombent entre mai et octobre.

L’écosystème de Jiuzhaigou est classé comme un écosystème de forêts de feuillus tempérés et de terres boisées avec un système mixte de montagnes et de hautes-terres. Près de 330 km2 de la zone centrale sont recouverts de forêts mixtes vierges. Ces forêts prennent d’attractives teintes jaunes, orangés et rouges à l’automne, ce qui fait de cette saison l’une des plus populaires pour les visiteurs. Elles abritent un certain nombre d’espèces végétales d’intérêt, comme les variétés endémiques de rhododendrons et de bambous. Jiuzhaigou compte 2576 espèces de plantes supérieures, 400 de plantes inférieures ainsi que 92 espèces de plantes qui sont soit endémiques, rares ou médicalement utiles.

La vallée abrite environ 140 espèces d’oiseaux dont le Falco naumanni, le Certhia familiaris khamensis ou encore le Lophophorus lhuysii.

Des millions de visiteurs, dont 90 % sont chinois, découvrent les eaux fraîches et limpides de la vallée. Certains jours, la réserve de Jiuzhaigou est à la limite de sa capacité d’accueil : 280 autobus effectuent la navette pour transporter leurs quelque 10 000 visiteurs quotidiens. Près de 80 hôtels s’agglutinent au débouché de la vallée en « Y », qui forme une langue de 30 km, dans la chaîne des Min. L’ensemble de la vallée a été aménagé en site touristique à accès contrôlé où les véhicules privés, notamment, ne sont pas admis. Les visiteurs peuvent utiliser une navette d’autobus pour aller d’un lieu à l’autre, et emprunter des chemins piétonniers aménagés dans le respect des sites. Ces navettes fonctionnent au gaz naturel afin de limiter leur impact sur l’environnement.

Depuis son ouverture, l’activité touristique du site croît chaque année : 5 000 visiteurs en 1984, 170 000 en 1991, 160 000 en 1995, 200 000 en 1997, dont 3 000 étrangers. En 2002, 1 190 000 visiteurs ont été enregistrés. À partir de 2004, la moyenne est de 7 000 visiteurs par jour, 12 000 lors de la haute saison. Le Bourg de Zhangzha à la sortie de la vallée et proche du comté de Songpan dispose d’un nombre sans cesse croissant d’hôtels, y compris de luxe cinq étoiles. Les développements liés au tourisme de masse dans la région ont suscité des préoccupations quant à leurs impact sur l’environnement autour du parc.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.