La haute couture.

La haute couture est le secteur professionnel dans lequel exercent les créateurs de vêtements de luxe. Aujourd’hui, elle s’organise autour de « maisons de haute couture », des enseignes pour certaines assez anciennes, auxquelles de nombreux grands couturiers ont collaboré au fil des années. Elle joue un rôle d’avant-garde et ses œuvres préfigurent la mode.

En France, d’où elle est originaire, la « haute couture » est une appellation juridiquement protégée  émanant d’un décret de 1945. Les maisons de haute couture doivent répondre à un certain nombre de critères : travail réalisé à la main dans les ateliers de la maison, deux ateliers, nombre d’employés, l’unicité de pièces sur-mesure, deux défilés dans le calendrier de la haute couture chaque année1, nombre de passages par défilé (au moins vingt-cinq), utilisation d’une certaine surface de tissu. De plus, Didier Grumbach précise que « chaque couturier postulant pour devenir membre doit être parrainé ».

Sous Napoléon III, Paris se transforme en « la ville lumière », et son prestige attire les talents de l’Europe entière. Un jeune couturier d’origine anglaise, Charles Frederick Worth (1826–1895), s’installe dans la capitale française. Après un premier apprentissage auprès de la maison Gagelin, il

ouvre sa propre maison de couture rue de la Paix, à proximité de la renommée place Vendôme. Innovant et original, il introduit de nouvelles pratiques commerciales : c’est la naissance du défilé de mode sur mannequin vivant (alors appelé sosie) et du concept de « collection », également mis en œuvre dans les grands magasins naissant comme Au Bon Marché d’Aristide Boucicaut (surnommé « Au Bonheur des Dames »). La légende, ses nombreuses inventions, et l’auto-promotion agressive de Charles Frederick Worth lui fait par la suite s’octroyer le titre de « père de la haute couture », bien qu’il ne fût ni le premier, ni le seul, à œuvrer dans l’univers de la haute couture parisienne. Worth crée en 1868 une Chambre syndicale de la confection et de la couture pour dames et fillettes, destinée à protéger ses membres contre les copies, où la distinction entre couture et confection n’est pas clairement établie4. En 1911, l’organisation prend le nom de Chambre syndicale de la couture parisienne. Mais dès les années 1880, le terme de « haute couture » est établi.

En 1914, les sœurs Callot, Paul Poiret, Jacques Worth, Jeanne Paquin, Louise Chéruit, Paul Rodier et le soyeux Bianchini-Férier forment le Syndicat de défense de la grande couture française, dont Paul Poiret prend la présidence, suivi par Georges Dœuillet, avec pour objectif de défendre leurs modèles contre les copies non autorisées. Dans une « profession de foi » adressée au New York Times en 1915, Poiret fustige en particulier les méthodes des « acheteurs américains ».

Les générations suivantes de la haute couture française incluent Jean Patou, Madeleine Vionnet, Lanvin, Gabrielle Chanel, Schiaparelli, Balenciaga ou Dior.

Au milieu des années 1960, un groupe de jeunes stylistes apparus dans le sillage de Christian Dior créèrent leurs propres maisons parisiennes. Les plus célèbres sont Yves Saint Laurent, Pierre Cardin, André Courrèges et Emanuel Ungaro. Plus tard au XXe siècle apparaissent notamment Christian Lacroix, Jean-Paul Gaultier ou Thierry Mugler : dans les années 1980, après une longue période de déclin, la haute couture retrouve son dynamisme.

Aujourd’hui, la haute couture n’est plus l’activité essentielle, en termes économiques, pour la dizaine de grandes maisons parisiennes qui la pratiquent encore. D’abord parce qu’elle n’est pas rentable : les exigences de ce métier (travail long, réalisé à la main dans des ateliers français, etc) ont pour conséquence des prix inabordables au commun des mortels. Certaines robes se négocient plus de 100 000 euros.

Cette activité permet de faire subsister nombre de fournisseurs, dont l’entreprise est généralement artisanale et ancienne, à l’instar du brodeur Lesage ou du plumassier Lemarié. Élisabeth Ponsolle des Portes du Comité Colbert souligne par qu’ailleurs qu’« il me paraîtrait normal que la haute couture soit considérée pour ce qu’elle est : un patrimoine français détenu par des artisans d’excellence ».

Mais si elle n’est pas rentable, la haute couture sert de vitrine pour diffuser l’image de marque des maisons, ce qui leur permet de commercialiser du prêt-à-porter vers une clientèle plus large ainsi que, de plus en plus, des accessoires et des parfums, deux activités extrêmement rentables. Certaines maisons sont connues pour avoir poussé à l’extrême cette logique de la licence et du merchandising, comme Pierre Cardin, dont le prestige dégringola rapidement, le surnombre et la mauvaise qualité des produits portant sa griffe dévalorisant peu à peu le prestige de sa marque.

Enfin, depuis les années 1960, la scène de la mode s’est internationalisée, et les clientes ont pris l’habitude de prêter attention également aux créateurs de prêt-à-porter de New York ou de Milan, Paris conservant cependant son rôle de capitale de la mode.

Source : Wikipédia.

 

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.