La collégiale Saint-Pierre du Dorat (Haute Vienne).

La collégiale Saint-Pierre ou église Saint-Pierre-ès-Liens est une église située dans la ville du Dorat, en Haute-Vienne, à 12 km au nord de Bellac et 76 km au sud-est de Poitiers.

Imposante église romane (77 mètres de long et 39 mètres au transept), elle est bâtie en granite gris. Son plan est en croix latine. Sa construction a débuté au XIIe siècle. Elle fut fortifiée au XVe siècle, d’où son caractère massif. Elle a été classée monument historique en 1846.

  • En 866 – L’église, le monastère furent saccagés et brûlés par les Normands.
  • Vers 980 – Boson Ier, dit le Vieux, premier comte de la Marche, installe le chapitre du Dorat avec ses vingt chanoines dont Esther Foucault, doyen du Chapitre du Dorat en 987.

Collégiale du Dorat, carte maximum, 16/06/1977.
  • En 1013 – Un nouvel incendie est allumé par les habitants de Magnac-Laval, commandés par Étienne de Muret, baron de Magnac, lors d’une guerre entre Bernard, comte de la Marche et Hugues de Lusignan.
  • En 1063 – Consécration d’une nouvelle église.
  • En 1080 – Nouvel incendie
Collégiale du Dorat, essais de couleurs.
  • En 1107 – Conflit entre le chapitre du Dorat et la comtesse Almodis.
  • En 1112 – Les chanoines ouvrent un important chantier.
  • Le 27 janvier 1130, les corps de saint Israël et saint Théobald sont levés de terre et transportés en procession dans la collégiale. Ces reliques sont exposées sur les autels pour être vénérées par les fidèles. Enfin, elles sont descendues dans la crypte, où les attendent deux tombeaux en granit, travaillés avec soin et piété, par un tailleur de pierre nommé Legros. Le chœur et la crypte sont consacrés.

  • Jusqu’en 1170, vont se succéder des campagnes de travaux qui ajouteront la nef, la façade, le clocher du transept.
  • En janvier 1482, le roi Louis XI confirma sa protection royale, en ratifiant les privilèges de l’église par lettres patentes3.
  • En 1659, par une ordonnance de Monseigneur de La Fayette, évêque de Limoges, les ostensions dorachonnes furent autorisées dans le cadre des ostensions limousines septennales. Elles n’ont été suspendues qu’une seule fois en 1799.

L’édifice est classé au titre des monuments historiques en 1846.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.