La bataille de Préveza (1538), Turquie.

La bataille de Préveza, livrée le 27 septembre 1538 au large de Préveza, dans le golfe Ambracique, oppose au cours de la guerre vénéto-ottomane (1537 – 1540), la flotte ottomane, commandée par Khayr ad-Din Barberousse, et la flotte de la Sainte Ligue réunie autour du pape, commandée par l’amiral génois Andrea Doria. La flotte chrétienne est vaincue par la flotte ottomane.


La bataille navale eut lieu les 26 et 27 septembre 1538 entre les forces réunies dans la Sainte Ligue autour du pape Paul III. Cette force navale est composée de la Papauté, de l’Espagne de Charles Quint, de la république de Gênes, de la république de Venise et de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, pour affronter une force légèrement inférieure de Khayr ad-Din Barberousse mais pas encombrée de petites barques.

La taille de la flotte de la Sainte Ligue diffère selon les auteurs : 138 galères et 70 vaisseaux selon A. Galotta, 195 navires portant 59 000 soldats et 2 500 canons selon Claudia Merlo et Mario Brunetti ; 168 galères et 140 galions portant 55 000 soldats (80 galions espagnols et portugais, 10 galions et 70 galères vénitiennes, 36 galères papales, 10 galères maltaises, 1 galion et 52 galères génois, pour finir 49 galions venus d’autres Etats) selon I. Bostan. Le commandant en chef de la Ligue est Andrea Doria, l’amiral génois au service de l’empereur Charles Quint. La flotte papale est sous les ordres l’amiral Marco Grimani (patriarche d’Aquileia), celle d’Espagne sous Alessandro Contarini et la flotte vénitienne sous celle de Francesco Pasqualigo qui est arrivée en premier sur les lieux.

Les forces de Barberousse étaient ancrées dans le golfe d’Arta quand les forces d’Andrea Doria les découvrent le matin du 26, s’ensuit un premier affrontement non décisif entre les galères. Le matin du 27, Barberousse constate que Doria a levé le blocus de la baie de Préveza pendant la nuit et fait voile en direction du cap Ducato dans l’île de Sessola. Le temps de les rejoindre et Barberousse engage l’arrière de la flotte, c’est-à-dire les plus petits bâtiments. Doria, voyant cela, décide de leur porter secours puis finalement, les abandonnant à leur sort, donne l’ordre de faire voile sur Corfou.

En dépit des faibles pertes de la flotte d’Andrea Doria et de l’absence d’un engagement de taille entre les deux flottes, l’épisode constitue un succès pour Khayr ad-Din Barberousse. Le revers assure aux Ottomans la  suprématie en Méditerranée jusqu’à la bataille de Lépante en 1571.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.