Le mémorial des guerres en Indochine (Nécropole de Fréjus, Var).

Le mémorial des guerres en Indochine est situé sur le territoire de la commune de Fréjus, secteur Gallieni, dans le département du Var. Il est inauguré le 16 février 1993 par François Mitterrand, Président de la République française. Les corps reposant dans la nécropole nationale de Fréjus sont ceux de militaires « Morts pour la France » décédés soit entre 1940 et 1945, soit, majoritairement, entre 1946 et 1954.

Les accords franco-vietnamien du 2 août 1986 prévoyaient le rapatriement en France de 27 000 corps de militaires et de civils. La ville de Fréjus se proposa d’accueillir le mémorial des guerres en Indochine sur le site de l’ancien camp militaire Galliéni, où avaient notamment séjourné des tirailleurs indochinois pendant la Première Guerre mondiale (au sein du centre de transit des troupes indigènes coloniales), et où figurait déjà un premier monument commémoratif des guerres d’Indochine élevé en 1983. Le mémorial fut inauguré le 16 février 1993 par François Mitterrand, président de la République française.

Œuvre de l’architecte Bernard Desmoulin, le mémorial est implanté sur un terrain de 23 403 m2, s’inscrivant dans une promenade circulaire de 110 m de diamètre, construite en béton et reposant sur pilotis. Le cercle reprend le thème du périple et symbolise à la fois l’enceinte militaire héritière du cercle spirituel des tribus.

Un mur du souvenir a été érigé et un jardin du souvenir aménagé. Un espace cultuel, inauguré en 1996, permet l’organisation de cérémonies pour quatre religions : christianisme, islam, bouddhisme et judaïsme.

Sur un mur de 64 mètres de longueur qui traverse le bâtiment principal sont inscrits, sur 438 plaques, de part et d’autre d’une carte d’Indochine en bronze (ultime rappel de ces terres lointaines), 34 935 noms de soldats morts au cours des guerres d’Indochine dont les corps ne reposent pas à Fréjus (disparus, restés sur place ou rendus aux familles) en métropole.

Les noms inscrits sont classés par année de décès puis dans l’ordre alphabétique.

  • le niveau inférieur est consacré aux morts provenant du Sud-Vietnam;
  • le niveau supérieur est consacré aux morts provenant du Nord-Vietnam.

Des rangs d’alvéoles abritent les ossements des 17 188 militaires identifiés et rapatriés depuis le Vietnam entre les mois d’octobre 1986 et d’octobre 1987. S’y ajoutent 62 corps de militaires provenant de la nécropole de Luynes où ils avaient été inhumés antérieurement à 1975. Les corps reposant dans la nécropole de Fréjus sont ceux de militaires « Morts pour la France » décédés soit entre 1940 et 1945, soit, majoritairement, entre 1946 et 1954.

Par ailleurs, dans la crypte du mémorial, 3 152 victimes inconnues reposent dans un ossuaire.

À titre exceptionnel – les nécropoles nationales étant légalement réservés aux seuls militaires « Morts pour la France » en temps de guerre – 3 515 civils, dont 25 non identifiés, ont également été inhumés sur le site, dans un columbarium édifié sous la partie nord-ouest de la circulation périphérique.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wkipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.