John Kirakosyan, homme d’état, historien et politologue.

John Kirakosyan ; 6 mai 1929 – 20 juin 1985) était un ministre des Affaires étrangères arménien soviétique de 1975 jusqu’à sa mort. Il était également historien et politologue, docteur en sciences historiques et professeur à l’Université d’État d’Erevan , où il dirigeait la faculté des études orientales.


Kirakosyan est né à Erevan, la capitale de l’Arménie soviétique, en 1929. De 1955 à 1962, il était chef de la division de propagande du mensuel du Parti communiste d’Arménie , “Leninyan Ughiov”. De 1962 à 1966, il a été chef de la division de propagande du Comité central du parti et de 1966 à 1969, il a été président du comité d’État de la RSS d’Arménie sur la télévision et la radio. De 1969 à 1975, il a été chef de la division des sciences et de l’éducation du parti et a été ministre des Affaires étrangères de la RSS d’Arménie de 1975 jusqu’à sa mort en 1985.

Parmi ses travaux scientifiques, il y a de nombreux articles de recherche et plusieurs longs traités qui constituent une contribution majeure à la compréhension des aspects clés de l’histoire arménienne.

En 1954, Kirakosyan a soutenu avec succès sa thèse à l’Institut d’études orientales de l’ Académie des sciences de l’ URSS , consacrée au sujet de l’intervention britannique en Iran en 1919-1921. En 1957, son ouvrage intitulé «Une page héroïque de la lutte de libération nationale du peuple indien» est paru sous forme imprimée, dans lequel il se concentre sur l’un des événements les plus importants de la lutte de libération nationale de l’Inde – la mutinerie de Sepoy , que la communauté arménienne de l’Inde a également ont pris part.

À partir des années 1960, Kirakosyan a mené des recherches approfondies sur les événements les plus complexes et les plus tragiques de l’histoire de l’Arménie occidentale, découvrant des aspects méconnus et mal étudiés de la question arménienne . Ce serait une de ses passions pour le reste de sa vie.

L’ouvrage majeur de Kirakosyan “La Première Guerre mondiale et les Arméniens occidentaux” a été publié en 1965. Le livre a été publié trois fois au total (en 1965 et 1967 en arménien et en 1971 en russe). En 1972, son ouvrage «L’Arménie dans les documents de la diplomatie internationale et de la politique étrangère soviétique» est paru sous forme imprimée. Son dernier ouvrage majeur est la monographie en deux volumes “Les jeunes Turcs devant le tribunal de l’histoire” (1982 et 1983). Pour ces œuvres majeures, l’auteur a reçu un prix d’État de la RSS d’Arménie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.